Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La Mort de Louis XIV
Albert Serra  novembre 2016

Réalisé par Albert Serra. France/Espagne. Drame historique. 1h55 (Sortie le 2 novembre 2016). Avec Jean-Pierre Léaud, Patrick d'Assumçao, Marc Susini, Irène Silvagni, Bernard, Jacques Henric, Vicenç Altaió i Morral et José Wallenstein.

"Le roi est mort ! Vive le roi !" C'est évidemment ce qu'on s'attend à entendre à l'issue de l'agonie de Louis Le Grand, celui qu'on appelait le "Roi Soleil" et qui n'est, tout au long de "La Mort de Louis XIV" d'Albert Serra qu'un pauvre mourant emperruqué, dont la mort est guettée par une armada de courtisans.

Il y a cinquante ans déjà, Roberto Rossellini contait "La Prise du pouvoir par Louis XIV". On y découvrait comment le jeune roi prenait réellement les rênes du pouvoir, comment il établissait les règles et les symboles sur lesquels il allait fonder son règne sans partage.

Mais, ici, on est en 1715 et non plus en 1661. La longue dictature de Louis XIV n'est plus qu'un théâtre d'ombres, bien loin des temps glorieux de l'ère classique. Et si les dernières heures du monarque se passent à Versailles, c'est dans la pénombre de sa chambre, bien loin des fastes et de l'agitation joyeuse de la Cour.

Albert Serra filme presque en temps réel la fin de Louis XIV. Réflexion sur la vanité du pouvoir humain quand vient le temps de la souffrance finale, "La mort de Louis XIV" est d'abord l'occasion de revoir Jean-Pierre Léaud, inattendu dans le rôle-titre et composant le personnage avec une infinie simplicité.

Sous sa perruque défrisée, abandonné déjà à son pauvre sort, il parle lentement comme si chacun des mots qu'il prononçait lui causait vraiment un grand mal. Dans ce huis-clos où ses dernières forces l'abandonnent, il use encore une énième fois de son arbitraire pour faire embastiller un "médecin" que ses "collègues", dignes de ceux de Molière, traitent de charlatan.

Dans "La Mort de Louis XIV" d'Albert Serra, on a vraiment l'impression d'assister en "vrai" à la mort du souverain, pas à une reconstitution qui chercherait à montrer tout le décorum qui l'entoure, à faire le tour des pièces pour détailler les présents et les absents.

Quelquefois, une porte entrouverte laisse à penser que la Cour s'amuse malgré les circonstances, mais c'est tout ce qu'on verra d'autre du Palais hormis la chambre mortuaire. Albert Serra s'autorise aussi à des "images d'Epinal" en les traitant sans les "mots historiques".

Ainsi, le futur Louis XV, âgé de cinq ans à peine, vient lui rendre une dernière visite et l'on voit chez l'enfant plus de l'étonnement que de l'effroi devant le mourant et, bien entendu, pas une grande attention quand son arrière-grand-père lui prodigue ses conseils pour être "un grand roi aimé de ses sujets".

On recommandera particulièrement les scènes finales où est autopsié et éviscéré le pauvre corps royal, et l'on pensera forcément à tous les êtres chers dont on n'aura pas partagé les derniers instants comme on vient de le faire en direct avec le petit Doisnel devenu le vieux Louis XIV.

Loin d'être un film sinistre, "La Mort de Louis XIV" d'Albert Serra dit, à la manière de Montaigne, qu'il faut regarder la mort en face avec sinon de la sérénité du moins la conscience aiguë du rendez-vous irrémédiable qu'elle fixe à chacun.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 25 octobre 2020 : Tous aux abris

Couvre feu encore plus contraint, nouveau confinement, tout est possible et tout est à craindre pour la culture. Restons groupés comme dirait Bernard Lenoir. Nous continuons évidemment de vous proposer chaque semaine notre sélection culturelle. Et bien entendu, découvrez le replay de La Mare Aux Grenouilles #13 de ce samedi 24 octobre

Du côté de la musique :

"Labyrinth" de Khatia Buniatishvili
"Contrasts", la 3eme émission de la saison 2 de Listen In Bed
"Dreamer" de Rosaway
"No future" de Samarabalouf
"Verdure" de The Hyènes
"Got the manchu" de We Hate You Please Die
et toujours :
"Armand-Louis Couperin : pièces de clavecin" de Christophe Rousset
"Ce qui suit" de Mondo Cane
"Awaiting ship" de Dominique Fillon Augmented Trio
"Soné ka-la 2 odyssey" de Jacques Schwarz Bart
"Killing Eve + Australie" nouveau mix de Listen in Bed
"LP2" de Pointe Du Lac
"Jorn" de Box Bigerri

Au théâtre :

une nouveauté :
"Tout Dostoievski" au Théâtre Le Lucernaire
des comédies pour rire et sourire :
"On purge bébé" au Théâtre de l'Atelier
"Les Faux British" au Théâtre Saint-Georges
"Dernier coup de ciseaux" au Théâtre des Mathurins
"Crise de nerfs" au Théâtre de l'Atelier
"De quoi j'me mêle" au Théâtre d'Edgar
"Mon meilleur copain" au Palais des Glaces
les reprises :
"Françoise par Sagan" au Théâtre L'Archipel
"Caroline Loeb - Chiche !" au Théâtre L'Archipel
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Vous pouvez ne pas embrasser la mariée" à la Comédie des 3 Bornes
"Des Femmes" au Lavoir Moderne Parisien
"Comment épouser un milliardaire" à la Nouvelle Seine
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec :
"Voyage sur la route du Kikosaido - De Hiroshige à Kuniyoshi" au Musée Cernushi
"Pierre Dac - Du côté d'ailleurs" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"L’Age d’or de la peinture danoise (1801-1864)" au Petit Palais
"Man Ray et la mode" au Musée du Luxembourg
"Victor Brauner - Je suis le rêve. Je suis l'inspiration" au Musée d'Art Moderne de Paris
"Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris

"Alaïa et Balenciaga - Sculpteurs de la forme" à la Fondation Azzedine Alaïa

Cinéma :

en salle :
"Une vie secrète" de Aitor Arregi, Jon Garano et José Mari Goenaga
"L'Avventura" de Michelangelo Antonioni
at home :
"India Song" de Marguerite Duras
"Au bout du conte" de Agnès Jaoui
"L'effet aquatique" de Solveig Anspach
"Pourquoi tu pleures ?" de Katia Lewkowicz
"Henri" de Yolande Moreau
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert

Lecture avec :

"Le dérèglement joyeux de la métrique amoureuse" de Mathias Malzieu & Daria Nelson
"Le proche orient" de Catherine Saliou
"Mondes en guerre - tome 3 : Guerres mondiales et impériales, 1870-1945" de André Loez
et toujours :
"L'ange rouge" de François Médéline
"Le prix de la vengeance" de Don Wislow
"De Gaulle, stratège au long cours" de François Kersaudy
"Georges Clemenceau, lettres d'amérique" de Patrick Weil et Thomas Macé
"Justice de rue" de Kris Nelscott
"Plus fort qu'elle" de Jacques Expert

Froggeek's Delight :

"Hades" sur Windows, Mac OS et Switch
Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=