Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La Mort de Louis XIV
Albert Serra  novembre 2016

Réalisé par Albert Serra. France/Espagne. Drame historique. 1h55 (Sortie le 2 novembre 2016). Avec Jean-Pierre Léaud, Patrick d'Assumçao, Marc Susini, Irène Silvagni, Bernard, Jacques Henric, Vicenç Altaió i Morral et José Wallenstein.

"Le roi est mort ! Vive le roi !" C'est évidemment ce qu'on s'attend à entendre à l'issue de l'agonie de Louis Le Grand, celui qu'on appelait le "Roi Soleil" et qui n'est, tout au long de "La Mort de Louis XIV" d'Albert Serra qu'un pauvre mourant emperruqué, dont la mort est guettée par une armada de courtisans.

Il y a cinquante ans déjà, Roberto Rossellini contait "La Prise du pouvoir par Louis XIV". On y découvrait comment le jeune roi prenait réellement les rênes du pouvoir, comment il établissait les règles et les symboles sur lesquels il allait fonder son règne sans partage.

Mais, ici, on est en 1715 et non plus en 1661. La longue dictature de Louis XIV n'est plus qu'un théâtre d'ombres, bien loin des temps glorieux de l'ère classique. Et si les dernières heures du monarque se passent à Versailles, c'est dans la pénombre de sa chambre, bien loin des fastes et de l'agitation joyeuse de la Cour.

Albert Serra filme presque en temps réel la fin de Louis XIV. Réflexion sur la vanité du pouvoir humain quand vient le temps de la souffrance finale, "La mort de Louis XIV" est d'abord l'occasion de revoir Jean-Pierre Léaud, inattendu dans le rôle-titre et composant le personnage avec une infinie simplicité.

Sous sa perruque défrisée, abandonné déjà à son pauvre sort, il parle lentement comme si chacun des mots qu'il prononçait lui causait vraiment un grand mal. Dans ce huis-clos où ses dernières forces l'abandonnent, il use encore une énième fois de son arbitraire pour faire embastiller un "médecin" que ses "collègues", dignes de ceux de Molière, traitent de charlatan.

Dans "La Mort de Louis XIV" d'Albert Serra, on a vraiment l'impression d'assister en "vrai" à la mort du souverain, pas à une reconstitution qui chercherait à montrer tout le décorum qui l'entoure, à faire le tour des pièces pour détailler les présents et les absents.

Quelquefois, une porte entrouverte laisse à penser que la Cour s'amuse malgré les circonstances, mais c'est tout ce qu'on verra d'autre du Palais hormis la chambre mortuaire. Albert Serra s'autorise aussi à des "images d'Epinal" en les traitant sans les "mots historiques".

Ainsi, le futur Louis XV, âgé de cinq ans à peine, vient lui rendre une dernière visite et l'on voit chez l'enfant plus de l'étonnement que de l'effroi devant le mourant et, bien entendu, pas une grande attention quand son arrière-grand-père lui prodigue ses conseils pour être "un grand roi aimé de ses sujets".

On recommandera particulièrement les scènes finales où est autopsié et éviscéré le pauvre corps royal, et l'on pensera forcément à tous les êtres chers dont on n'aura pas partagé les derniers instants comme on vient de le faire en direct avec le petit Doisnel devenu le vieux Louis XIV.

Loin d'être un film sinistre, "La Mort de Louis XIV" d'Albert Serra dit, à la manière de Montaigne, qu'il faut regarder la mort en face avec sinon de la sérénité du moins la conscience aiguë du rendez-vous irrémédiable qu'elle fixe à chacun.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 11 avril 2021 : Culture en résistance

Nous avons rencontré des acteurs du monde de la culture pour évoquer leurs situations mais aussi l'avenir. Le replay intégral est à voir dès maintenant sur la TV de Froggy's Delight. Pour le reste, voici le programme de la semaine. Et surtout, restons groupés.

Du côté de la musique :

"In time Brubeck" de Duo Fines Lames
"Navegar" de Joao Selva
"Le style (avec Guillaume Long et Flavien Girard" la 8ème émission de Listen In Bed
"Dusk" de Paddy Sherlock
"Live at the Berlin philarmonie 1969" de Sarah Vaughan
Les petites découvertes de la semaine en clips avec : Hanna & Kerttu, Texas, A Certain Ratio, Johnny Mafia, Chevalrex + Thousand
et toujours :
"Caillou" de Gisèle Pape
"Sauvé" de It It Anita
"Goes too far" de Olivier Rocabois
"Morricone stories" de Stefano Di Battista
"Le fruit du bazar" de Alex Toucourt
"Bento presto" de Caribou Bâtard
"De mort viva" de Sourdure
"Mistake romance" de Tristan Melia
"Courtesy of Geoff Barrow : Unsung Heroes" le mix #18 de Listen In Bed
Des petites découvertes en clip : O' Lake, Luwten, Corentin Ollivier, Ghern et Old Caltone

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La passion selon saint Matthieu" de Bach par Romeo Castellucci
"War sweet war" de Jean lambert-Wild
"Les Sœurs Macaluso" d'Emma Dante
"Monkey Money" de Carole Thibaut
"Une heure de tranquillité" de Florian Zeller
"Le Dernier jour du jeûne" de Simon Abkarian
"La Ronde" de Boris Charmatz

Expositions :

en virtuel :
"Le Grand Tour, voyage(s) d'artistes en Orient" au Musée des Beaux-Arts de Dijon
"La Fabrique de l'Extravagance" au Château de Chantilly
"La Police des Lumières" aux Archives nationales
"D'Alésia à Rome" au Musée d'Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye
"Pompéi, un récit oublié" Musée de la Romanité à Nîmes
et un documentaire : "Les trésors des hôtels particuliers : Du Marais aux Champs Elysées"

Cinéma :

at home :
"Où vont les chats après 9 vies ?" de Marion Duhaime
"Stuck Option" de Pierre Dugowson
"La fête est finie" de Marie Garel-Weiss
"1991" de Ricardo Trogi
"Généalogies d'un crime" de Raoul Ruiz
"L'été de Kikujiro" de Takeshi Kitano
"Le retour de la panthère rose" de Blake Edwards

Lecture avec :

"Elmet" de Fiona Mozley
"Le savoir grec" de Jacques Brunschwig, Geoffrey Ernest Richard Lloyd & Pierre Pellegrin
"Seul entouré de chiens qui mordent" de David Thomas
"Sur la route, vers ailleurs" de Benjamin Wood
et toujours :
"Biotope" de David Coulon
"Ces petits riens qui nous animent " de Claire Norton
"Dernières nouvelles de Sapiens" de Silvana Condemi & François Savatier
"Eat, and love yourself" de Sweeney Boo
"Giants : Brotherhood" de Carlos & Miguel Valderrama
"L'art du sushi" de Franckie Alarcon
"L'île sombre" de Susanna Crossman
"La rivère des disparues" de Liz Moore
"Pourquoi le nord est-il en haut ?" de Mick Ashworth

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=