Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce L'Enfer selon Rodin
Musée Rodin  (Paris)  Du 18 octobre 2016 au 22 janvier 2017

Les hasards de la programmation portent simultanément à l'affiche deux expositions en miroir, consacrées à deux artistes majeurs de la sculpture de la fin du 19ème siècle, Auguste Renoir et Antoine Bourdelle.

De surcroît, elles présentent une identité tant thématique, celle d'Eros et Thanatos, que conceptuelle dès lors que, ni monographique ni rétrospective, elles sont consacrées à la genèse et au décryptage d'une oeuvre monumentale emblématique pour en circonscrire le processus créatif.

Le Musée Bourdelle présente avec "De bruit et de fureur - Bourdelle sculpteur et photographe" l'analyse du "Monument aux morts, aux combattants et serviteurs du Tarn-et-Garonne" de Antoine Bourdelle, qualifié "d'éclaireur de la modernité" par Auguste Rodin dont il fut l'assistant.

Et "La Porte de l'Enfer" est au coeur de l'exposition "L'Enfer selon Rodin" sise au Musée Rodin conçue sous le commissariat de François Blanchetière, conservateur du patrimoine audit musée, au terme d'un colossal travail scientifique dont la synthèse est superbement mise en espace par l'Atelier Maciej Fiszer.

La Porte de l'Enfer, la sculpture sans fin

L'exposition est passionnante notamment pour le néophyte car riche en révélations. En premier lieu, "La Porte de l'Enfer" constitue l'oeuvre d'une vie à jamais inachevée dont il n'est pas établi que la version en bronze connue du grand public,- huit exemplaires conservés en France, Mexique, Etats-Unis, Japon, Suisse et Corée - soit celle qui aurait pu être avalisée par Rodin.

En effet, elle été réalisée à titre posthume en 1928 d'après une version en plâtre datant de 1917, année de la mort de Rodin, qui résulte d'une reconstitution effectuée d'après des photographies et des moulages anciens qui aurait reçu l'accord de ce dernier.

La seule version exposée par Rodin lui-même, une version en plâtre visible au Musée Rodin de Meudon, date de l'Exposition universelle de 1900 et ne constitue qu'une ébauche dépourvue des figures saillantes.

D'autre part, cette oeuvre qui résulte d'une commande passée en 1880 de porte décorative ornée de bas-reliefs représentant "La Divine Comédie" de Dante destinée à la façade du futur musée des arts décoratifs est demeurée inachevée.

Et ce, en raison tant du syndrome de Bonnard dont était atteint Rodin que du quasi-abandon du projet de musée qui ôtait toute échéance à sa réalisation définitive. Rodin a néanmoins continuer à y travailler de manière obsessionnelle jusqu'à sa mort.

Par ailleurs, l'enquête approfondie menée par le commissaire montre comment le génie créateur de Rodin, après s'être focalisé sur l'inspiration dantesque imposée par le donneur d'ordre, a connu ensuite une inflexion significative.

Sous l'influence des thématiques baudelairiennes développées dans "Les Fleurs du Mal", ce qui, au demeurant, est conforté par les dessins réalisés par le sculpteur pour illustrer un exemplaire original de ce recueil, à Thanatos, avec les turpitudes de ceux qui traversent le Styx menant aux rives de l'Enfer, se joint alors Eros opérant un glissement du châtiment des damnés aux souffrances de la passion qui va impacter le modelé des formes

Enfin, appuyées par la présentation exceptionnelle de dessins de Rodin dits "les dessins noirs", sont analysées les modalités de composition de l'oeuvre qui commence par la structure orthogonale des deux vantaux de la porte à caissons et la méthode de travail consistant en une sculpture par assemblages partir d'un répertoire de formes, d'attitudes et de figures déclinées à l'envi.

Certaines, qualifiées par le commissaire '"évadés de la porte", constitueront des oeuvres autonomes, au premier rang desquelles "le Penseur", tels notamment "Le Baiser", "Ugolin", "Les trois ombres" et, en prêt exceptionnel, "L'homme aux serpents".

A noter qu'une application en ligne sur le site du Musée Rodin permet tant de précéder la visite que de l'approfondir avec une présentation thématique détaillée de toutes les figures ainsi que la composition architecturale.

 

En savoir plus :

Le site officiel du Musée Rodin

Crédits photos : MM (Plus de photos sur La Galerie)
avec l'aimable autorisation du Musée Rodin


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 5 avril 2020 : sous le soleil... mais pas vraiment

Les beaux jours sont au rendez vous en ce début avril mais nous, sages et confinés n'allons pas cette année envahir parcs et terrasses à comparer son bronzage à coup de vin rosé douteux... non on attend que la mort détourne les yeux de notre pauvre monde. Donnons nous un peu de baume au coeur avec notre sélection culturelle hedbo.

Du côté de la musique :

"Shut up Mix #13" par Listen in Bed à écouter en ligne
"Cerc" de Artus
Interview avec Christophe Chassol autour de son album "Ludi"
"Que faire de son coeur ?" de Eskimo
"Bonheur ou tristesse" de Lesneu
"Super lâche" de Maalers
"Zeno" de Muzi
"Shostakovich : Symphony N 8" de Orchestre National du Capitole de Toulouse & Tugan Sokhiev
"It's a mighty hard road" de Popa Chubby
"Chapter 3" de Tropical Mannschaft
"Cimes" de Volin
et toujours :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
un classique revisité avec la vidéo de "Le Misanthrope"
une comédie dramatique historique avec le streaming de "A tort et à raison"
une comédie dramatique contemporaine avec le streaming de "Ils n'avaient pas prévu qu'on allait gagner"
une comédie contemporaine avec "L'heureux élu"
du divertissement caustique avec des inoxydables :
"J'aime beaucoup ce que vous faites"
"Sexe, magouilles et culture générale"
du boulevard avec :
"Ma femme s'appelle Maurice"
"Le Nouveau testament"
dans la série "Au Théâtre ce soir" :
"Folie douce"

"Chat en poche"
une gourmandise avec "La Belle Hélène" façon peplum hybridé comics
et des spectacles à voir ou a revoir en DVD :
"Orphée"
"Poisson et Petits pois !"
"Road Trip"

Expositions avec:

des balades muséales à Paris en en bord de Seine avec la visite virtuelle des collections permanentes du Musée d'Orsay, du Musée des Arts Décoratifs et du Musée du Quai Branly
pousser en province jusqu'au Musée des Beaux Arts de Lyon et même au Mucem à Marseille
et commencer un Tour d'Europe par l'Italie direction Galerie d'Art Moderne de Milan puis la Galerie des Offices à Florence
mettre la zapette dans le sac à dos pour s'aventurer dans les musées du bout du monde du Japon au The National Museum of Modern Art de Tokyo aux Etats Unis avec le Musée Guggenheim à New York
enfin retour at home en toute tranquillité mais en musique en son électro avec sur le Musée de la Sacem "Musiques électroniques - Des laboratoires aux dance floors"

Cinéma at home avec :

en mode Ciné-Club avec :
"Dementia" de Francis Ford Coppola
"M le maudit" de Fritz Lang
"La maman et la putain" de Jean Eustache
découvrir en DVD la filmographie de Jean-Daniel Pollet, réalisateur atypique - et méconnu - de la Nouvelle Vague pour lequel la Cinémathèque française avait prévu une rétrospective avec en parallèle la sortie en salles de ses films restaurés avec en streaming "Méditérranée
et des films récents sortis en DVD :
"Adults in the room" de Costa Gavras
"Au bout du monde" de Kiyoshi Kurosawa
"Martin Eden" de Pietro Marcello

Lecture avec :

"Aotea" de Paul Moracchini
"Fille et loup" de Roc Espinet
"Ghosts of L.A." de Nicolas Koch
"Pierre le Grand" de Thierry Sarmant
"Propriétés privées" de Lionel Shriver
et toujours :
"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=