Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Maurizio Cattelan - Not Afraid for Love
Monnaie de Paris  (Paris)  Du 21 octobre 2016 au 8 janvier 2017

Depuis la conversion de ses salons en espace d'exposition temporaire dédié à la création contemporaine, la Monnaie de Paris joue les trublions face aux grandes institutions muséales parisiennes en créant chaque saison l'événement avec des monstrations inattendues.

Son affiche de l'automne 2016 secoue encore le cocotier et ce, à plus d'un titre car ce n'est pas le drapeau noir qui flotte au-dessus de la marmite mais, planté sur son, l'effigie d'un enfant pendu signé Maurizio Cattelan.

En premier lieu, bien évidemment, parce ce que première exposition monographique en France consacrée au plasticien italien qui, avec ses homologues Jeff Koons et Damien Hirst, et hors l'ancêtre Gerhard Richter, constitue le tiercé gagnant du marché de l'art contemporain.

Par ailleurs, suite à l'invitation de Chiara Parisi, directrice des programmes culturels de la Monnaie de Paris, elle intervient comme la première manifestation muséale après l'annonce, en 2011, de son retrait de la scène artistique concomitante à la rétrospective organisée par le Musée Guggenheim de New York, Et, cerise sur le gâteau, elle a été conçue par Maurizio Cattelan lui-même.

Intitulée "Not Afraid for Love" et qualifiée de "post-requiem" par l'artiste "ressucité", elle présente une sélection de ses oeuvres les plus emblématiques dont il a minutieusement supervisé l'accrochage.

Cattelan, le "best of"

Les sculptures-installations essentiellement paradoxales et polysémiques de Maurizio Cattelan, héritier de la culture de masse des années 1980, qui déclinent les fondamentaux postmodernistes, tels l'ironie et la morbidité, avec, du gag à l'humour noir, l'esprit des mouvements humoristiques français de la fin du 19ème siècle, s'inscrivent dans le registre de l'hyperrréalisme américain.

Par le recours à la taxidermie pour son bestiaire métaphorique et à la figure du mannequin en cire ou en résine pour ses personnages, dont ses doubles "Me", il propose des images dont le sens n'est pas figé d'autant que, prolixe en explications, il ne les accompagne pas d'un vademecum.

A cet égard, les édifiantes divagations, de la pédanterie à l'auto-analyse, de différentes personnalités qui se sont prêtées au jeu du commentaire critique, et reproduites sur le cartel des oeuvres, s'avèrent édifiantes et ont sans doute beaucoup amusé l'artiste peu enclin à cet exercice si ce n'est pas la voie de la dénégation.

Pour "Charlie don’t surf", l'écolier dont les mains sont cloués au pupitre par des crayons ne serait ni une critique de l'institution, ni une illustration de son rejet personnel de l'école.

Et encore moins la catharsis de l'épisode autobiographique au cours duquel il a enfoncé un crayon dans la main d'un de ses camarades. De même, l'emprunt récurrent à l'iconographie religieuse doit être entendu non comme une préoccupation métaphysique mais l'utilisation formelle d'une esthétique.

Certaines oeuvres, hors leur première présentation publique, ressortant souvent à la performance, quand elle résulte d'une création circonstanciée, sont donc ciblées leur signification semble pérenne même lors d'ultérieures ré-installations in-situ.

Ainsi, les pigeons de "Tourists", créés en 1997 pour le pavillon italien de la Biennale de Venise 1997 qui rendait hommage aux artistes de l'Arte Povera, et rebaptisés "Others" lors de leur installation dans le pavillon général de la Biennale 2011, sont considérés, par leur symbolique péjorative, pigeon-gogo et pigeon "emmerdeur", de l'hommage, comme signe tant de dérision iconoclaste, démystification de l'objet d'art et des artistes, que de la badauderie du visiteur.

En va-t-il de même en 2016 avec les volatiles perchés en compagne d'un avatar cattelanesque à l'air dubitatif sur une corniche au-desssus du bloc luminescent indiquant l'issue de secours ?

Pour d'autres, tel fameux "Him", un garçonnet de dos en situation de prière ayant le visage d'Hitler, l'évidence du sens premier la représentation du Mal absolu, peut néanmoins induire d'autres questionnements, entre autres, sur le déterminisme darwinien avec l'homme en germe dans l'enfant et la réflexion du philosophe Vladimir Jankélévitch sur l'humain de la méchanceté et la méchanceté de l'humain.

A cet égard, les édifiantes divagations, de la pédanterie à l'auto-analyse, de différentes personnalités qui se sont prêtées au jeu du commentaire critique, et reproduites sur le cartel des oeuvres, s'avèrent édifiantes et ont sans doute beaucoup amusé l'artiste peu enclin à cet exercice ci ce n'est pas la voie de la dénégation

A la Monnaie de Paris, sous l'égide de "La Donna" la femme gisante à la verticale et de "Novocento", le cheval suspendu, les sculptures sont installées dans une suite de salles en enfilade qui s'achève en impasse.

De la "Nona Ora", Jean-Paul II terrassée par une météorite seule réponse céleste à ses prières, à "Him", le parcours signe la mort de Dieu.

Et la mort à droit de cité avec les chevaux encastrés, les gisants de marbre de "All" à la veillée funèbre à l'ancienne de "We", les jumeaux-sosies de Cattelan reposant sur le lit familial, unis de la naissance à la mort, l'ensemble sous l'oeil interloqué du "Mini-Me" la tête sortant du sol,curieux invétéré, vigie-témoin ou artiste en cavale ?

Donc à chacun son Cattelan. Quant à l'antienne "Not Afraid for Love", qui de surcroît correspond au titre d'une de ses oeuvres non exposée en l'espèce, un éléphant déguisé en fantôme, encore un sujet de cogitations....

 

En savoir plus :

Le site officiel de la Monnaie de Paris

Crédits photos : MM (Plus de photos sur La Galerie)
avec l'aimable autorisation de la Monnaie de Paris


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 14 août 2022 : Only happy when it rains

Un peu de pluie, enfin ! C'est pour ainsi dire la tradition pendant le festival de La Route du Rock qui commence cette semaine ! Pour le reste voici notre petite sélection estivale hebdomadaire.

Du côté de la musique :

"Change" de Franz Robert Wild
retour sur le Hellfest 2022 avec Seth, Dog Eat Dog, Deftones, Suicidal Tendancies, Ghost etc.
"I started a garden" de Her Skin
Des petits festivals à venir avec La Guinguette Sonore et Engrenage Party
"Stereolab & Laetitia Sadier", nouvelle émission de Listen In Bed à écouter ici et toujours :
"NOW" le nouveau mix de Listen In Bed à écouter à volonté
retour sur le festival de Beauregard avec Turnstile, Izia, Madness...
"KEXP & NPR sessions" la nouvelle émission de Listen In Bed à écouter
"While my guitar gentle weeps" de Théo Cormier
"Hypnos & Morphée" de Dandy Dandie
Retour sur les Vieilles Charrues avec Last Train, Laetitia Sheriff, Johnny Mafia..

Au théâtre :

les comédies de l'été :
"Duos sur canapé" au Théâtre L'Alhambra
"Un cadeau particulier" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Ceci n'est pas une comédie romantique" au Théâtre Le Funambule-Montartre
"La Ligne Rose" au Théâtre Lepic
"Dîner de famille" au Café de la Gare

et les spectacles à l'affiche en août

Expositions :
'Christian Bérard - Bébé excentrique" au Nouveau Musée National de Monaco
la présentation du nouveau parcours des Collections du Musée d'Art Moderne de Paris en accès gratuit
la visite commentée par la commissaire de "Anne de France - Femme de pouvoir, princesse des arts" au Musée Anne-de-Beaujeu à Moulins
dernière ligne droite pour :
"Le Théâtre des émotions" au Musée Marmottan Monet

"Toyen - L'écart absolu" au Musée d'Art Moderne de Paris
et les expositions à l'affiche en août

Cinéma :

en streaming gratuit :
"Silvio et les autres" de Paolo Sorrentino
"Two lovers" de James Gray
"Innocents" de Bernardo Bertolucci
"Gothika" de Mathieu Kassovitz
"Lina" de Michael Schaerer
et le cinéma indien en 6 films

Lecture avec :

La rentrée littéraire d'automne 2022
et toujours :
"The unstable boys" de Nick Kent
"Le monde sans fin" de Jean Marc Jancovici & Christophe Blain
"Lanceurs d'alerte" de Flore Talamon et Bruno Loth

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=