Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La Sociale
Gilles Perret  novembre 2016

Réalisé par Gilles Perret. France. Documentaire. 1h24 (Sortie le 9 novembre 2016).

Cinquième film documentaire de Gilles Perret à sortir en salles, "La Sociale" fête l'anniversaire d'une septuagénaire qui a fait beaucoup de bien autour d'elle, qui a amélioré le sort des français les plus pauvres, les a protégés de la maladie et de la misère.

Née juste après la Libération, portée sur les fonds baptismaux par les Résistants du "Conseil National de la Résistance", elle a longtemps nargué les puissances d'argent et cru qu'elle pouvait contribué à plus de justice et d'égalité dans l'hexagone.

Mais les temps ont changé, défendre l'esprit de solidarité, soigner et protéger chaque citoyen quel qu'en soit le prix et sans faire de différence, cela paraît ringard et presque contre-nature dans des sociétés contaminées par l'idéologie néo-libérale du chacun pour soi.

Voilà pourquoi la sécurité sociale - car c'est bien elle "La sociale" de Gilles Perret ! - est aujourd'hui une dame si délaissée que personne, pas le moindre petit secrétaire d'État dans un gouvernement qui se dit pourtant socialiste, n'a eu l'idée de venir souffler ses 70 bougies et la remercier pour la tache accomplie.

Au contraire, et on le verra dans "La Sociale" de Gilles Perret, notamment dans une déclaration pleine de morgue et d'impudence d'un ex-ministre du travail dijonnais, les dirigeants socialistes ont une connaissance si approximative des origines de la "Sociale" qu'ils font du Général de Gaulle son papa.

Si c'est effectivement pendant son gouvernement provisoire que le "foetus" de la future Sécu prend forme. Il faut se souvenir que c'est sous la pression de la CGT et du parti communiste que l'état social est né en France.

Toute son histoire est contée avec un rare bonheur dans le film de Gilles Perret et l'on comprend vite que le grand homme, hélas oublié, et pire encore hélas volontairement oublié, qui a porté ce progrès social est Ambroise Croizat. Une haute figure qui n'a pas dans ses gènes des générations de hauts fonctionnaires et qui a connu le travail en usine, ce qui fait de lui une sacrée exception...

Personnage magnifique, poussé par une vision et transfiguré par la cause qu'il défend, il fera en moins de deux ans à son poste quasiment autant de réformes sociales positives que tous ses successeurs réunis pour détricoter son oeuvre. Ses proches, comme sa fille, toute petite en 1945, le disent : il s'est littéralement tué à la tache et mourra d'un cancer à moins de 50 ans en 1951.

Gilles Perret a toujours le chic pour trouver des personnages emblématiques. Cette fois-ci, il donne la part belle à un nonagénaire, décédé avant la sortie du film, Jolfred Fregonara, syndicaliste CGT qui a organisé et dirigé en 1945 la Caisse de sécurité sociale de Haute-Savoie.

Truculent, porteur de vérités nécessaires à redire encore une fois avant qu'elles ne soient rayées de la carte par ceux qui ont intérêt à ce que la protection sociale soit privatisée, Jolfred Fregonara, à l'image d'Ambroise Croizat, a été un moine-soldat de la cause sociale. Dans "La Sociale" de Gilles Perret, il ne cesse de répéter qu'il ne faut pas que cette œuvre soit dépecée.

On se doute que la cause sera malheureusement entendue dans les prochaines années, si ce que Gilles Perret remet au goût du jour et à l'oreille de ceux qui ne veulent pas l'entendre disparaît définitivement des mémoires.

On ne peut qu'accabler un gouvernement qui "oublie" de fêter les conquêtes sociales, comme il a aussi incompréhensiblement oublié de commémorer les 80 ans du Front populaire. On peut aussi mépriser ces millions de Français qui passent aux guichets de la Sécu comme si c'était un dû, sans s'être jamais posé la question de savoir comment tout cela était possible.

Ceux qui auront la curiosité citoyenne d'aller voir "La Sociale" de Gilles Perret le sauront. Et, en plus, ils auront vu à l'écran un très bon documentaire d'un cinéaste dont le travail doit être suivi et encouragé. Comme on disait jadis : "Vive la Sociale !"

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 avril 2021 : En avril ne te cultive pas d'un fil

Pas de nouvelle bonne nouvelle... pas sûr. En attendant de pouvoir aller à nouveau vers la culture, faisons la venir vers nous. Voici notre sélection de tout un tas de choses à écouter, lire, voir et (re)découvrir. On commence évidemment avec le replay de la MAG #25 ! et oui déjà, en on n'est pas peu fier !

Du côté de la musique :

"Djourou" de Ballaké Sissoko
"A live full of farewells" de The Apartments
"Racine carrée de vos utopies" de Les Marteaux Pikettes
"Detectorists" le 19ème mix de la saison 2 de Listen In Bed
"Bach en miroir" de Marie-Andrée Joerger
"Drot og Marsk" de Peter Heise
"Bye bye baby" de Requin Chagrin
"Good for you" de Slim Paul
et toujours :
"In time Brubeck" de Duo Fines Lames
"Navegar" de Joao Selva
"Le style (avec Guillaume Long et Flavien Girard" la 8ème émission de Listen In Bed
"Dusk" de Paddy Sherlock
"Live at the Berlin philarmonie 1969" de Sarah Vaughan
Les petites découvertes de la semaine en clips avec : Hanna & Kerttu, Texas, A Certain Ratio, Johnny Mafia, Chevalrex + Thousand

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La Collection" d'Harold Pinter
"Le Cabinet horrifique" de Valérie Lesort
"Vêtir ceux qui sont nus" de Luigi Pirandello
'Féminines" de Pauline Bureau
"Noire" de Tania de Montaigne
"Love & Politics" de Dan Turden
"NinaLisa" de Thomas Pédour
"Le Bœuf-musical Boris Vian" au Hall de la Chanson
"Hippolyte et Aricie" de Rameau

Expositions :

en virtuel :
"Trésors Nabis" du Musée d'Orsay
"Bonnard, Le Cannet, une évidence" au Musée Bonnard au Cannet
"Yan Pei-Ming - Au nom du père" au Musée Unterlinden à Colmar
"Crinolines et chapeaux, la mode au temps des impressionnistes" au Musée de la Corderie Valois en Normandie
"Camille Moreau-Nélaton, Une femme céramiste au temps des impressionnistes" au Musée de la céramique à Rouen
"Jean Ranc, un montpelliérain à la Cour des rois" au Musée Fabre à Montpellier

Cinéma :

at home :
"Généalogies d'un crime" de Raoul Ruiz
"La course navette" de Maxime Aubert
des films cultes :
"Au revoir les enfants" de Louis Malle

"Little Odessa" de James Gray
"37°2 le matin" de Jean-Jacques Beyneix
"C'est arrivé près de chez vous" de Rémy Belvaux et André Bonzel
"La Balance" de Bob Swaim
et un court métrage "La pince à ongles" de Jean-Claude Carrière

Lecture avec :

"C'est quoi ton genre ?" de Agnès Vannouvong
"La petite ville des grands rêves" de Fredrik Backman
"Les somnambules" de Chuck Wending
"Mondes en guerre : tome IV, guerre sans frontières" de Louis Gautier
"Séquences mortelles" de Michael Connely
et toujours :
"Elmet" de Fiona Mozley
"Le savoir grec" de Jacques Brunschwig, Geoffrey Ernest Richard Lloyd & Pierre Pellegrin
"Seul entouré de chiens qui mordent" de David Thomas
"Sur la route, vers ailleurs" de Benjamin Wood

Du côté des jeux vidéos :

Retrouvez les jeux vidéos en live sur la TV de Froggy's Delight chaque soir de la semaine à partir de 21H

 

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=