Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce A comme Anaïs
Manufacture des Abbesses  (Paris)  novembre 2016

Biopic théâtral d'après la correspondance amoureuse de Anaïs Nin et Henry Miller, mise en scène de Françoise Courvoisier, avec Olivia Csiky-Trnka, Frédéric Landenberg, André Diot et Nicolas Le Roy.

C'est à une plongée en apnée littéraire que Françoise Courvoisier convie les spectateurs d' "A comme Anaïs". Une plongée à la fois intellectuelle et sensuelle.

S'ils l'ignoraient, ou en doutaient, la correspondance intense et monumentale d'Henry Miller et d'Anaïs Nin est l'échine sur laquelle se construit un des grands mythes amoureux du siècle passé.

Très vite, on comprend que ce qu'ils disent l'un et l'autre ou l'un sur l'autre est autant important que ce qu'ils vivent ensemble. Qu'il ne s'agit pas d'une simple passion sulfureuse et fusionnelle, mais d'une rencontre entre deux géants de la littérature et que ces lettres échangées sont leur combustible.

Ogre génial seulement comparable à Picasso, Henry Miller aurait pu lui aussi vivre son feu intérieur en dévorant ses muses. Mais le destin qui forge les histoires immortelles a mis sur sa route Anaïs Nin, un petit bout de femme impressionnant qui va se révéler son alter ego.

Sans doute, tout le monde n'est pas persuadé que l'équation entre l'auteur du "Tropique du Cancer" et la rédactrice d'un "Journal" qui traverse le vingtième siècle aboutit à une égalité.

Et pourtant, il suffit d'entendre les échanges tirés des deux œuvres que Françoise Courvoisier a remis dans leurs bouches sans que cela paraisse jamais artificiel. Il y a même un certain avantage à Anaïs, qui maîtrise mieux le matériau directement autobiographique qu'Henry, qui a besoin de la transfiguration romanesque pour être à son meilleur.

Anaïs, c'est Olivia Csiky-Trnka, dont le physique de jeune femme belle et fragile est contredit par une voix profonde et volontaire. Henry, c'est Frédéric Landenberg, qui s'interdit à l'anachronisme d'être un Miller paillard et philosophe, et en fait un être en devenir, celui toujours marqué par June, sa femme.

Car il ne faut pas oublier qu'Henry et Anaïs n'ont pas qu'une vie amoureuse, que leur modernité est leur liberté et peut-être aussi leur entrave, qui les maintient en deçà de l'amour fou ou de la passion délétère.

On les suivra au plus près dans cette version qui a su ne pas se faire submerger par une matière abondante et l'on n'oubliera pas l'appropriation du rôle d'Anaïs par Olivia Csiky-Trnka, une Anaïs qu'il sera difficile d'imaginer désormais sous d'autres traits.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 25 septembre 2022 : La culture n'est pas un luxe

8ème vague, confinement énergétique... rien de bien brillant pour le futur, heureusement il reste la curiosité et la culture. Gardons le cap et restons groupés. Voici le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Bobo playground" de Alexis HK
"Ca pixellise" de Dimoné
"The portable Herman Dune Vol 1" de Herman Dune
"La mélodie, le fleuve et la nuit" de Jérôme Minière
"Kramies" de Kramies
"Mémoires d'une femme" de Myriam Barbaux-Cohen
"The hardest part" de Noah Cyrus
"Dvorak : Quatuor américain, valses" de Quatuor Talich
"Fauré le dramaturge" de Takénori Némoto, Cécile Achille, Cyrille Dubois et Ensemble Musica Nigella
et toujours :
"J'ai vécu les étoiles" de Andoni Iturrioz
"Ornette Under the Repetitive Skies 3" de Clément Janinet
"Alan Hovhaness : oeuvres pour piano" de François Mardirossian
"Live in Paris" de Fred Nardin Trio
"Show AC/DC" de Ladies Ballbreakers
"Luigi Concone" de Mavroudes Troullos & Rachel Talitman
quelques clips avec Moundrag, Ottis Coeur et Madam
"Souvenirs" de Pale Blue Eyes
"Life and life only" de The Heavy Heavy

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Harvey" au Théâtre du Rond-Point
"Les Producteurs" au Théâtre de Paris
"Bérénice" à La Scala
"Les Filles aux mains jaunes" au Théâtre Rive Gauche
"Il n'y a pas d'Ajar" aux Plateaux Sauvages
"Echo" aux Plateaux Sauvages
"Le syndrome d'Hercule" au Théâtre Essaion
les reprises :
"Cahier d'un retour au pays natal" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Le dépôt amoureux" au Théâtre Les Déchargeurs
"Darius" au Théâtre Essaion
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"L'Autre fille" au Théâtre des Mathurins
"Les Divalala - C'est LaLamour !" au Grand Point Virgule
et les spectacles à l'affiche

Expositions :

"Frida Khalo, au-delà des apparences" au Palais Galliera
"Hyperréalisme - Ceci n'est mon corps" au Musée Maillol
'Miroir du monde - Chefs d'oeuvre du Cabinet d'art de Dresde" au Musée du Luxembourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :
en salle : "L'Ombre de Goya" de José Luis Lopez-Linares
en streaming gratuit :
"Qui vive" de Marianne TArdieu
"Big Fish" de Tim Burton
"Marguerite" de Xavier Giannoli
"Chained" de Yaron Shani

Lecture avec :

"Les masques éphémères" de Donna Leon
"La guerre de cent ans" de Amable Sablon du Corail
"D'où vient l'amour" de Yann Queffélec
et toujours :
"Combattre en dictacture" de Jean Luc Leleu
"Hideo Kojima, aux frontières du jeu" de Erwan Desbois
"Le cartographe des absences" de Mia Couto
"Le coeur ne cède pas" de Grégoire Bouillier
"Le tumulte" de Sélim Nassib
"Un profond sommeil" de Tiffany Quay Tyson

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=