Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Crystal Fighters
Everything Is My Family  (PIAS)  octobre 2016

Mythe ou réalité, les Crystal Fighters tiendraient leur nom du manuscrit d’un opéra basque écrit par le grand-père d’une des membres du groupe, qu’elle aurait retrouvé à sa mort dans son grenier. De là est née la fascination pour le Pays basque au point d’incorporer dans leurs compositions plutôt électro-rock des instruments traditionnels basques. Le groupe repéré par Kitsuné a rapidement conquis la planète à renfort d’utilisation de leur musique dans des pubs, des séries, des jeux vidéo...

Après Star Of Love (2010) et Cave Rave (2013), revoilà donc notre joyeuse bande de retour le 21 octobre 2016 avec un disque enregistré aux quatre coins du monde, Everything Is My Family (PIAS) qui, comme ses prédécesseurs, est un joyeux fouilli d’influences diverses, variées, multiculturelles et chatoyantes (comme la très jolie pochette de l’album).

Passé les deux premiers titres ("Yellow Sun" et "Good Girls") où l’on retrouve des sonorités et des thèmes déjà explorés dans les précédent albums, la suite du disque devient je trouve un peu trop tapageuse. Le rihannesque "In Your Arms" digne de l’Eurovision ou la ballade "Live For You" avec sa voix voice-codée à mort n’apportent pas grand chose d’heureux musicalement. "Ways I Can’t Tell" importe des sons quasi japonisants à un rythme électro (on pense même à The Prodigy parfois), le refrain est efficace sans pour autant déborder d’originalité.

La seconde partie de l’album est par contre beaucoup plus plaisante. Le single "All-Night" dansant et ensoleillé à souhait fait revenir les guitares sèches et autres ukulélé ou instruments basques dans un refrain chanté à plusieurs voix, et des percussions entraînantes, on s’imagine bien sur une île paradisiaque. "The Moondog" fait une grande place aux choeurs et à un rythme chaloupé, la chanson montant en puissance jusqu’à l’arrivée des cuivres en toute fin. "Fly East" s’appuie principalement sur des percussions et des cris tribaux, jusqu’à l’arrivée surprenante d’une guitare électrique énervée, on croirait entendre du rock progressif tellement les Crystal Fighters passent d’un style à l’autre, d’un rythme à l’autre dans la même chanson. Des percussions encore pour "Living The Dream", accompagnées par des nappes électroniques au synthétiseur, et un phrasé quasiment rappé, très sympathique.

La pépite de cet album est sans doute le dernier titre "Lay Low", dédié à leur batteur Andréa décédé brutalement en 2014, juste avant leur montée sur scène au Solar Fest de Majorque. Loin des productions nerveuses et édulcorées, instruments acoustiques et clappements de mains nous accompagnent dans une ode à l’amitié et nous invitent à profiter de la vie qui à tout moment peut s’arrêter :
"Friends, I love you so
It’s a matter of time
Before we leave the ones we know"

Voici la vidéo de ce lumineux et émouvant "Lay Low" :

En résumé, encore un album qui part dans tous les sens en manquant hélas un peu de cohérence, qui confirme Crystal Fighters comme groupe inclassable et qui, à coup sûr, mettra du soleil dans votre automne.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Star of Love de Crystal Fighters
Crystal Fighters en concert au Festival International de Benicàssim #17 (jeudi 14 juillet 2011)
Crystal Fighters en concert au Festival Rock en Seine 2014 (vendredi 22 août 2014)
L'interview de Crystal Fighters (17 janvier 2011)

En savoir plus :
Le site officiel de Crystal Fighters
Le Bandcamp de Crystal Fighters
Le Soundcloud de Crystal Fighters
Le Facebook de Crystal Fighters


Emmanuel Richard         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Crystal Fighters (17 janvier 2011)


# 7 mars 2021 : Mars et ca repart... peut être

Pas de nouvelles très réjouissantes du côté de la culture en ce mois de mars, veille de printemps. Rien sur les salles de spectacles, les musées et les cinémas de rares évocations de la réouverture des restaurants à midi "quand on pourra". Bref, pas de quoi se réjouir. Voici en tout cas notre sélection culturelle pour tenir le coup en attendant.
on commence par le replay de la MAG #22

Du côté de la musique :

"Collapsed in Sunbeams" de Arlo Parks
"Ma folie" de Bast Ferry
"Paradise" de Da Capo
"It's OK" de Fantomes
"L'effet waouh des zones côtières" de Institut
"Something joyful" de Jonathan Orland Quartet
"Haydn : Stabat mater, Symphonies N° 84 & 86" de Le Concert de la Loge & Julien Chauvin
"No black violins" le mix 15 de Listen In Bed à écouter à volonté
"Liberté" de Sego Len
"Où tout a commencé" de Tristesse Club
et toujours :
"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones

Au théâtre dans son salon :

"Le Gros, la Vache et le Mainate" de Pierre Guillois
"Intrigue et Amour" de Yves Beaunesne
"13 à table" de Marc-Gilbert Sauvageon
"Thé à la menthe ou t'es citron" de Patrick Haudecoeur
"J'étais dans ma maison et j'attendais que la pluie vienne" de Jean-Luc Lagarce
"Faut-il laisser les vieux pères manger seuls aux comptoirs des bars ?" de Carole Thibaut
"Eric-Antoine Montreux tout !" au Festival de Montreux

Expositions :

en virtuel :
"Vasarely - Le partage des formes" au Centre Pompidou
"Picasso poète" au Musée national Picasso
"Jean" à la Cité des sciences et de l'industrie
"Comme un parfum d'aventure" au Mac Lyon
"Omar Ba - Anomalies" à la Galerie Templon
"Les aventuriers des mers" à l'Institut du Monde Arabe

Cinéma :

at home :
"Exotica" d'Atom Egoyan
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Biens Aimés" de Christophe Honoré
"Dans les champs de bataille" de Danielle Arbid
"Eastern Plays de Kamen Kalev
"Mon frère s'appelle Robert et c'est un idiot" de Philip Gröning

Lecture avec :

"Que ma mort soit une fête" de Cristian Alarcon
"Normal people" de Sally Rooney
"Middlewest" de Skottie Young & Jorge Corona
"L'hôtel de verre" de Emily St.John Mandel
"De Staline à Hitler" de Robert Coulondre
et toujours :
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=