Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les Amoureux de Shakespeare
Théâtre de Poche-Montparnasse  (Paris)  novembre 2016

Comédie conçue par la Compagnie des Mauvais Elèves d'après Le Songe d’une nuit d’été de Shakespeare, mse en scène de Sirley et Dino, avec Valérian Béhar-Bonnet, Elisa Benizio, Bérénice Coudy et Antoine Richard.

Dans l'Angleterre des années 60, quatre jeunes gens s'en vont pique-niquer en forêt. Le groupe est uni par la pop rock britannique et des sentiments amoureux pas toujours réciproques : Lysandre et Hermia sont amoureux, tandis que Demetrius repousse Helena pourtant éprise de lui car il n'a d'yeux que pour Hermia.

La nuit venue, les Pucks, des esprits de la forêt, outrés par l'attitude de Demetrius, entreprennent de lui faire absorber un filtre d'amour afin de faire naître en lui un désir ardent pour Helena. Mais le hasard et la maladresse des Pucks bousculeront le plan échafaudé par les petits êtres magiques.

Avec "Les Amoureux de Shakespeare", la troupe des Mauvais Élèves offre aux spectateurs une adaptation très très très libre du "Songe d'Une Nuit d’Été". D'une part, les quatre comédiens concentrent leur attention sur l'histoire des amoureux dans la forêt alors que la pièce de Shakespeare comporte d'autres développements.

D'autre part, ils se recentrent sur les thèmes baroques de la pièce de Shakespeare : l'inconstance du sentiment amoureux, l'impuissance face aux forces supérieures et le jeu entre animalité et humanité.

De même, le folklore qui traverse la pièce originale est retranscrit dans les années 60 par l'apparition des chansons pop que les quatre comédiens interprètent a cappella en intermède durant le spectacle. Ainsi on les entendra jouer à leur manière des classiques des Beatles, des Lovin' Spoonfull, de Mungo Jerry ou encore des Kinks.

Après "Les Amoureux de Marivaux" dans lequel ils reprenaient des tubes français des années 70 ou leurs interventions dans le "Cabaret Deret", les acteurs de cette jeune troupe confirment donc que leur culture musicale est aussi riche que variée. 

En ne retenant qu'une partie du texte de Shakespeare, en écrivant eux-mêmes les interventions de Pucks et en y intégrant des chansons, les Mauvais Élèves transforment la pièce originale de Shakespeare en une farce débridée et décomplexée.

Le jeu des deux garçons de la troupe, Valérian Béhar-Bonnet et Antoine Richard, va chercher son inspiration dans la gestuelle d'Harold Lloyd ou de Buster Keaton. L'attitude de Bérenice Coudy fait référence au style Audrey Hepburn. Elisa Benizio, quant à elle, entraîne les spectateurs dans un voyage intertemporel tellement elle semble sortir tout droit d'un conte du "Cabaret Citrouille", spectacle créé il y a presque vingt ans par ses parents, les duettistes Shirley et Dino.

La mise en scène de Shirley et Dino est d'ailleurs impeccable. Ils utilisent parfaitement l'espace du plateau, très long et peu profond. Le rythme est enjoué et les courtes scènes qui coupent le rythme de l'action principale, interprétations décalées de classiques de la pop anglaise ou les interventions comiques des Pucks, attirent le spectateur dans la folie des acteurs.

Le jeu complaisamment forcé des comédiens est une touche que la Compagnie des Mauvais Élèves partage avec leurs aînés d'Achille Tonic, qui dans "Les Amoureux de Shakespeare" peut néanmoins parfois apparaître comme une recette trop systématique.

Cependant leurs inventions dans le comique de gestes et les délirants intermèdes chantés sont irrésistibles. Impossible alors de s'empêcher de rire devant cette relecture furieusement décalée du classique de Shakespeare.

 

Laurent Coudol         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 29 novembre 2020 : Culture Globale

Ca y est vous n'avez plus d'excuse pour ne pas vous rendre dans les librairies, disquaires et autres lieux de culture chers à nos coeurs, alors FONCEZ ! si vous avez besoin d'un prétexte : On n'a jamais été aussi proche de Noël !

Du côté de la musique :

"I know that you know" de Eau Rouge
"In town" de Switch Trio
"May our chambers be full" de Emma Ruth Rundle & Thou
"The messenger" de Hélène Grimaud
"Songs" de Patrick Messina & Fabrizio Chiovetta
"Star feminine band" de Star Feminine Band
"Signs" de Vaiteani
"Stay" de Valerie June
"Grand plongeoir" de Yves Marie Bellot
"Selectorama" Le nouveau mix (S2M4) de Listen In Bed
"De là" de Clarys
et toujours :
"Sweet roller" de Al Pride
"After the great storm" et "How beauty holds the hand of sorrow" de Ane Brun
"Bisolaire" de Fredda
"Stillness" de Laetitia Shériff
"Un soir d'été" de Aurore Voilqué Trio
"Warning bell" de Daniel Trakell
"Trip" de Lambchop assortie de la nouvelle émission de Listen in Bed "Lambchop's Trip"
"Glo" de Manuel Bienvenu
"Serpentine prison" de Matt Berninger
"Je ne vous oublierai jamais" de Morgane Imbeaud
"Lockdown care bundle EP" de Nadeah
"Nashville tears" de Rumer

Au théâtre at home :
avec les captations vidéo de :
"Les Géants de la montagne" de Luigi Pirandello
"Très chère Mathilde" de Israel Horovitz
"Une des dernières soirées de carnaval" de Carlo Goldoni
"Un amour de jeunesse" de Ivan Calbérac
"La Vérité" de Florian Zeller
"Ils se sont aimés" de Pierre Palmade et Muriel Robin
"La croisière ça use" de Emmanuelle Hamett
"Cyrano m'était conté" de Sotha
et un air d'opéra avec "Miranda" d'après Shakespeare et Purcell

Expositions :

en virtuel :
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"Cristo et Jeanne Claude" au Centre Pompidou
"Jim Dine - A day longer" à la Galerie Templon

"Kiki Smith" à la Monnaie de Paris
"Pierre Soulages" à l'espace culturel départemental Lympia à Nice
"La "Collection Emil Bührle" au Musée Maillol
"Paris Romantique 1815-1848" au Petit Palais
"Léonard de Vinci" au Musée du Louvre
"La vitrine Gallé" au Musée des Arts et Métiers
et les collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

at home en steaming gratuit :
"Caché" de Michael Haneke
"Au loin s'en vont les nuages" de Aki Kaurismaki
"Une valse dans les allées" de Thomas Stuber
"La Lune de Jupiter" de Kornel Mundruczo
"L'enfant d'en-haut" de Ursula Meier
"Le beau monde" de Julie Lopes Curval

Lecture avec :

"L'intériorité dans la peinture" de Pierre Soulages & Anne-Camille Charliat
"Coco de Paris" de France de Griessen
"Considérations sur le homard tome 2" de David Foster Wallace
"Intuitions" de Paul Cleave
"Les aveux" de John Wainwright
"Les ratés de l'aventure" de Titayna
"Un été de neige et de cendres" de Guinevere Glasfurd
et toujours :
"Lire les morts" de Jacob Ross
"La mer sans étoiles" de Erin Morgenstern
"Les filles mortes ne sont pas aussi jolies" de Elizabeth Little
"Batailles" de Isabelle Davion & Béatrice Heuser
"De Gaulle et les communistes" de Henri Christian Giraud

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=