Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les 50 ans de Saravah
Le Trianon  (Paris)  dimanche 20 novembre 2016

Le label Saravah a été créé par Pierre Barouh il y a 50 ans. On y croise les premiers albums de défricheurs de la chanson française (Higelin, Fontaine...), les premiers témoignages discographiques de la samba (Baden Powell de Aquino), des airs de Francis Lai à rattacher au cinéma ("Un homme et une femme", "A bicyclette" d'Yves Montand...). A 82 ans, Pierre Barouh a certes perdu des compagnons de route, mais il mord encore la vie à pleine dents. C'est lui qui officiait comme Monsieur Loyal de cette soirée où étaient annoncés Albin de la Simone, Arthur H, Daniel Mille, Bastien Lallemant, Jeanne Cherhal, Maïa Barouh, Séverin, et d'autres invités.

C'est sous le signe du jazz que Pierre Barouh entame la soirée en interprétant "L'allégresse" en compagnie de Daniel Mille à l'accordéon. Le ton est donné, celui des "rois du slow bizz", des amitiés longues et des chemins de traverse.

Ainsi, en première partie, on entendra Alexandra Gatica et Albin de la Simone interpréter "Cet enfant que je t'avais fait" ou Albin de la Simone et Bastien Lallemant reprendre "A bicyclette" d'Yves Montand, une chanson écrite par Pierre Barouh et Francis Lai. Un des grands moments de la soirée aura lieu en compagnie de Séverin et Jeanne Cherhal qui interpréteront une version magnifique de la chanson de Brigitte Fontaine, enregistrée en 1968, "Dommage que tu sois mort".

Après un court entracte, c'est en compagnie d'Arthur H, dont le père Jacques Higelin fut l'un des fers de lance du label Saravah, et de Maïa Barouh, la fille de Pierre, que le spectacle reprend avec une version joyeusement dilettante de "C'est normal", immortalisée par Areski et Brigitte Fontaine en 1973 et qui n'a pas pris une ride. Maïa Barouh continuera par deux morceaux à la flûte dans une veine jazz / world, dont "Vivre" de Pierre Barouh et Francis Lai. C'est ensuite Claire Elzière qui viendra interpréter deux inédits, dont les auteurs n'avaient laissé que les textes à Saravah avant de décéder, "Les mots" d'Allain Leprest et une chanson de Pierre Louki, avant que le Quartet Buccal se lance dans une interprétation a cappella et au cordeau du "Funambule" de Jean-Roger Caussimon.

Tous les participants se sont ensuite retrouvés sur scène pour "Le Kabaret de la Dernière chance" avant de descendre dans la salle pour interpréter ensemble "Boule qui roule" de Daniel Lavoie, chanson qui aux dires de Pierre Barouh contient tout ce qui l'a encouragé à mener l'aventure Saravah.

Cette soirée s'est inscrite dans l'esthétique propre à ce label peu conventionnel. Les inter-plateaux étaient parfois un peu longs, les interventions un peu foutraques, mais l'envie de découverte et la passion de la création sont des valeurs que n'ont que peu à voir avec l'obligation d'efficacité de l'époque actuelle. L'histoire de Saravah est celle de la victoire des valeurs d'amitié et d'ouverture sur les diktats de l'industrie musicale.

Au regard de la génération des artistes entendus sur scène, mais aussi aperçus dans la salle (Clio, Pauline Drand, Veronica Charnley du groupe Plumes, ou encore Etienne Champollion), Pierre Barouh a démontré que la musique et la chanson vivaient au-delà des interprètes, que ce bien immatériel se transmettait de génération en génération comme les gestes et le savoir-faire d'un artisan particulièrement doué.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Divers artistes des 50 ans de Saravah

En savoir plus :
Le site officiel de Saravah


Laurent Coudol         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=