Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les 50 ans de Saravah
Le Trianon  (Paris)  dimanche 20 novembre 2016

Le label Saravah a été créé par Pierre Barouh il y a 50 ans. On y croise les premiers albums de défricheurs de la chanson française (Higelin, Fontaine...), les premiers témoignages discographiques de la samba (Baden Powell de Aquino), des airs de Francis Lai à rattacher au cinéma ("Un homme et une femme", "A bicyclette" d'Yves Montand...). A 82 ans, Pierre Barouh a certes perdu des compagnons de route, mais il mord encore la vie à pleine dents. C'est lui qui officiait comme Monsieur Loyal de cette soirée où étaient annoncés Albin de la Simone, Arthur H, Daniel Mille, Bastien Lallemant, Jeanne Cherhal, Maïa Barouh, Séverin, et d'autres invités.

C'est sous le signe du jazz que Pierre Barouh entame la soirée en interprétant "L'allégresse" en compagnie de Daniel Mille à l'accordéon. Le ton est donné, celui des "rois du slow bizz", des amitiés longues et des chemins de traverse.

Ainsi, en première partie, on entendra Alexandra Gatica et Albin de la Simone interpréter "Cet enfant que je t'avais fait" ou Albin de la Simone et Bastien Lallemant reprendre "A bicyclette" d'Yves Montand, une chanson écrite par Pierre Barouh et Francis Lai. Un des grands moments de la soirée aura lieu en compagnie de Séverin et Jeanne Cherhal qui interpréteront une version magnifique de la chanson de Brigitte Fontaine, enregistrée en 1968, "Dommage que tu sois mort".

Après un court entracte, c'est en compagnie d'Arthur H, dont le père Jacques Higelin fut l'un des fers de lance du label Saravah, et de Maïa Barouh, la fille de Pierre, que le spectacle reprend avec une version joyeusement dilettante de "C'est normal", immortalisée par Areski et Brigitte Fontaine en 1973 et qui n'a pas pris une ride. Maïa Barouh continuera par deux morceaux à la flûte dans une veine jazz / world, dont "Vivre" de Pierre Barouh et Francis Lai. C'est ensuite Claire Elzière qui viendra interpréter deux inédits, dont les auteurs n'avaient laissé que les textes à Saravah avant de décéder, "Les mots" d'Allain Leprest et une chanson de Pierre Louki, avant que le Quartet Buccal se lance dans une interprétation a cappella et au cordeau du "Funambule" de Jean-Roger Caussimon.

Tous les participants se sont ensuite retrouvés sur scène pour "Le Kabaret de la Dernière chance" avant de descendre dans la salle pour interpréter ensemble "Boule qui roule" de Daniel Lavoie, chanson qui aux dires de Pierre Barouh contient tout ce qui l'a encouragé à mener l'aventure Saravah.

Cette soirée s'est inscrite dans l'esthétique propre à ce label peu conventionnel. Les inter-plateaux étaient parfois un peu longs, les interventions un peu foutraques, mais l'envie de découverte et la passion de la création sont des valeurs que n'ont que peu à voir avec l'obligation d'efficacité de l'époque actuelle. L'histoire de Saravah est celle de la victoire des valeurs d'amitié et d'ouverture sur les diktats de l'industrie musicale.

Au regard de la génération des artistes entendus sur scène, mais aussi aperçus dans la salle (Clio, Pauline Drand, Veronica Charnley du groupe Plumes, ou encore Etienne Champollion), Pierre Barouh a démontré que la musique et la chanson vivaient au-delà des interprètes, que ce bien immatériel se transmettait de génération en génération comme les gestes et le savoir-faire d'un artisan particulièrement doué.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Divers artistes des 50 ans de Saravah

En savoir plus :
Le site officiel de Saravah


Laurent Coudol         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 11 avril 2021 : Culture en résistance

Nous avons rencontré des acteurs du monde de la culture pour évoquer leurs situations mais aussi l'avenir. Le replay intégral est à voir dès maintenant sur la TV de Froggy's Delight. Pour le reste, voici le programme de la semaine. Et surtout, restons groupés.

Du côté de la musique :

"In time Brubeck" de Duo Fines Lames
"Navegar" de Joao Selva
"Le style (avec Guillaume Long et Flavien Girard" la 8ème émission de Listen In Bed
"Dusk" de Paddy Sherlock
"Live at the Berlin philarmonie 1969" de Sarah Vaughan
Les petites découvertes de la semaine en clips avec : Hanna & Kerttu, Texas, A Certain Ratio, Johnny Mafia, Chevalrex + Thousand
et toujours :
"Caillou" de Gisèle Pape
"Sauvé" de It It Anita
"Goes too far" de Olivier Rocabois
"Morricone stories" de Stefano Di Battista
"Le fruit du bazar" de Alex Toucourt
"Bento presto" de Caribou Bâtard
"De mort viva" de Sourdure
"Mistake romance" de Tristan Melia
"Courtesy of Geoff Barrow : Unsung Heroes" le mix #18 de Listen In Bed
Des petites découvertes en clip : O' Lake, Luwten, Corentin Ollivier, Ghern et Old Caltone

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La passion selon saint Matthieu" de Bach par Romeo Castellucci
"War sweet war" de Jean lambert-Wild
"Les Sœurs Macaluso" d'Emma Dante
"Monkey Money" de Carole Thibaut
"Une heure de tranquillité" de Florian Zeller
"Le Dernier jour du jeûne" de Simon Abkarian
"La Ronde" de Boris Charmatz

Expositions :

en virtuel :
"Le Grand Tour, voyage(s) d'artistes en Orient" au Musée des Beaux-Arts de Dijon
"La Fabrique de l'Extravagance" au Château de Chantilly
"La Police des Lumières" aux Archives nationales
"D'Alésia à Rome" au Musée d'Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye
"Pompéi, un récit oublié" Musée de la Romanité à Nîmes
et un documentaire : "Les trésors des hôtels particuliers : Du Marais aux Champs Elysées"

Cinéma :

at home :
"Où vont les chats après 9 vies ?" de Marion Duhaime
"Stuck Option" de Pierre Dugowson
"La fête est finie" de Marie Garel-Weiss
"1991" de Ricardo Trogi
"Généalogies d'un crime" de Raoul Ruiz
"L'été de Kikujiro" de Takeshi Kitano
"Le retour de la panthère rose" de Blake Edwards

Lecture avec :

"Elmet" de Fiona Mozley
"Le savoir grec" de Jacques Brunschwig, Geoffrey Ernest Richard Lloyd & Pierre Pellegrin
"Seul entouré de chiens qui mordent" de David Thomas
"Sur la route, vers ailleurs" de Benjamin Wood
et toujours :
"Biotope" de David Coulon
"Ces petits riens qui nous animent " de Claire Norton
"Dernières nouvelles de Sapiens" de Silvana Condemi & François Savatier
"Eat, and love yourself" de Sweeney Boo
"Giants : Brotherhood" de Carlos & Miguel Valderrama
"L'art du sushi" de Franckie Alarcon
"L'île sombre" de Susanna Crossman
"La rivère des disparues" de Liz Moore
"Pourquoi le nord est-il en haut ?" de Mick Ashworth

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=