Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le Voyage au Groenland
Sébastien Betbeder  novembre 2016

Réalisé par Sébastien Betbeder. France. Aventure. 1h38 (Sortie le 30 novembre 2016). Avec Thomas Blanchard, Thomas Scimeca, François Chattot, Ole Eliassen, Adam Eskildsen, Benedikte Eliassen, Mathias et Judith Henry.

Sébastien Betbeder ne chôme pas. Après "Marie et les naufragés" sorti en avril, "Le Voyage au Groenland" est son deuxième film sur les écrans en 2016.

Il y retrouve les deux Thomas, Thomas Blanchard et Thomas Scimeca, déjà présents dans plusieurs de ses films précédents et surtout déjà parties prenantes à son court métrage "Inupiluk" qui entame ce qu'il appelle sa trilogie "groenlandaise".

Car après ce court, Prix Jean Vigo du court-métrage 2014, suivra sur le même sujet "Le Film que nous tournerons au Groenland" avant que "Le Voyage au Groenland" ne soit sa conclusion.

Pour une fois, grâce à Sébastien Betbeder, le cinéma français sait se dépayser et Kullorsuaq, le village inuit où les Thomas vont rejoindre Nathan père de l'un d'eux, avec ses jolies maisons en couleurs au bord de la blanche banquise, est un lieu qui rafraîchira tous les regards grisâtres des spectateurs.

D'autant qu'ici, la caméra du cinéaste n'a aucun relent colonial ni touristique et, à l'image de ses deux personnages de pré-trentenaires très intermittents du spectacle, développe une des meilleurs qualités humaines : la bienveillance.

"Le Voyage au Groenland" de Sébastien Betbeder n'a pour but unique que de rapprocher les gens, que ce soit le Thomas incarné par Thomas Blanchard avec ce père qui a refait sa vie au Groenland, ou qu'il s'agisse des occidentaux qui regardent sur l'écran les paisibles inuits vivant leurs vies avec toute la contradiction d'être à la fois des "autochtones" et des "scandinaves" au passeport danois.

On ne narrera pas toutes les micro-aventures que les deux amis vont devoir vivre. Il ne faut cependant éluder qu'on sera tenté d'avoir une pensée pour "Nanouk", le chef d'oeuvre de Robert Flaherty qui reconstitue la vie des esquimaux au prix de sévères entorses à la réalité.

Ce n'est pas ce reproche qui viendra à l'esprit du travail de Sébastien Betbeder. Si l'on y verra des traîneaux avec des chiens et d'authentiques chasseurs de phoque, on y découvrira aussi une population concernée par la modernité et donc connectée.

Ce sera l'occasion de moments franchement hilarants comme ce "suspense" pour les deux comédiens chômeurs, cherchant à pointer comme tous les mois, et devant prier que le bas débit de leur ligne suffise à prévenir le "Pole emploi" pour rester parmi ceux qui sont indemnisés.

Seront-ils ou non radiés ? On le saura en allant voir "Le Voyage au Groenland" de Sébastien Betbeder, une excellente surprise dont le minimalisme est synonyme de pudeur et dont le bon esprit est sans failles.

Par dessus le marché, les deux Thomas sont des comédiens qui commencent à bien mener leurs barques et l'on verra que cette plongée "en terre inconnue" sans Frédéric Lopez leur plaît bien puisqu'elle est largement profitable pour desserrer toutes les contradictions dans lesquelles ils se débattent. On aura aussi une grande pensée pour François Chattot qui se sort formidablement de l'idée d'être le père d'un "grand fils" et qui transmet par petites touches heureuses son goût pour cet endroit et ce peuple.

Aucune raison, donc, pour ne pas choisir ce périple pas cher vers un ailleurs véritable sans la chanson sur ce paradis menacé d'anéantissement par les fléaux du libéralisme mondialisé.

Pourtant tout est là, jamais caché, du réchauffement climatique et de ses effets sur la banquise aux méfaits d'internet sur l'avenir d'habitants qui vivent désormais plus ou moins bien le fait de se savoir si loin de cette "civilisation" qui rentre chez eux quotidiennement.

Mais "Le Voyage au Groenland" de Sébastien Betbeder a choisi un optimisme bien tempéré, et l'on s'enfoncera, comme ses personnages, dans la neige pour parcourir la belle et longue distance qui sépare de l'amitié et de la compréhension mutuelle.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 21 février 2021 : et le chiffre du jour est 21

21 février pour cette édition et 21ème Mare Aux Grenouilles, déjà, à voir en replay dès maintenant. Pour le reste voici le beau programme de la semaine avec une sélection tous azimuts malgré le sale temps pour la culture.

Du côté de la musique :

"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah
et toujours :
"Qui naît dort plus" de Armande Ferry-Wilczek
"La beauté du jour" de Ben Lupus
"For the first time" de Black Country, New Road
"Spare ribs" de Sleaford Mods
"Vertigo days" de The Notwist
"Lumen" de Dalva
"Michel de la Barre : Suites et sonates" de Ensemble Tic Toc Choc
"Muses" de Karen Lano
"Road of the lonely ones" le Mix #12, saison 2 de Listen In Bed
Interview de Med dont nous vous présenterons le disque très bientôt
"Blue" de Rosie Balland
RosaWay et Belfour dans un petit ni vus ni connus pour parler de leurs clips

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Un grand cri d'amour" de Josiane Balasko
"Si c'était à refaire" de Laurent Ruquier
"Dix ans de mariage" d'Alil Vardar
"Longwy-Texas" de Carole Thibaut
"J'ai des doutes" de François Morel
et de l'opéra revisité "La Dame Blanche" de François-Adrien Boieldieu
"La Flûte Enchantée" de Mozart
ou pas "Le Barbier de Séville" de Rossini

Expositions :

en virtuel :
"Botero, dialogue avec Picasso" à l'Hôtel de Caumont
“Calder Stories” au Centro Botín à Santander
"Le Voyage à l?époque d?Edo (1603-1868)" au Musée Cernuschi
"Ulla von Brandenburg - "Le milieu est bleu" au Palais de Tokyo
"L'Age d'or de la peinture danoise" au Petit Palais
"Claude Viallat - Sutures et Vari" à la Galerie Templon
"Sabine Weiss - Sous le soleil de la vie" à la Galerie Les Douches

Cinéma :

at home :
"L'Ombre des femmes" de Philippe Garrel
"Un amour de jeunesse" de Mia Hansen-Love
"Seule" de Mélanie Charbonneau
"Crème de menthe" de Philippe David Gagné et Jean-Marc E. Roy
"Pool" de Francis Magnin

Lecture avec :

"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano
et toujours :
"Yahya Hassan" de Yahya Hassan
"Cela aussi sera réinventé" de Christophe Carpentier
"De l'autre côté des croisades" de Gabriel Martinez-Gros
"L'instruction" de Antoine Brea
"La pierre du remords" de Arnaldur Indridason
"La sountenance" de de Anne Urbain
"Le premier homme du monde" de Raphaël Alix

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=