Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le Voyage au Groenland
Sébastien Betbeder  novembre 2016

Réalisé par Sébastien Betbeder. France. Aventure. 1h38 (Sortie le 30 novembre 2016). Avec Thomas Blanchard, Thomas Scimeca, François Chattot, Ole Eliassen, Adam Eskildsen, Benedikte Eliassen, Mathias et Judith Henry.

Sébastien Betbeder ne chôme pas. Après "Marie et les naufragés" sorti en avril, "Le Voyage au Groenland" est son deuxième film sur les écrans en 2016.

Il y retrouve les deux Thomas, Thomas Blanchard et Thomas Scimeca, déjà présents dans plusieurs de ses films précédents et surtout déjà parties prenantes à son court métrage "Inupiluk" qui entame ce qu'il appelle sa trilogie "groenlandaise".

Car après ce court, Prix Jean Vigo du court-métrage 2014, suivra sur le même sujet "Le Film que nous tournerons au Groenland" avant que "Le Voyage au Groenland" ne soit sa conclusion.

Pour une fois, grâce à Sébastien Betbeder, le cinéma français sait se dépayser et Kullorsuaq, le village inuit où les Thomas vont rejoindre Nathan père de l'un d'eux, avec ses jolies maisons en couleurs au bord de la blanche banquise, est un lieu qui rafraîchira tous les regards grisâtres des spectateurs.

D'autant qu'ici, la caméra du cinéaste n'a aucun relent colonial ni touristique et, à l'image de ses deux personnages de pré-trentenaires très intermittents du spectacle, développe une des meilleurs qualités humaines : la bienveillance.

"Le Voyage au Groenland" de Sébastien Betbeder n'a pour but unique que de rapprocher les gens, que ce soit le Thomas incarné par Thomas Blanchard avec ce père qui a refait sa vie au Groenland, ou qu'il s'agisse des occidentaux qui regardent sur l'écran les paisibles inuits vivant leurs vies avec toute la contradiction d'être à la fois des "autochtones" et des "scandinaves" au passeport danois.

On ne narrera pas toutes les micro-aventures que les deux amis vont devoir vivre. Il ne faut cependant éluder qu'on sera tenté d'avoir une pensée pour "Nanouk", le chef d'oeuvre de Robert Flaherty qui reconstitue la vie des esquimaux au prix de sévères entorses à la réalité.

Ce n'est pas ce reproche qui viendra à l'esprit du travail de Sébastien Betbeder. Si l'on y verra des traîneaux avec des chiens et d'authentiques chasseurs de phoque, on y découvrira aussi une population concernée par la modernité et donc connectée.

Ce sera l'occasion de moments franchement hilarants comme ce "suspense" pour les deux comédiens chômeurs, cherchant à pointer comme tous les mois, et devant prier que le bas débit de leur ligne suffise à prévenir le "Pole emploi" pour rester parmi ceux qui sont indemnisés.

Seront-ils ou non radiés ? On le saura en allant voir "Le Voyage au Groenland" de Sébastien Betbeder, une excellente surprise dont le minimalisme est synonyme de pudeur et dont le bon esprit est sans failles.

Par dessus le marché, les deux Thomas sont des comédiens qui commencent à bien mener leurs barques et l'on verra que cette plongée "en terre inconnue" sans Frédéric Lopez leur plaît bien puisqu'elle est largement profitable pour desserrer toutes les contradictions dans lesquelles ils se débattent. On aura aussi une grande pensée pour François Chattot qui se sort formidablement de l'idée d'être le père d'un "grand fils" et qui transmet par petites touches heureuses son goût pour cet endroit et ce peuple.

Aucune raison, donc, pour ne pas choisir ce périple pas cher vers un ailleurs véritable sans la chanson sur ce paradis menacé d'anéantissement par les fléaux du libéralisme mondialisé.

Pourtant tout est là, jamais caché, du réchauffement climatique et de ses effets sur la banquise aux méfaits d'internet sur l'avenir d'habitants qui vivent désormais plus ou moins bien le fait de se savoir si loin de cette "civilisation" qui rentre chez eux quotidiennement.

Mais "Le Voyage au Groenland" de Sébastien Betbeder a choisi un optimisme bien tempéré, et l'on s'enfoncera, comme ses personnages, dans la neige pour parcourir la belle et longue distance qui sépare de l'amitié et de la compréhension mutuelle.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 14 juillet 2024 : La grande parade

C'est l'heure de la grande parade et du tintouin pour faire semblant que tout va bien depuis 1789. Mais le feu d'artifice culturel, c'est sur Froggy's Delight que ça se passe et plus précisément à Avignon ! Pensez aussi à nous suivre sur nos réseaux sociaux.

Du côté de la musique :

"Postindustrial Hometown Blues" de Big Special
"That golden time" de Villagers
"La maladresse" de Leila Huissoud
quelques découvertes avec The Silver Lines, Inwoods, Djinn, Coeur Joie, Pop Crimes et ODA
et toujours :
"Les chants de l'aurore" de Alcest
quelques clips à découvrir : Dropdead Chaos, MATW, For the Hackers, Elias Dris, CXK
Festival Chauffer la Noirceur #32, nous y fumes avec Gogol Bordello, Glauque, Mike Love et quelques autres
"Shame" de Venice Bliss
"Locust land" de Bill MacKay
"Flash-back" de de Laurène Heistroffer Durantel
"Hommage à Nadia Boulanger" de Lola Descours
"All things shining" de Oh Hiroshima
"Deutche theatre Berlin trilogy" de PC Nackt et Nico van Wersch
"Le seum" de Resto Basket
"Times" de Seppuku
des festivals à venir : U Rock Party #3, Cooksound #13, La Guinguette Sonore #7
quelques clips : BEBLY - Lofofora - Chien Méchant - Wendy Pot - Cloud House - JMF Band
on termine la saison du Morceau Caché par "Émission 33 - Alt-J, The Dream, analyse par Alt-J"

Au théâtre :

Spéciale Avignon :
"J'aimerais arrêtée" au Théâtre Luna / Quartier Luna
"Les enfants du diable" au Théâtre L'Oriflamme
"Momentos" au Théâtre Girasole
"Venise, récit chanté d'un corps" au Théâtre le 11
"L'arbre de Mia" au Grenier à Sel
"Au creux de mon silence" au Théâtre 3S
"Des chèvres en Corrèze" au Théâtre Episcène
"Inavouable" de Théâtre La Manufacture
"Vive" au Théâtre du Train Bleu
"Brisby (blasphème !)" au Théâtre du Train Bleu
"L'art de ne pas dire" au Théâtre La Factory, salle Tomasi
"Constellation Bobin Leprest" au Théâtre Le Verbe Fou
"Femme non rééducable" au Théâtre du Balcon
"Métanoïa, le présage du papillon" au Théâtre La Factory, Chapelle des Antonins
"Normal" à La Scala Provence
"Le poids des fourmis" au Théâtre La Manufacture
"Les enchanteurs" au Théâtre des Gémeaux
"Cyborg Experiments #1" au Théâtre La Factory
"Cet amour qui manque à tout amour" au Théâtre Chapau Rouge
"Rêveries" au Présence Pasteur, salle Jacques Fornier
"160 000 enfants" au Théâtre des Lilas
"Anne Chrsitine et Philippe" au Tiers lieu La Respelid'/Carmel
"Blanc de blanc" au Théâtre Transversal
"Classement sans suite" au Théâtre La Luna
et également toutes les chroniques par théâtre :
Le récapitulatif des tous les spectacles d'Avignon chroniqués chez Froggy

Cinéma avec :

"Aventurera" de Alberto Gout
"Karmapolice" de Julien Paolini

"Saravah" de Pierre Barouh
"La récréation de juillet" de Pablo Cotten et Joseph Rozé

"El profesor" de Marie Alché & Benjamin Naishtat

"Six pieds sur terre" de Hakim Bensalah
"Nouveau monde" de Vincent Capello
et toujours :
"La Gardav" de Thomas et Dimitri Lemoine
"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein

Expos avec "Résistance" de l'artiste Ukrainien Pinhas Fishel, Pavillon Davioud

Lecture avec :

Nos polars de l'été :
"7m2" de Jussi Adler Olsen
"La meute" de Olivier Bal
"Les effacées" de Bernard Minier
"Norferville" de Franck Thilliez
et toujours :
"Délivrées" de Delilah S. Dawson
"Un autre eden" de James Lee Burke
"Joli mois de mai" de Alan Parks
"Se perdre ou disparaitre" de Kimi Cunningham Grant
"Vic Chestnutt, le calme et la fureur" de Thierry Jourdain
"La cité des mers" de Kate Mosse
"Merci la résistance !" par un Collectif d'auteurs
"Mon homme marié" de Madeleine Gray
"Rien de spécial" de Nicole Flattery
"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier
"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=