Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce L'Intégriste malgré lui (The Reluctant Fundamentalist)
Mira Nair  2012

Réalisé par Mira Nair. Etats Unis/Grande Bretagne/Qatar. Thriller. 2h10 (2012). Avec Riz Ahmed, Kate Hudson, Liev Schreiber, Kiefer Sutherland, Om Puri, Shabana Azmi, Martin Donovan et Nelsan Ellis.

Sorti aux États-Unis en 2012, "L'intégriste malgré lui" de Mira Nair n'a pas été distribué en France. Pourtant, depuis le succès public de "Salaam Bombay !" (1988), la réalisatrice indienne a acquis une réputation mondiale qui lui a permis d'être à la tête de productions internationales.

Certes, le bon côtoie le moins bon dans sa filmographie, mais on ne s'explique pas, sauf à considérer le sujet comme un "sujet à risques", pourquoi "L'intégriste malgré lui" n'a pas connu de programmation française.

Car le film, de facture classique, tient pendant deux heures son sujet et, grâce à l'oeil non occidental de Mira Nair, montre toute la complexité du parcours d'un jeune Pakistanais brillamment diplômé d'une université américaine et ayant grimpé très vite dans la hiérarchie d'une multinationale, victime collatéral du 11 Septembre.

En effet, Changez avait tout pour réussir dans un univers où l'argent était roi et transcendait toutes les frontières de race et de religion. Il n'en a plus beaucoup dans une Amérique traumatisé par le coup d'éclat de Ben Laden.

C'est ce parcours que conte avec force détails Mira Nair. Comme dans la chanson de Renaud, "Manhattan Kaboul", Changez est "bien intégré, quasiment new-yorkais" mais tout à coup tout s'effondre dans un toucher rectal d'un policier qui ne voit pas en lui le brillant capitaliste sans scrupule mais un musulman potentiellement terroriste...

On le retrouve donc quelques années plus tard, barbu et habillé à l'orientale. Est-il désormais passé de l'autre côté de la force intégriste ? Un journaliste, lui aussi, revenu de bien des idéaux, devra percer son mystère pour la CIA à la recherche d'un otage.

 

Suspense dans le Pakistan sous tension et retours en arrière biographiques pour comprendre pourquoi on en est arrivé là alternent dans cette production au budget confortable et qui sait, sans doute grâce à sa réalisatrice, ne pas sombrer dans le manichéisme.

Le beau personnage de Changez est toujours promis, même dans la nasse pakistanaise, à un bel avenir s'il ne subit pas l'ire des uns et des autres. Parviendra-t-il à incarner une troisième voie "démocratique" entre une Amérique belliciste et un fondamentalisme conquérant ?

Bénéficiant d'une distribution américaine brillante, avec un Kiefer Sutherland royal et un Liev Schreiber impressionnant dans le rôle de Bobby Lincoln journaliste à la dérive au Pakistan, "L'intégriste malgré lui" de Mira Nair donne aussi de beaux portraits d'orientaux.

Pour une fois, l'autre n'est pas caricatural, qu'il s'agisse de l'éditeur turque qui contribue à convaincre Changez de quitter sa multinationale prédatrice, ou de la famille pakistanaise du héros, avec notamment le grand acteur indien Om Puri qui joue puissamment le père du héros.

En plus, on soulignera une rareté dans un film américain : l'existence d'un couple "interracial" Kate Hudson-Riz Ahmed que l'on voit même dans une scène d'amour.

Encore une raison de visionner "L'intégriste malgré lui" de Mira Nair qui réussit à faire passer en deux heures de cinéma "classique" un message de tolérance qui, sans être militant, va à l'encontre du manichéisme dominant depuis le 11 Septembre.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 21 février 2021 : et le chiffre du jour est 21

21 février pour cette édition et 21ème Mare Aux Grenouilles, déjà, à voir en replay dès maintenant. Pour le reste voici le beau programme de la semaine avec une sélection tous azimuts malgré le sale temps pour la culture.

Du côté de la musique :

"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah
et toujours :
"Qui naît dort plus" de Armande Ferry-Wilczek
"La beauté du jour" de Ben Lupus
"For the first time" de Black Country, New Road
"Spare ribs" de Sleaford Mods
"Vertigo days" de The Notwist
"Lumen" de Dalva
"Michel de la Barre : Suites et sonates" de Ensemble Tic Toc Choc
"Muses" de Karen Lano
"Road of the lonely ones" le Mix #12, saison 2 de Listen In Bed
Interview de Med dont nous vous présenterons le disque très bientôt
"Blue" de Rosie Balland
RosaWay et Belfour dans un petit ni vus ni connus pour parler de leurs clips

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Un grand cri d'amour" de Josiane Balasko
"Si c'était à refaire" de Laurent Ruquier
"Dix ans de mariage" d'Alil Vardar
"Longwy-Texas" de Carole Thibaut
"J'ai des doutes" de François Morel
et de l'opéra revisité "La Dame Blanche" de François-Adrien Boieldieu
"La Flûte Enchantée" de Mozart
ou pas "Le Barbier de Séville" de Rossini

Expositions :

en virtuel :
"Botero, dialogue avec Picasso" à l'Hôtel de Caumont
“Calder Stories” au Centro Botín à Santander
"Le Voyage à l?époque d?Edo (1603-1868)" au Musée Cernuschi
"Ulla von Brandenburg - "Le milieu est bleu" au Palais de Tokyo
"L'Age d'or de la peinture danoise" au Petit Palais
"Claude Viallat - Sutures et Vari" à la Galerie Templon
"Sabine Weiss - Sous le soleil de la vie" à la Galerie Les Douches

Cinéma :

at home :
"L'Ombre des femmes" de Philippe Garrel
"Un amour de jeunesse" de Mia Hansen-Love
"Seule" de Mélanie Charbonneau
"Crème de menthe" de Philippe David Gagné et Jean-Marc E. Roy
"Pool" de Francis Magnin

Lecture avec :

"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano
et toujours :
"Yahya Hassan" de Yahya Hassan
"Cela aussi sera réinventé" de Christophe Carpentier
"De l'autre côté des croisades" de Gabriel Martinez-Gros
"L'instruction" de Antoine Brea
"La pierre du remords" de Arnaldur Indridason
"La sountenance" de de Anne Urbain
"Le premier homme du monde" de Raphaël Alix

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=