Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Adam Green
Interview  (Paris)  7 juin 2005

Adam Green à Paris ? Vous dites que c'était au Tradendo…Mais pourquoi diantre... Auteur d'un sublime troisième album (Gemstones, janvier 2005) pouvant être qualifié d'album de la maturité (Traduisons cela par plus vendeur), Adam Green n'a pas d'actualité à défendre. Et personne à convaincre.

Libéré de toute contrainte commerciale, l'ex-chantre du mouvement antifolk nous gratifie d'une interview forcément captivante. Veste de velours et propos bien sentis, le dandy new-yorkais a ce soir fière allure…

En deux mots….que pensez de votre première partie, HAL, pas trop peur qu'ils te volent la vedette?

Adam Green (un brin embarrassé) : HAL c'est cool… Très bon groupe. En fait ils ne tournent avec moi qu'en France et en Allemagne. Je n'ai en fait pas trop eu le temps d'écouter leur album…

Bon... Revenons sur ce dernier album, Gemstones laisse entendre bcp de claviers et un peu moins de guitares dans la plupart des chansons…Est-ce une volonté personnelle de se démarquer du mouvement antifolk et trouver votre réelle identité ?

Adam Green : Effectivement, c'est la première fois que Nathan Brown (Ndlr : Pianiste de l'album) participe à l'un de mes albums... Je ne sais pas vraiment si on peut parler de rupture, je ne planifie pas mes albums à l'avance. Je sais juste que j'essaie à chaque fois de construire un album différent, et il y a évident une évolution avec Friends of mine, des tonalités et des réflexions plus adultes.

Son très 70' et voix plus crooner….Votre voix semble avoir pris en assurance. Assumez vous la comparaison avec Jim Morrison ou Lou Reed comme conteur d'histoires urbaines ?

Adam Green : Je n'aime pas trop être comparé aux références du passé en fait…Même si dans le cas présent c'est un compliment. Des chansons comme "Crackhouse blues" sur cet album peuvent faire penser au Lou Reed des 70' , mais j'essaie d'avancer sans tenir compte du passé. Si les gens sifflotent une de mes chansons et ressentent des émotions en les écoutant, c'est déjà assez pour moi..

Une chanson comme "Choke on a cock" adressée à Georges Bush,est assez explicite et politisée…Ne vous a-t-elle pas causée trop d'ennuis dans un pays assez puritain ?

Adam Green : L'Amérique est plus qu'un pays puritain... Bien sur que j'ai des ennuis avec ce genre de chansons. On se heurte rapidement à la censure des médias et de l'opinion. Les américains sont en fait des gens moyens, qui tentent de vivre dans un périmètre assez restreint : Travailler, s'occuper de leurs femmes, élever leurs enfants. Ils se moquent bien des problèmes du reste du monde je pense. La victoire de Georges Bush aux dernières élections sur Al Gore n'est qu'une fraude politicienne…

Et c'est aussi le cas à New York, presque un état dans l'état en réalité ?

Adam Green : New York est une ville à part. Je suis né là bas, j'y ai grandi et j'y vis encore… Il y a une liberté que je ne retrouve dans aucune autre ville d'Amérique, Seattle ou L.A. par exemple. En fait, la plupart des médias américains me disent comment ne pas penser, me disent ce qui est mal, mais aucun ne me dit quel est la vérité. Et vous les européens vous êtes surement en avance sur nous à ce niveau là…La guerre en Irak me dépasse totalement par exemple…Je suis totalement écoeuré de voir cette boucherie (Ndlr : Busherie ?) tous les jours sur les chaînes américaines.

Pour revenir à la musique, on se dit à l'écoute de Gemstones que vous vous inscrivez de plus en plus dans la lignée des songwriters américains. Ce n'est pas trop frustrant de jouer devant un public étranger, moins apte à saisir la finesse de vos paroles ?

Adam Green : Non, je ne pense pas…J'attache autant d'importance à la musique qu'aux textes, et je ne vois pas l'un sans l'autre... Ce soir je ferais encore quelques blagues ou réflexions et je verrais bien si le public est réceptif ou pas. En général, le public européen réagit très positivement à mes textes, je n'imagine pas la langue comme une barrière. Je sais par exemple que les écoliers allemands les étudient en cours, puisqu'un recueil de mes chansons y a été édité. Je prends cela comme le compliment ultime possible pour un artiste…

Pour finir, un album a conseiller d'urgence aux francais ? Une nouveauté new-yorkaise comme Regina Spektor ?

Adam Green (Surpris) : Oh vous connaissez Regina Spektor ? C'est une bonne amie, j'adore. Je pourrais éventuellement vous conseiller Jeffrey Lewis, un new-yorkais également…Ecouter tout Jeffrey Lewis…

Résumons la situation. Une réputation de jeune homme blasé et rabougri. Un flegme gainsbourien à faire pâlir tout journaliste un tant soit peu timide. Et un accent new-yorkais à couper au couteau. Les ingrédients parfaits pour une interview ratée.

Quelques minutes plus tard, l'intervieweur se rend compte qu'il en a déjà passé trente avec Adam Green, et que miracle, il en redemande. Capable d'évoquer en une seule et même phrase Georges Bush (qu'il déteste) et Franck Sinatra (qu'il adore), Adam Green tord le cou à tous les préjugés et se révèle passionnant et plus lucide que cinquante farmers du Texas profond… Le vert n'est-il pas la couleur de l'espoir ?

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Friends of mine de Adam Green
La chronique de l'album Jessica de Adam Green
La chronique de l'album Gemstones de Adam Green
La chronique de l'album Jacket full of danger de Adam Green
La chronique de l'album Sixes & Sevens de Adam Green
La chronique de l'album Engine of Paradise de Adam Green
Adam Green en concert à La Cigale (7 juin 2003)
Adam Green en concert à Mains d'Oeuvres (26 mai 2003)
Adam Green en concert à La Maroquinerie (1er mars 2004)
Adam Green en concert à La Cigale (12 avril 2006)
Adam Green en concert à La Maroquinerie (24 septembre 2007)
Adam Green en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2008 (Mardi)
Adam Green en concert à L'Aéronef (jeudi 11 février 2010)
L'interview de Adam Green (7 juin 2003)
L'interview de Adam Green (mars 2004)
L'interview de Adam Green (7 février 2006)


Little Tom         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 1er juin 2020 : Retour à la réalité

Le monde d'après ne sera sans doute pas mieux que celui d'avant. Ces 2 mois de répit n'auront sans doute servi qu'à amplifier les frustrations en tout genre. Sans prétendre y remédier voic de quoi vous détendre un peu avec notre sélection culturelle de la semaine.

vous pouvez également revoir notre première émission "La mare aux grenouilles" sur la Froggy's TV. Suivez la chaine pour ne pas rater émissions et concerts en direct.

Du côté de la musique :

"Nunataq" de Alexandre Herer
"Vodou Alé" de Chouk Bwa & The Angstromers
"Wallsdown" de Enzo Carniel
Interview de Jo Wedin et Jean Felzine à l'occasion de leur concert sur la Froggy's TV
"Pictures of century" de Lane
"Lullaby (mix #15)" nouvelle émission de Listen In Bed à écouter
"Introssessions" de Minhsai
"Guinea music all stars" de Moh! Kouyaté
"Parcelle brillante" de Orwell
"Evocacion" de Quatuor Eclisses
"Is this natural" de Tazieff
"EP 2" de The Reed Conservation Society
et toujours :
Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

les créations contemporaines :
"Le Mardi à Monoprix" de Emmanuel Darley
"Lucide" de Rafael Spregelburd
"Le Royaume des animaux" de Roland Schimmelpfennig
"Délivre-toi de mes désirs" de María Velasco
"L'étudiante et Monsieur Henri" de Yvan Calbérac
de la comédie signée Pierre Palmade:
"Ma soeur est un chic type" de Pierre Palmade
"Pièce montée" de Pierre Palmade
"10 ans de mariage" de Alil Vardar
Au Théâtre ce soir :
"On dînera au lit" de Marc Camoletti
"Le canard à l'orange" de William Douglas Home
"L'Or et la Paille" de Barillet et Grédy
les classiques par la Comédie française :
"L'Avare" de Molière
"Les Rustres" de Goldoni
du côté des humoristes :
un spécial Christophe Alévêque à l'occasion de son inédit 2020 "Le trou noir"
avec
"Christophe Alévêque - Super rebelle... et candidat libre"
"Christophe Alévêque revient bien sûr"

"Christophe Alévêque - Debout"
et du théâtre lyrique revisité:
"Le Postillon de Lonjumeau" d'Adolphe Adam par Michel Fau
"Turandot" de Puccini par Robert Wilson
et de la caricature joyeuse avec "The Opera Locos"

Expositions :

découvrir la visite en ligne d'expositions virtuelles annulées :
"Giorgio de Chirico. La peinture métaphysique" au Musée de l'Orangerie
"Pompéi" au Grand Palais
et "Plein air, de Corot à Monet" au Musée des Impressionnismes de Giverny
s'évader en un clic en direction de la province :
à Nice pour une visite virtuelle du Musée Magnin et celle de l'exposition "Soulages, la puissance créatrice" à la Galerie Lympia
de l'Europe :
en Espagne vers le Musée Carmen Thyssen à Málaga
et en Allemagne avec la visite des 3 niveaux de la Kunsthalle de Brême
et plus loin encore aux Etats-Unis vers le Musée Isabella Stewart Gardner à Boston
et le Musée d'Art de Caroline du Nord à Raleigh
avant le retour sur Paris pour découvrir les éléments décoratifs de L’Opéra national de Paris

Cinéma at home avec :

de l'action :
"Code 211" de York Alec Shackleton
"Duels" de Keith Parmer
de la comédie : "Le boulet" de Alain Berbérian et Frédéric Forestier
du drame :
"Marion, 13 ans pour toujours" de Bourlem Guerdjou
"Happy Sweden" de Ruben Östlund
de la romance :
"Coup de foudre à Jaïpur" de Arnauld Mercadier
"Marions-nous !" de Mary Agnes Donoghue
du thriller :
"The Watcher" de Joe Charbanic
"Résurrection" de Russell Mulcahy
du fantastique : "Godzilla" de Masao Tamai
les années 40 au Ciné-Club :
"Boule de suif" de Christian Jaque
"Le carrefour des enfants perdus" de Léo Joannon
et un clin d'oeil au début du cinéma avec "Le Voyage dans la Lune" de Georges Méliès

Lecture avec :

"BeatleStones" de Yves Demas & Charles Gancel
"L'obscur" de Phlippe Testa
"La géographie, reine des batailles" de Philippe Boulanger
"Trouver l'enfant / La fille aux papillons" de René Denfeld
et toujours :
"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=