Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Urfaust
Théâtre de la Tempête  (Paris)  janvier 2017

Drame de Johann Wolfgang von Goethe, mise en scène de Gilles Bouillon, avec Frédéric Cherboeuf, Vincent Berger, Marie Kauffmann, Juliette Poissonnier, Etienne Durot et Baptiste Chabauty.

Révélé plus d'un siècle après son écriture suite à une découverte inopinée, "Urfaust" constitue une version primitive de l'oeuvre princeps de Goethe qui édifie le mythe de Faust dans laquelle il suffit au Diable, hors de tout contrat, d'exacerber les passions humaines.

Faust, savant et professeur, connaît les misères du savoir et de la science qui, conjuguées à l'absence de crainte de Dieu comme du Diable, ont asséchées son coeur de toute joie jusqu'au jour où, découvrant le grimoire de Nostradamus, il se tourne vers l'alchimie pour étancher la soif de son l'âme et tester la puissance de l'esprit.

L'esprit convoqué se manifeste comme un double ingénieux et facétieux, qui s'avère la manifestation d'une puissance supérieure et maléfique, celle du Diable travesti insufflant maints conseils avisées pour obtenir les faveurs de la belle, pure et innocente Marguerite.

Faust n'est pas un Dom Juan impénitent mais un homme instrumentalisé par le Mal, tout comme Marguerite n'est pas une paysanne frustre et inculte simplement éblouie par la figure et les cadeaux de l'intellectuel mais une jeune fille disposant d'un peu d'instruction et de bien embrasée par une ardente et violente attraction sensuelle et sexuelle pour l'homme.

Inspiré d'une légende populaire, l'intrigue, simple et naïve pour certains, le drame de la jeune fille séduite et abandonnée sauvée par son repentir, et révélant des influences tant shakespearienne que moliéresque par l'insertion de scènes bouffonnes, l'opus se présente comme un poème dramatique dans lequel les tourments de l'âme sont portés par la beauté de la langue du 18ème siècle restituée par la traduction de Jean Lacoste et Jacques Le Rider.

Gilles Bouillon le porte sur scène dans une superbe scénographie toute en épure de Nathalie Holt, un espace crépusculaire aux cimaises noires et sol de sable gris, qui, soutenue par les lumières de Marc Delamézière et les brefs inserts musicaux de Alain Bruel, parvient à négocier la réalité prosaique comme le fantastique notamment, avec les fugitives apparitions de symboles démoniaques, la vapeur (de soufre) et les chiens du diable, dans l'antre de Faust aux prises avec ses chimères.

La direction d'acteur est rigoureuse pour soutenir un jeu moderne et sobre qui évite les écueils de la truculence comme du mélodrame et combiner les registres du tragique et du cocasse. Dans ce dernier, Baptiste Chabauty, Etienne Durot et Juliette Poissonnier, en charge de plusiers rôles, officient dans la juste mesure.

Un excellent trio incarnent les principaux protagonistes. Vincent Berger compose efficacement l'ambiguïté de Méphisto. L'éloquence sensible de Frédéric Cherboeuf se déploie subtilement dans la partition de Faust et Marie Kauffmann, possède la fraîcheur palpitante pour camper une brune, charnelle et fiévreuse Marguerite et, en duo, délivrent des scènes d'amour d'une incandescente intensité dramatique.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 07 juillet 2024 : La culture, pour toujours

Les grenouilles prennent la route d'Avignon et nous vous livrerons nos chroniques quasiment au jour le jour exceptionnelement ! En attendant, voici le programme de la semaine. Pensez aussi à nous suivre sur nos réseaux sociaux.

Du côté de la musique :

"Les chants de l'aurore" de Alcest
quelques clips à découvrir : Dropdead Chaos, MATW, For the Hackers, Elias Dris, CXK
Festival Chauffer la Noirceur #32, nous y serons avec Gogol Bordello, Glauque, Mike Love et quelques autres
"Shame" de Venice Bliss
et toujours :
"Locust land" de Bill MacKay
"Flash-back" de de Laurène Heistroffer Durantel
"Hommage à Nadia Boulanger" de Lola Descours
"All things shining" de Oh Hiroshima
"Deutche theatre Berlin trilogy" de PC Nackt et Nico van Wersch
"Le seum" de Resto Basket
"Times" de Seppuku
des festivals à venir : U Rock Party #3, Cooksound #13, La Guinguette Sonore #7
quelques clips : BEBLY - Lofofora - Chien Méchant - Wendy Pot - Cloud House - JMF Band
on termine la saison du Morceau Caché par "Émission 33 - Alt-J, The Dream, analyse par Alt-J"

Au théâtre :

Spéciale Avignon :
"Normal" à La Scala Provence
"Le poids des fourmis" au Théâtre La Manufacture
"Les enchanteurs" au Théâtre des Gémeaux
"Cyborg Experiments #1" au Théâtre La Factory
"Cet amour qui manque à tout amour" au Théâtre Chapau Rouge
"Rêveries" au Présence Pasteur, salle Jacques Fornier
"160 000 enfants" au Théâtre des Lilas
"Anne Chrsitine et Philippe" au Tiers lieu La Respelid'/Carmel
"Blanc de blanc" au Théâtre Transversal
"Classement sans suite" au Théâtre La Luna
et également toutes les chroniques par théâtre :
Le récapitulatif des tous les spectacles d'Avignon chroniqués chez Froggy

Cinéma avec :

Saravah" de Pierre Barouh
"La récréation de juillet" de Pablo Cotten et Joseph Rozé

"El profesor" de Marie Alché & Benjamin Naishtat

"Six pieds sur terre" de Hakim Bensalah
"Nouveau monde" de Vincent Capello
et toujours :
"La Gardav" de Thomas et Dimitri Lemoine
"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein

Expos avec "Résistance" de l'artiste Ukrainien Pinhas Fishel, Pavillon Davioud

Lecture avec :

Nos polars de l'été :
"7m2" de Jussi Adler Olsen
"La meute" de Olivier Bal
"Les effacées" de Bernard Minier
"Norferville" de Franck Thilliez
et toujours :
"Délivrées" de Delilah S. Dawson
"Un autre eden" de James Lee Burke
"Joli mois de mai" de Alan Parks
"Se perdre ou disparaitre" de Kimi Cunningham Grant
"Vic Chestnutt, le calme et la fureur" de Thierry Jourdain
"La cité des mers" de Kate Mosse
"Merci la résistance !" par un Collectif d'auteurs
"Mon homme marié" de Madeleine Gray
"Rien de spécial" de Nicole Flattery
"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier
"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=