Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Corniche Kennedy
Dominique Cabrera  janvier 2017

Réalisé par Dominique Cabrera. France. Drame. 1h34 (Sortie le 18 janvier 2017). Avec Lola Creton, Aïssa Maïga, Moussa Maaskr, Kamel Kadri et Alain Demaria.

Dominique Cabrera a commencé sa carrière de cinéaste par le documentaire. Ces jours-ci sort d'ailleurs un coffret intitulé "Il était une fois la banlieue" regroupant ses films consacrés à Mantes-la-jolie et à la Courneuve.

Passée à la fiction, elle n'avait jusqu'alors pas opéré totalement la jonction entre les deux faces de son cinéma.

Avec "Corniche Kennedy", film tiré d'un roman de Maylis de Kerangal, elle réussit enfin cette synthèse et incontestablement l'un de ses meilleurs films.

Baignant dans le bleu du ciel et de la mer, "Corniche Kennedy" de Dominique Cabrera porte bien son titre puisqu'il se déroule presque entièrement dans cette calanque de Marseille, terrain de jeu d'intrépides "minots" marseillais qui passent leurs journées à plonger du haut de ce lieu escarpé, magnifiquement découpé par l'érosion.

Pour pénétrer ce milieu informel mais qui a ses codes et ses usages, ne serait-ce que pour ne pas finir écraser contre les rochers, Maylis a choisi une jeune bourgeoise marseillaise, solitaire et fascinée par les plongeurs. Elle s'appelle Suzanne, ce qui, en 2016, paraît bien éloigné socialement des Marco, Mehdi, Franck, Mélissa, Hamza, Mamaa, Julie, qui constituent l'armature du groupe de plongeurs casse-cou dont on va partager la passion.

Pour s’inscrire de plain-pied dans la fiction, "Corniche Kennedy" a eu besoin d'inventer une histoire policière, pas forcément très passionnante, mais qui a l'avantage de mettre en situation les plongeurs et d'éviter de les entendre simplement raconter le pourquoi de leurs sauts.

Ici, c'est à Suzanne qui, bien entendu devra se faire accepter pas à pas dans le groupe, que chacun explique en mots simples de cinéma ses raisons de risquer la mort joyeusement.

Et force est de constater que les images d'Isabelle Razinet sont fortes et signifiantes. Voir cette troupe bruyante et rieuse s'égailler autour des rochers à pic et s'élancer pour sauter plusieurs mètres plus bas dans une grande bleue accueillante, à condition que l'on ne se rate pas, impressionne.

S'évadant d'un quotidien à l'avenir plus qu'incertain, ses jeunes gens et jeune filles encore adolescents ont l'air heureux quand ils sautent. Si Dominique Cabrera a mélangé cette partie quasi documentaire, même quand Suzanne rejoint le groupe, avec une seconde partie plus dans le "cliché marseillais", c'est aussi pour expliquer pourquoi les sauteurs sont relativement jeunes.

Après ce passage, certains sont rattrapés par leur avenir "sociologique". Petits boulots, chômage, délinquance, le rêve en apesanteur fait place aux nécessités d'une vie pas très drôle.

Reste qu'il y a dans "Corniche Kennedy" de Dominique Cabrera un vrai sujet, que ce sujet est vraiment traité et que son originalité tranche avec les poncifs habituels sur Marseille au point qu'on en accepte in fine le retour pour les besoins du récit.

On soulignera aussi la qualité du regard de Dominique Cabrera sur ses ados épris sans être toujours capables de le formuler d'un appétit de vivre sans calcul.

Portrait sans jugement moral de ces jeunes assoiffés de sensations libres, "Corniche Kennedy" est à mille lieues d'un reportage formaté sur le même sujet et montre sans avoir besoin d'une démonstration didactique ce que peut le cinéma quand il s'ébat vraiment loin des sentiers rebattus.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 21 février 2021 : et le chiffre du jour est 21

21 février pour cette édition et 21ème Mare Aux Grenouilles, déjà, à voir en replay dès maintenant. Pour le reste voici le beau programme de la semaine avec une sélection tous azimuts malgré le sale temps pour la culture.

Du côté de la musique :

"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah
et toujours :
"Qui naît dort plus" de Armande Ferry-Wilczek
"La beauté du jour" de Ben Lupus
"For the first time" de Black Country, New Road
"Spare ribs" de Sleaford Mods
"Vertigo days" de The Notwist
"Lumen" de Dalva
"Michel de la Barre : Suites et sonates" de Ensemble Tic Toc Choc
"Muses" de Karen Lano
"Road of the lonely ones" le Mix #12, saison 2 de Listen In Bed
Interview de Med dont nous vous présenterons le disque très bientôt
"Blue" de Rosie Balland
RosaWay et Belfour dans un petit ni vus ni connus pour parler de leurs clips

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Un grand cri d'amour" de Josiane Balasko
"Si c'était à refaire" de Laurent Ruquier
"Dix ans de mariage" d'Alil Vardar
"Longwy-Texas" de Carole Thibaut
"J'ai des doutes" de François Morel
et de l'opéra revisité "La Dame Blanche" de François-Adrien Boieldieu
"La Flûte Enchantée" de Mozart
ou pas "Le Barbier de Séville" de Rossini

Expositions :

en virtuel :
"Botero, dialogue avec Picasso" à l'Hôtel de Caumont
“Calder Stories” au Centro Botín à Santander
"Le Voyage à l?époque d?Edo (1603-1868)" au Musée Cernuschi
"Ulla von Brandenburg - "Le milieu est bleu" au Palais de Tokyo
"L'Age d'or de la peinture danoise" au Petit Palais
"Claude Viallat - Sutures et Vari" à la Galerie Templon
"Sabine Weiss - Sous le soleil de la vie" à la Galerie Les Douches

Cinéma :

at home :
"L'Ombre des femmes" de Philippe Garrel
"Un amour de jeunesse" de Mia Hansen-Love
"Seule" de Mélanie Charbonneau
"Crème de menthe" de Philippe David Gagné et Jean-Marc E. Roy
"Pool" de Francis Magnin

Lecture avec :

"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano
et toujours :
"Yahya Hassan" de Yahya Hassan
"Cela aussi sera réinventé" de Christophe Carpentier
"De l'autre côté des croisades" de Gabriel Martinez-Gros
"L'instruction" de Antoine Brea
"La pierre du remords" de Arnaldur Indridason
"La sountenance" de de Anne Urbain
"Le premier homme du monde" de Raphaël Alix

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=