Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La Source des Saints
Théâtre de la Commune  (Aubervilliers)  janvier 2017

Comédie dramatique de John Millington Synge, mise en scène de Michel Cerda, avec Anne Alvaro, Yann Boudaud, Chloé Chevalier, Christophe Vandevelde et Arthur Verret.

Connu surtout pour son "Baladin du monde occidental", John Millington Synge appartient à cette génération d'écrivains et de dramaturges irlandais qui sont allés, au début du siècle, à la redécouverte d'une Irlande pré-catholique, voire païenne ou celte.

Dans "La Source des Saints", les personnages sont haut-en-couleur et truculents. Portés sur la bouteille, ils n'ont pas leur langue dans leur poche. Mais, à l'inverse des figures que l'on trouve par exemple dans les films de John Ford, ils ne sont pas soumis à la figure tutélaire d'un prêtre, fût-il un fieffé bagarreur. Ici, le merveilleux tient lieu de religion et cette source de jouvence et d'amour n'a rien à voir avec la trilogie chrétienne.

Sur un parquet de bois en forme de grand carré, scénographié par Olivier Brichet, Michel Cerda a disposé ses six personnages récurrents. On les verra souvent à plusieurs dans de belles attitudes qui pourraient suggérer des tableaux "vivants".

Dans la langue caustique de Synge traduite par Noëlle Renaude, on commence par découvrir Mary et Martin, un couple de vieillards aveugles. Mendiants hargneux et méchants, ils vont retrouver une jeunesse perdue grâce à un saint homme faiseur de miracles.

Dans cette espèce de ronde, où tous les personnages se répondent, fleurissent les mots de Synge, accompagnés par les sons du faiseur de miracle, que Michel Cerda a astucieusement transformé en bruiteur.

Si l'on est attentif aux transformations de ces drôles de bougres qui composent la petite société rurale de Synge, on assistera avec plaisir aux allées et venues de ces six caractères bien entendu à la recherche d'un auteur et surtout de sa parole.

En tête de cette petite troupe, on reconnaîtra d'abord à la voix la grande Anne Alvaro. Accompagnée de Yann Boudaud, Chloé Chevalier, Christophe Vandevelde, Arthur Verret et Silvia Circu, elle savoure cette langue rare, dont la simplicité étonne alors qu'elle véhicule des concepts apparemment philosophiques et qu'elle embarque le spectateur dans une vraie logorrhée poétique.

Michel Cerda dit quelque part que John Millington Synge annonce un autre grand Irlandais, Samuel Beckett. On ne peut que constater une vraie parenté entre les clowns célestes de Godot et les épaves ressuscitées provisoirement par Synge. Peut-être, pour en tirer le maximum de satisfaction, faudrait-il avoir lu son texte.

Reste qu'une fois emporté dans son univers, on est totalement dépaysé, prêt pour découvrir le monde des rêves archétypiques, ceux d'une Irlande profane et envoûtante.

Michel Cerda a rendu un vrai hommage à un auteur mal connu fort en potentialités théâtrales. Il faut se laisser emporter par toute cette petite société qui semble d'un autre âge mais qui reste présente au cœur d'un pays européen qui vibre encore d'un passé magique et millénaire.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 11 avril 2021 : Culture en résistance

Nous avons rencontré des acteurs du monde de la culture pour évoquer leurs situations mais aussi l'avenir. Le replay intégral est à voir dès maintenant sur la TV de Froggy's Delight. Pour le reste, voici le programme de la semaine. Et surtout, restons groupés.

Du côté de la musique :

"In time Brubeck" de Duo Fines Lames
"Navegar" de Joao Selva
"Le style (avec Guillaume Long et Flavien Girard" la 8ème émission de Listen In Bed
"Dusk" de Paddy Sherlock
"Live at the Berlin philarmonie 1969" de Sarah Vaughan
Les petites découvertes de la semaine en clips avec : Hanna & Kerttu, Texas, A Certain Ratio, Johnny Mafia, Chevalrex + Thousand
et toujours :
"Caillou" de Gisèle Pape
"Sauvé" de It It Anita
"Goes too far" de Olivier Rocabois
"Morricone stories" de Stefano Di Battista
"Le fruit du bazar" de Alex Toucourt
"Bento presto" de Caribou Bâtard
"De mort viva" de Sourdure
"Mistake romance" de Tristan Melia
"Courtesy of Geoff Barrow : Unsung Heroes" le mix #18 de Listen In Bed
Des petites découvertes en clip : O' Lake, Luwten, Corentin Ollivier, Ghern et Old Caltone

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La passion selon saint Matthieu" de Bach par Romeo Castellucci
"War sweet war" de Jean lambert-Wild
"Les Sœurs Macaluso" d'Emma Dante
"Monkey Money" de Carole Thibaut
"Une heure de tranquillité" de Florian Zeller
"Le Dernier jour du jeûne" de Simon Abkarian
"La Ronde" de Boris Charmatz

Expositions :

en virtuel :
"Le Grand Tour, voyage(s) d'artistes en Orient" au Musée des Beaux-Arts de Dijon
"La Fabrique de l'Extravagance" au Château de Chantilly
"La Police des Lumières" aux Archives nationales
"D'Alésia à Rome" au Musée d'Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye
"Pompéi, un récit oublié" Musée de la Romanité à Nîmes
et un documentaire : "Les trésors des hôtels particuliers : Du Marais aux Champs Elysées"

Cinéma :

at home :
"Où vont les chats après 9 vies ?" de Marion Duhaime
"Stuck Option" de Pierre Dugowson
"La fête est finie" de Marie Garel-Weiss
"1991" de Ricardo Trogi
"Généalogies d'un crime" de Raoul Ruiz
"L'été de Kikujiro" de Takeshi Kitano
"Le retour de la panthère rose" de Blake Edwards

Lecture avec :

"Elmet" de Fiona Mozley
"Le savoir grec" de Jacques Brunschwig, Geoffrey Ernest Richard Lloyd & Pierre Pellegrin
"Seul entouré de chiens qui mordent" de David Thomas
"Sur la route, vers ailleurs" de Benjamin Wood
et toujours :
"Biotope" de David Coulon
"Ces petits riens qui nous animent " de Claire Norton
"Dernières nouvelles de Sapiens" de Silvana Condemi & François Savatier
"Eat, and love yourself" de Sweeney Boo
"Giants : Brotherhood" de Carlos & Miguel Valderrama
"L'art du sushi" de Franckie Alarcon
"L'île sombre" de Susanna Crossman
"La rivère des disparues" de Liz Moore
"Pourquoi le nord est-il en haut ?" de Mick Ashworth

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=