Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Octave Noire
Néon  (Yotanka / PIAS)  janvier 2017

"Cent millions d’années, une seconde, une éternité, pour faire un monde". Tels sont les premiers mots d’Octave Noire, sans aucun doute l’une des futures révélations musicales de l’année 2017 qui débute sous les meilleurs auspices. Sans aucun doute possible, Néon, le premier disque d’Octave Noire fera partie des disques qui comptent en 2017.

Allons droit au but, cet album est sublime de bout en bout, l’écouter c’est prendre une grande claque qui fait du bien. Les 9 morceaux sont un véritable voyage musical nous transportant dans 9 lieux différents aussi beaux les uns que les autres. Avec ou sans escales, on reste conquis par l’équipage.

Alors Octave Noire, c’est qui ? Octave Noire est un nouveau groupe d'électro pop créé par Patrick Moriceau, artiste parisien passé par la musique électronique, accompagné par Ton's aux claviers machines et Franck Richard à la batterie. C’est d’abord l’Afrique qui éveille le jeune Octave Noire à la musique. Et pour cause, il a vécu les dix premières années de sa vie en Côte d’Ivoire. Tout naturellement, sa musique a longtemps puisé à cette source jusqu’à son dernier album Néon, qui ne garde du continent noir qu’une empreinte légère.

Noyé dans un bleu Klein sur la pochette, on se demande si l’artiste ne se tourne pas vers un nouveau monde qu’il vient de composer. L’album débute justement avec la sublime chanson "Un nouveau monde". Dès les premières sonorités, on se retrouve embarqué avec l’impression d’avoir déjà entendu ça. Une batterie, un synthé et des instruments électroniques, des paroles minimalistes, un mélange de Vangelis, Jean-Michel Jarre et Sébastien Tellier, la synthèse est parfaite. Une progression musicale crescendo nous jette dans un kaléidoscope sensoriel hallucinant. On sent que musicalement l’artiste n’a rien inventé mais pourtant cette chanson nous hypnotise comme par magie. Cette chanson me transporte comme la ritournelle de Sébastien avait pu me transporter il y a quelques années lors de sa première écoute. Epoustouflant. 6 minutes de pur bonheur.

"La sainte nuit", chanson suivante nous transporte immédiatement dans un univers Gainsbourrien avec toujours des sons synthétiques envoûtants. On change d’univers avec "Belem", beaucoup plus sombre pour les premières notes qui nous fait penser à un générique de film des années 80. Embarqué, nostalgie opérante, une fois de plus… Ca monte, ca descend, on se perd dans une instrumentalisation aux folles envolées. C’est encore simple et efficace.

"My hand is your hand", petite ballade folk synthétique chantée au départ se transforme ensuite en odyssée synthétique entièrement instrumentale faisant penser à certains morceaux de Woodkid pour finir de nouveau par quelques mots prononcés par l’artiste.

"Tes yeux, tes mains, tes lèvres", chanson chantée en anglais, n’apparaît pas comme la chanson la plus aboutie de l’album. Sympathique, sans plus. Heureusement, Octave noire nous récupère de suite avec "La neige en été", digne des plus beaux titres de Sébastien Tellier. Putain c’est sublime… Il y a du génie dans cet artiste, faire tomber des flocons de neige en été, quel talent. Une fois de plus le texte est minimaliste mais la musique, délicate et sublime nous emmène vers des contrées lointaines, très lointaines, et neigeuses surtout…

Les claviers pétillent de mille feux "Sur un tube disco" et l’album se termine par "The Shapes", titre chanté en anglais, chanson délicate où l’artiste sifflote au début, susurre ensuite pour nous emmener vers la fin du voyage, déjà, malheureusement. On était si bien à ses côtés, on aurait largement continué…

Octave Noire est donc une révélation totale à l’écoute de son Néon, qui nous fait rentrer dans son univers musical. Digne représentant d’Alain Chamfort, en version 21ème siècle, il renoue musicalement avec certaines vapeurs électroniques du grand Jean-Michel Jarre (pas celui du dernier album par contre) en y croisant des influences d’artistes de talent comme Woodkid et Sébastien Tellier. La force d’Octave Noire est qu’il ne copie pas ces artistes, ils sont pour lui une influence que son talent lui permet d’approcher.

Néon n’est plus seulement à nos yeux ce gaz rare qu’on trouve dans l’univers. Il est aussi un album somptueux qui nous fait frissonner, nous hypnotise. Tout y est sublime, la musique, la voix et les textes. Magnifique, ce premier album propulse Octave Noire dans la cour des grands de la pop française.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Los Angeles de Octave Noire
La chronique de l'album Monolithe de Octave Noire

En savoir plus :
Le site officiel d'Octave Noire
Le Soundcloud d'Octave Noire
Le Facebook d'Octave Noire


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 9 août 2020 : Vacances, j'oublie tout

Il fait beau et chaud, on reste à l'ombre, on traine à la plage, mais si vous avez encore un petit moment pour jeter un oeil à Froggy's Delight, nous sommes toujours là. Voici le programme light et rafraichissant de la semaine.
petit bonus, le replay de la MAG (Mare Aux Grenouilles) numéro #1

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

Le compte-rendu de la 35ème édition du Festival Humour et Eau salée
et un spécial "Au Théatre ce soir dans un salon" avec les grands classiques de Barilet et Grédy :
"Peau de vache"
"Potiche"
"Folle Amanda"
"Le don d'Adèle"
"L'Or et la Paille"
et "Fleur de cactus" revisité par Michel Fau

Expositions :

en real life :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Voir le jour" de Marion Laine
"Le Défi du champion" de Leonardo D'Agostini
et at home avec des longs...
"2021" de Cyril Delachaux
"Les Robinsonnes" de Laurent Dussaux
"L'Ile aux femmes" de Eric Duret
"Quand j'avais 5 ans, je m'ai tué" de Jean-Claude Sussfeld
"The Storm" de Ben Sombogaart
...et des courts-métrages
"Odol Gorri" de Charlène Favier
"Poseur" de Margot Abascal

Lecture avec :

"Retour de service" de John Le Carré
"Un océan, deux mers, trois continents" de Wilfried N'Sondé
"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=