Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Rétrospective Jane Birkin - Divertimento (La Belle Noiseuse)
Cinémathèque française  du 25 janvier au 11 février 2017

Un prénom et une initiale suffisent pour la chanter. De Jane B. on a tout aimé. Ses yeux bleus, candides et provocants, ses longs cheveux châtains, l’évidence de sa présence. Ses inquiétudes aussi, ses métamorphoses au fil des films.

Parmi toutes les étiquettes qu’on aurait envie de lui accoler, aucune ne semble parfaitement convenir ; échappée du Swinging London d’Antonioni, gracieuse petite Anglaise dans les films français, ambigüe androgyne de "Je t’aime moi non plus", on la retrouve aussi bien chez Claude Zidi que chez Agnès Varda ou Jacques Doillon.

Jolie bien sûr, grave parfois, ou traquée. Autant de facettes que la Cinémathèque française propose de découvrir au cours d’un hommage bien mérité avec en film d'ouverture "Divertimento", la version courte de "La Belle Noiseuse" réalisé par Jacques Rivette.

DIVERTIMENTO
Réalisé par Jacques Rivette. France. Comédie dramatique. 2h10 (Sortie septembre 1991). Avec Michel Piccoli, Emmanuelle Béart, Jane Birkin, Marianne Denicourt, David Bursztein, Gilles Arbona, Marie Belluc et Bernard Dufour.

Il était une fois un peintre qui en admirait un autre. Il l’admirait même tant qu’il lui confia la chose la plus précieuse qu’il eût sur cette terre : celle qu’il aimait. Elle serait son chef-d’œuvre, sa Belle Noiseuse, la Femme fascinante et insaisissable. Mais le peintre avait tort, car on n’offre pas impunément le corps et l’âme de la bien-aimée.

Du "Chef-d’œuvre inconnu", courte nouvelle de Balzac, Jacquette Rivette tira deux films. La version la plus connue, "La Belle Noiseuse", dure près de quatre heures ; "Divertimento", réponse à un impératif de production, est deux fois plus court.

Pourtant, contrairement à d’autres de ses films, Jacques Rivette n’a pas saboté au montage la "version courte" de "La Belle Noiseuse". Il en propose une variante, explorant ainsi la question qui était au centre du beau texte de Balzac : la finitude en art est-il possible ? Jusqu’à quel point une œuvre peut-elle être remodelée, retravaillée ?

Tout tourne autour de cette œuvre en gestation, à laquelle le vieux peintre Frenhoffer (Michel Piccoli) cherche depuis des années à donner vie. Cette vie, c’est une jeune femme qui la porte. Emmanuelle Béart palpite sous la lumière de William Lubtschansky, présentant aux yeux du peintre une chair insaisissable. Un corps qui ne se laisse jamais réduire, emprisonner sur le canevas de la toile, mais qui résiste, encore, de plus en plus, à la fixation artistique. Sans doute, la version de quatre heures donnait plus de temps à ce duel de la volonté entre l’artiste et son modèle, ce dernier à la fois complice et ennemi dans la recherche de l’être.

Mais justement, l’essence de cet être réside dans son refus de se plier à une volonté et à une main extérieures. D’abord utilisée contre son gré, "vendue" par son amant (David Bursztein), Marianne découvre l’irréductibilité de sa chair. Nue, dépliée, manipulée, crucifiée, elle reconquiert pourtant son corps, découvrant avec ravissement la puissance de ses membres, possédant l’espace autour d’elle.

C’est bien elle, l’œuvre qui au fur et à mesure se crée, mais une œuvre face à laquelle son Pygmalion est plus qu’impuissant, dérouté par la naissance qui se déroule sous ses yeux.

Le film repose essentiellement sur un quadrille. Deux couples se font face, deux générations, deux artistes. Mais alors que le personnage de Nicolas s’efface de plus en plus, dépassé par ce qui se passe dans l’atelier et l’apparition progressive de cette femme qu’il ne connaît pas, Liz, (Jane Birkin), la femme de Frenhoffer, ancien modèle, ancienne muse, demeure.

Artiste elle aussi, c’est même elle qui décrira le mieux l’opération artistique : faire les choses à tort et au travers. Passer la paroi de la chair pour arriver à l’âme est aussi son objectif : elle empaille des oiseaux et les met en scène.

Metteur en scène, elle l’est d’ailleurs aussi. La première, elle comprend que Marianne sera la Belle Noiseuse. Maîtresse d’un château immense, elle observe et agit sur ceux qui vivent sous son toit. Mais elle connaît aussi la douleur et la perte. Fantôme mélancolique, elle laisse l’empreinte de son pied nu sur une feuille blanche, seul signe de son passage. Son image, effacée pour être remplacée par le corps d’une autre, nous adresse pourtant un curieux sourire de l’au-delà.

Le temps n’existe plus. Ni le jour, ni la nuit. Il n’y a que ces êtres qui luttent, entre eux et contre eux-mêmes, qui font de leur mieux pour faire surgir quelque chose du néant. Spectacle merveilleux et rare, Jacques Rivette, de manière peut-être unique, donne à voir le processus de création artistique, sa puissance et sa faculté de destruction. Et, dans une chute à la Edgar Poe, laisse entrevoir la mort d’un artiste.

 

Anne Sivan         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 24 mai 2020 : Culture pour tous !

Toujours pas de festival, de théâtre, de concert, et autres ouvertures de lieux de réjouissances diverses sinon quelques passe droits pour les amis de Manu. En espérant que tout rentre dans l'ordre et que l'on retrouve le plaisir du spectacle vivant bientôt. Soyez prudents, sortez couverts et restez curieux !

Du côté de la musique :

Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac
et toujours :
"Chante-nuit" de Facteurs Chevaux
"9 songs" de Pierre
"Sex education" de Ezra Furman
"Cage meet Satie" de Anne de Fornel et Jay Gottlieb
Interview de Batist & the 73' réalisé à l'occasion de son live Twitch dont des extraits accompagnent cette entretien
"Hundred fifty roses" de Dune & Crayon
"F.A. Cult" de Hermetic Delight
"Love is everywhere" de Laurent Bardainne & Tigre d'Eau Douce
"Hum-Ma" de Les Enfants d'Icare
"Spirals" de Sébastien Forrestier

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Frida jambe de bois" de Pascal Rinaldi en vidéo
le diptyque Arne Lygre mis en scène par Stéphane Braunschweig :
"Je disparais" en vidéo
"Rien de moi" en vidéo
des comédies :
"Alors on s'aime"
"L'Appel de Londres"
"Hier est un autre jour"
du divertissement :
"On ne choisit pas sa famille"
"Double mixte"
du vaudeville avec "Le Système Ribadier"
du côté des humoristes :
"François Rollin - Colères"
"La Teuf des Chevaliers du fiel"
"Franck Duboscq - Il était une fois"
Au Théâtre ce soir :
"Le canard à l'orange"
"Le prête-nom"
"Deux hommes dans une valise"
des classiques par la Comédie française :
"Le Petit-Maître corrigé" de Marivaux
"Cyrano de Bergerac" d"Edmond Rostand
et aller à l'opéra pour :
"Fortunio" d'André Messager
"Falstaff" de Verdi

Expositions avec :

les visites commentées par les commissaires d'expositions qui se sont tenues au Musée Jacquemart-André :
"Hammershøi, le maître de la peinture danoise" en vidéo
et "La collection Alana - Chefs-d'oeuvre de la peinture italienne"
partir en province pour découvrir en images le Musée d'Art Moderne et Contemporain de Strasbourg
et le Musée des Beaux-Arts de Nancy
puis en Europe en Espagne le Musée national Thyssen-Bornemisza à Madrid
en Allemagne au Städel Museum à Francfort
ailleurs au Brésil à la Pinacothèque de Sao Paulo
et au Japon au Ohara Museum of Art à Kurashiki
avant de revenir dans l'Hexagone pour une déambulation virtuelle dans le Petit Palais

Cinéma at home avec :

du drame : "Aime ton père" de Jacob Berger
de l'espionnage : "Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
du thriller : "The Unseen" de Geoff Redknap
du thriller fantastique avec "La Neuvième Porte" de Roman Polanski
du divertissement :
"Cassos" de Philippe Carrèse
"Promotion canapé" de Didier Kaminka
"Les Frères Pétard" de Hervé Palud
de glorieux péplums italiens avec Steve Reeves :
"Les Travaux d'Hercule' de Pietro Francisci en VO
"La Bataille de Marathon" de Jacques Tourneur, Mario Bava et Bruno Vailati en VF
du western :
"L'Homme aux colts d'or" d'Edward Dmytryk
"Chino" de John Sturges
au Ciné Club, du cinéma français des années 30 :
"Mister Flow" de Robert Siodmak
"La Banque Némo" de Marguerite Viel
"Les amours de minuit" d'Augusto Genina et Marc Allégret
"Ces messieurs de la santé" de Pierre Colombier
et des films récents en DVD :
"Deux" de Filippo Meneghetti
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"La Dernière vie de Simon" de Léo Karmann

Lecture avec :

"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan
et toujours :
"Là où chantent les écrevisses" de Delia Owens
"Les lumières de Tel Aviv" de Alexandra Schwartzbrod
"Faites moi plaisir" de Mary Gaitskill
"La chaîne" de Adrian McKinty
"Incident au fond de la galaxie" de Etgar Keret

Froggeek's Delight :

Des lives jeux vidéo (mais aussi des concerts) tout au long de la semaine sur la chaine Twitch. Rejoignez la chaine et cliquez sur SUIVRE pour ne rien rater de nos diffusions.

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=