Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Abigail's Party
Théâtre de Poche-Montparnasse  (Paris)  février 2017

Comédie dramatique de Mike Leigh, mise en scène de Thierry Harcourt, avec Cédric Carlier, Dimitri Rataud, Alexie Ribes, Lara Suyeux et Séverine Vincent.

On savait que Mike Leigh était un grand cinéaste qui avait reçu la palme d'Or à Cannes pour "Secrets et mensonges" et qu'à l'instar de Ken Loach et Stephen Frears, il portait haut la renommée du cinéma social britannique.

Ce que l'on ignorait, en revanche, c'est qu'il était aussi un dramaturge à succès, notamment avec "Abigail's Party", créée en 1977, transformée en 1979 en téléfilm, puis reprise récemment à Londres et efficacement adaptée aujourd'hui par Gérald Sibleyras en français

Peintre parfois cruel de la société anglaise, Mike Leigh déborde d'humour caustique et la description clinique qu'il fait des cinq personnages d'"Abigail's Party" est à la fois drôle et virtuose. Le temps d'une soirée entre nouveaux voisins, c'est le portrait de la classe moyenne moderne qui va se dessiner dans toute sa médiocrité satisfaite.

A l'aube des années Thatcher, dans cette banlieue londonienne, sans doute constituée de pavillons récemment construits, Mike Leigh convie ses spectateurs à partager un apéritif fortement alcoolisé entre membres de cette nouvelle couche sociale aux contours larges et flous qui n'a comme socle commun que les valeurs de la consommation.

Les Moss qui reçoivent sont plus installés dans tous les sens du terme que leurs jeunes voisins. Si l'on raisonnait encore en termes de classe sociale, les premiers appartiendraient à la petite bourgeoisie, Peter (Cédric Carlier) étant un petit agent immobilier et sa femme Beverley (Lara Suyeux) une femme au foyer sans enfant.

Quant aux seconds, ils incarneraient la classe populaire supérieure, avec Anthony (Dimitri Rataud) en informaticien (côté maintenance) et Angela (Alexie Ribes) en infirmière en milieu hospitalier.

Mais, des deux côtés, un point commun : l'inculture et son corollaire, le désir d'être grâce au paraître des biens matériels. Ce qui va s'échanger durant la soirée ne sera donc qu'un étalage de lieux communs et la vérification d'un vide existentiel effrayant.

Menant le bal, Beverley Moss, presque en tenue de meneuse de revue, parle et boit beaucoup. Elle ridiculise son mari stressé par trop de travail, triomphe de ses invités moins bien installés et compatit des malheurs de Susan (Séverine Vincent), la mère d'Abigail, contrainte de venir les rejoindre pendant la fête organisée par sa fille.

Ce personnage brasse du vent et récolte du malheur. Lara Suyeux le pousse vers l'excès, lui donne des airs "fassbindériens" qui vont bien dans le sens de la mise en scène de Thierry Harcourt.

Il a conçu "Abigail's Party" dans un écrin 1970 qui fait souvent penser à certains films du cinéaste allemand qui tissaient leurs toiles dans des décors colorés et dans le mauvais goût kitsch de l'époque des pantalons orange à patte d'éléphant.

On soulignera donc l'importance des costumes de Jean-Daniel Vuillermoz, définissant aussitôt chaque personnage et l'on oubliera pas, par exemple, l'extraordinaire combinaison-pantalon d'Alexie Ribes.

L'intérieur, lui aussi très soixante-dix, de Marius Strasser, avec grand canapé et coin bar, crée une ambiance sans légèreté, sans aucune distance. On pourrait définir son subtil travail comme un décor sans humour, évidemment porté au tragique quand Jacques Rouveyrollis fait jouer d'autres nuances de lumière.

Dès lors, ce qui n'aurait pu être qu'une longue soirée sans intérêt prend une force incroyable, et cela sans autre écho du monde que les bruits de la fête d'Abigail. C'est d'ailleurs, ce hors-champ permanent qui rend forte l'expression du banal exprimé sur le plateau.

Alors qu'on sent confusément que la vie est ailleurs, peut-être dans le mal de vivre d'adolescents invisibles produits par les personnages présents sur scène, il n'est plus question que de verres à remplir de plus en plus souvent.

"Abigail's party" pourrait être proche de "Cuisines ou dépendances" ou d'"Un air de famille" de Jean-Pierre Bacri et d'Agnès Jaoui. Heureusement, Mike Leigh ne se complaît pas dans l'anecdote et, renforcé par la lecture judicieuse qu'en fait Thierry Harcourt, se rapprocherait, sans l'excès sexuel et la tension sociale, plutôt de l'univers de Rainer Werner Fassbinder.

"Abigail's Party" est une découverte qui laisse à penser que Mike Leigh devra être désormais rangé dans la catégorie prestigieuse des dramaturges-cinéastes, aux côtés des Fassbinder, Mamet, Guitry et autres Duras ou Pagnol.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 21 février 2021 : et le chiffre du jour est 21

21 février pour cette édition et 21ème Mare Aux Grenouilles, déjà, à voir en replay dès maintenant. Pour le reste voici le beau programme de la semaine avec une sélection tous azimuts malgré le sale temps pour la culture.

Du côté de la musique :

"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah
et toujours :
"Qui naît dort plus" de Armande Ferry-Wilczek
"La beauté du jour" de Ben Lupus
"For the first time" de Black Country, New Road
"Spare ribs" de Sleaford Mods
"Vertigo days" de The Notwist
"Lumen" de Dalva
"Michel de la Barre : Suites et sonates" de Ensemble Tic Toc Choc
"Muses" de Karen Lano
"Road of the lonely ones" le Mix #12, saison 2 de Listen In Bed
Interview de Med dont nous vous présenterons le disque très bientôt
"Blue" de Rosie Balland
RosaWay et Belfour dans un petit ni vus ni connus pour parler de leurs clips

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Un grand cri d'amour" de Josiane Balasko
"Si c'était à refaire" de Laurent Ruquier
"Dix ans de mariage" d'Alil Vardar
"Longwy-Texas" de Carole Thibaut
"J'ai des doutes" de François Morel
et de l'opéra revisité "La Dame Blanche" de François-Adrien Boieldieu
"La Flûte Enchantée" de Mozart
ou pas "Le Barbier de Séville" de Rossini

Expositions :

en virtuel :
"Botero, dialogue avec Picasso" à l'Hôtel de Caumont
“Calder Stories” au Centro Botín à Santander
"Le Voyage à l?époque d?Edo (1603-1868)" au Musée Cernuschi
"Ulla von Brandenburg - "Le milieu est bleu" au Palais de Tokyo
"L'Age d'or de la peinture danoise" au Petit Palais
"Claude Viallat - Sutures et Vari" à la Galerie Templon
"Sabine Weiss - Sous le soleil de la vie" à la Galerie Les Douches

Cinéma :

at home :
"L'Ombre des femmes" de Philippe Garrel
"Un amour de jeunesse" de Mia Hansen-Love
"Seule" de Mélanie Charbonneau
"Crème de menthe" de Philippe David Gagné et Jean-Marc E. Roy
"Pool" de Francis Magnin

Lecture avec :

"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano
et toujours :
"Yahya Hassan" de Yahya Hassan
"Cela aussi sera réinventé" de Christophe Carpentier
"De l'autre côté des croisades" de Gabriel Martinez-Gros
"L'instruction" de Antoine Brea
"La pierre du remords" de Arnaldur Indridason
"La sountenance" de de Anne Urbain
"Le premier homme du monde" de Raphaël Alix

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=