Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les Oubliés
Martin Zandvliet  mars 2017

Réalisé par Martin Zandvliet. Allemagne/Danemak. Drame/Guerre. 1h41 (Sortie le 1er mars 2017). Avec Roland Møller, Mikkel Boe Folsgaard, Joel Basman, Leon Seidel, Oskar Bökelmann, Louis Hofmann, Laura Bro et Zoe Zandvliet.

C'est à une page sombre de l'histoire danoise que "Les Oubliés" de Martin Zandvliet convie les spectateurs.

Le titre anglais, "Land of Mine" est sans doute plus explicite que le titre français : pendant cent minutes, on va être au cœur d'un groupe de démineurs allemands chargés, juste après la guerre, de sécuriser les plages danoises.

Dans cette opération confiée à deux mille soldats allemands prisonniers après la chute du nazisme, le générique du film précise que plus de la moitié d'entre eux vont périr.

Dans un classicisme cinématographique qui ne cherche qu'à raconter une histoire, Martin Zandvliet suit une dizaine de très jeunes soldats, des recrues de la dernière heure, qui doivent déminer une plage sous les ordres du sergent danois Rasmussen.

En ayant choisi des "gamins" constituant les dernières forces dérisoires du Reich, le réalisateur prévient toute réflexion du genre "on ne va pas s'apitoyer sur le sort de ces soldats-là". Ici, on ne peut que compatir à leur terrible sort. Déjà sous-alimentés, ils sont traités sans ménagement par les soldats danois qui les encadrent.

Avec ces faux-airs d'acteur anglais à la Trevor Howard, Roland Moller compose un sergent Rasmussen brutal et haineux qui, peu à peu, découvre que ses prisonniers ne sont pas des nazis mais de pauvres gosses endoctrinés, autant victimes de la guerre que les autres.

"Les Oubliés" de Marin Zandvliet est porteur d'un vrai message humaniste. Certains diront qu'il charge trop la mule et que beaucoup de scènes répondent aux lois attendue du genre "film de prisonniers".

Mais on ne peut lui dénier une vraie sincérité. Comme on s'attache fortement aux personnages, chaque séance de déminage constitue un "calvaire" où l'on s'attend à voir réduits en poudre de nouveaux personnages.

Ce film, qui représentera le Danemark aux oscars, renoue avec une tradition européenne du film de guerre. Il permet de rappeler que le Danemark a été d'autant plus dur avec les Allemands dans l'après-guerre qu'il a été l'un des seuls pays à opposer une résistance passive farouche à la barbarie nazie.

Intemporel dans sa facture et universel dans son propos, "Les Oubliés" de Martin Zandvliet devrait très vite prendre sa place parmi les films sur la seconde guerre mondiale qui comptent.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=