Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La Rive dans le noir
Théâtre 71  (Malakoff)  février 2017

Performance de ténèbres sur un texte de Pascal Quignard, mise en scène et interprétée par Pascal Quignard et Marie Vialle.

Pantalon noir, chemise gris noir, faux airs d'Eric Rohmer, Pascal Quignard s'installe à une table d'écrivain janséniste que l'on verrait bien retirer dans une bergerie moyenâgeuse peu chauffée.

D'une voix enrouée et fragile, il gagne immédiatement l'attention générale. Même de ceux qui ignorent qu'il est l'un des géants de la littérature française, à mille lieues au-dessus de tous ceux qui font des polémiques ou des best-sellers. On le sent un peu apeuré. D'une peur qui se dissipe dès qu'il lit son premier petit texte.

"Il est des choses qui blessent l'âme quand la mémoire les fait resurgir. Chaque fois qu'on y repense, c'est la gorge serrée"

C'est dans la tension de ses souvenirs douloureux que Pascal Quignard, bientôt rejoint par Marie Vialle, elle tout de blanc vêtue, que débute cette heure inouïe.

Avant que sa partenaire-complice ne vienne se livrer à un singulier numéro de cris d'oiseaux, qu'elle n'accomplisse moult métamorphoses, Quignard a placé le spectacle sous la tutelle, d'une part du corbeau, symbolisé par une gravure de Lascaux, d'autre part de la chouette, saisie elle sur un dessin de la grotte Chauvet.

Entre le noir corbeau des poètes maudits et la blanche chouette effraie, oiseau de Minerve et des philosophes, Quignard déroule sa prose magique : "On peut écrire même quand on pleure. Ce qu'on ne peut pas faire en écrivant, quand on est en train d'écrire, c'est chanter."

Dans cette densité parfaitement respirable qui caractérise les grandes œuvres, Pascal et Marie s'installent dans un duo dialectique entre le noir et le blanc, l'animal et l'humain, les mots et les choses, le piano et le silence, la danse et l'immobilité.

En jouant "Les Ombre errantes" de Couperin, Pascal Quignard s'invente cette "performance de ténèbres", qui donne son nom au sous-titre de "La Rive dans le noir".

Dans l'obscurité savamment travaillée par Jean-Claude Fonkenel, et magnifiée par la scénographie expressionniste de Chantal de la Coste, il retrouve la face noire de son enfance, celle qu'il peut résumer en parlant d'une mère qui ne l'aimait pas et ne songeait jamais à l'embrasser.

Ce cri de détresse qui s'esquisse, il a su l'esquiver par avance, quand surgissent successivement sur scène une corneille et une chouette effraie.

La danse de vie des deux oiseaux, leur beauté absolue, la poésie engendrée par leurs vols gracieux qui s'achèvent sur les mains gantées de Pascal et de Marie rendent inoubliable ce moment improbable. On est saisi par la simplicité de ce surgissement, l'évidence de la présence de ces oiseaux de nuit après ce surgissement.

Toutes les personnes qui auront assisté aux vols de ces oiseaux de la main de Pascal à celle de Marie, et réciproquement, ne pourront oublier leur ébahissement devant ces apparitions presque surnaturelles.

Aux meurtrissures inguérissables d'une enfance perdue, Pascal Quignard substitue un instant merveilleux de pure beauté que rien ne pourra effacer des mémoires. "La Rive dans le noir" n'a pas fini de tracer son chemin de lumière dans les âmes assombries par la vie.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 13 septembre 2020 : On ira où tu voudras quand tu voudras

Cet été indien qui s'annonce n'est pas désagréable et apporte un peu de joie dans cette année bien triste. Plus modestement, voici notre sélection culturelle de la semaine pour vous réjouir, espérons-le, avec évidemment le traditionnel replay de la Mare Aux Grenouilles #10 toute fraiche

Du côté de la musique :

"Transience of life" de Elysian Fields
"Cerna vez" de Thomas Bel
"Bandit bandit" de Bandit Bandit
"Twins" de Collectif La Boutique
"Run run run (hommage à Lou Reed" de Emily Loizeau
Emily Loizeau en concert au CentQuatre
"Papillon blanc" de Gabriel Tur
"Dix chansons naturelles et sauvages" de Hugo Chastanet
"Both sides" le spectacle de Jeanne Added au CentQuatre
et toujours :
"Comme un ours" de Alexis HK
"Love songs" de Inflatable Dead Horse
"Charango" de Lisza
"Woman Soldier" de Morgane Ji
"Beethoven : Waldstrein & Hammerklavier" de Théo Fouchenneret

Au théâtre :

les nouveautés :
"Bananas (and the kings)" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le Nez" au Théâtre 13/Jardin
"Un conte de Noël" au Théâtre Gérard Philippe à Saint-Denis
"Un Ennemi du peuple" au Théâtre de Belleville
les reprises :
"Edmond" au Théâtre du Palais Royal
"Une Ombre dans la nuit" au Théâtre du Guichet-Montparnasse

"Derniers coups de ciseaux" au Théâtre des Mathurins
"Noire" au Théâtre du Rond-Point
"Mon dîner avec Winston" au Théâtre du Rond Point
"Elisabeth Buffet - Obsolescence programmée" au Grand Point Virgule

"Alexandra Pizzagali - C'est dans la tête" au Théâtre du Marais
"Olivia Moore - Egoïste" à la Comédie de Paris
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

"Yves Klein, l'infini du bleu" à l'Atelier des lumières
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Les Choses qu'on dit, les choses qu'on fait" d'Emmanuel Mouret
"Adolescentes" de Sébastien Lifshitz
at home :
"Vers un destin insolite sur les flots bleus de l'ete" de Lina Wertmüller
"Volt" de Tarek Ehlail
"Les Héritiers" de Marie-Castille Mention-Schaar
"Les Guichets du Louvre" de Michel Mitrani
"Chambre 666" de Wim Wenders
et des curiosités:
"Impressions de la Haute Mongolie (Hommage à Raymond Roussel)" de Salvador Dali
"The Confessions of Robert Crumb" de Terry Zwigoff
"L'Homme à la camréa" de Dziga Vertov

Lecture avec :

clickez ici pour Notre sélection des livres de la rentrée mais aussi

"Apeirogon" de Colum McCann
"Ce lien entre nous" de David Joy
"Dans la vallée du soleil" de Andy Davidson et "Les dynamiteurs" de Benjamin Whitmer
"Ensemble, on aboie en silence" de Gringe
"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz
"Mes fous" de Jean-Pierre Martin et "Et si on arrêtait de faire semblant" de Jonathan Franzen
et toujours :
"Churchill" de Andrew Roberts
"Des vies à découvert" de Babara Kingslover
"La chasse aux âmes" de Sophie Blandinières
"La discrétion" de Faiza Guene
"La grâce" de Thibault de Montaigu
"La préhistoire, vérités et légendes" de Eric Pincas
"Le lièvre d'Amérique" de Mireille Gagné
"Le monde du vivant" de Florent Marchet
"Qui sème le vent" de Marieke Lucas Rijneveld

Froggeek's Delight :

"A short hike" sur Windows, Mac, Linux, Switch

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=