Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La Mouette
Théâtre de la Bastille  (Paris)  mars 2017

Comédie dramatique de Anton Tchekhov, mise en scène de Thibault Perrenoud, avec Marc Arnaud, Mathieu Boisliveau, Chloé Chevalier, Caroline Gonin, Éric Jakobiak, Pierre-Stefan Montagnier, Guillaume Motte et Aurore Paris.

On avait beaucoup aimé la version du "Misanthrope" mise en scène par Thibault Perrenoud, d'ailleurs avec la même distribution que celle de "La Mouette" (sauf Pierre-Stefan Montagnier qui joue ici Sorine).

On avait notamment trouvé que le "coup de jeune" donné aux personnages apportait un côté rafraîchissant à la pièce de Molière que Perrenoud situait astucieusement dans des milieux "arty" du Paris bobo d'aujourd'hui.

En montant "La Mouette" avec la même volonté de privilégier les acteurs jeunes dans les premiers rôles, le résultat obtenu est beaucoup moins convaincant.

Sans doute l'idée que Nina (Chloé Chevalier), comédienne débutante et émouvante dans sa "virginité" théâtrale puisse avoir un âge sensiblement voisin de celui d'Irina (Aurore Paris), actrice confirmée, fausse les rapports entre les deux personnages féminins. Parallèlement, l'abolition de la différence d'âge entre Constant (Mathieu Boisliveau) et Boris Trigorine (Marc Arnaud) détruit tout ce qu'il y a de "conflit de génération" entre un auteur en vogue et une jeune pousse littéraire en devenir.

Sans parler, évidemment, du fait que Trigorine est l'amant de la mère du jeune provincial qui conçoit le spectacle pour Nina.

Si l'on ne s'explique pas que Thibault Perrenoud n'ait pas jugé utile de plus dater ses personnages, en les différenciant pour les rendre crédibles, on ne s'explique pas non plus pourquoi il a eu l'idée de demander à Clément Camar-Mercier d'adapter le texte de Tchekhov à partir de la version anglaise de Marian Fell.

Intellectuellement, quoi qu'en dise Clément Camar-Mercier, il y a un gros problème quand on accepte l'idée d'une double traduction. Et pas simplement celui d'une "dérussification" de Tchekhov et de l'acceptation de la défaite en rase campagne de la langue de Molière et son abdication devant la langue de Shakespeare.

Outre un affadissement du texte, on risque de multiplier les contre-sens et les affèteries inutiles comme la transformation d'Irina en Irène et de Constantin en Constant. Et puis, à supposer qu'on accepte sans rechigner le principe de la double-traduction, on objectera que la version anglaise choisie par Thibault Perrenoud et Clément Camar-Mercier date de 1912 !

C'est-à-dire que pour moderniser un texte de 1895, on s'appuie sur une traduction qui lui est quasi contemporaine et qui, forcément, risque d'être datée et lacunaire comme le sont toujours les traductions "pionnières".

Ces choses étant dites, on sera d'autant plus navré d'avoir eu à les dire, que le travail scénique de Thibault Perrenoud est plutôt convaincant. Le public est en rond autour de la scène et les comédiens l'occupent plutôt vaillamment.

On ne s'ennuie jamais et si l'on se moque que le texte s'éloigne de la vérité de Tchekhov, on passera une belle soirée. Reste que le personnage de "la mouette", Nina, est assez terne, et qu'on ne comprend (ou plus) pourquoi elle est prometteuse, enflammée.

On risquera une explication, simple et volontairement vraie : une langue malmenée par l'empilement de deux traductions qui enlèvent le suc contenu dans Tchekhov et toute l'émotion que cette "mouette" au destin pathétique génère d'ordinaire.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 15 mai 2022 : En mai cultive toi comme il te plaît

Après une belle soirée en compagnie de KATEL vendredi, le replay est ici, c'est reparti pour une semaine d'actualité culturelle vue par nos chroniqueurs en attendant la déjà 48eme Mare aux Grenouilles en direct samedi !

Du côté de la musique :

"Godowsky - Bach" de Dimitri Papadopoulos
"Being alive" le nouveau mix à écouter de Listen In Bed
Rencontre avec Lofofora
"Des corps dans le décor" de Mauvais Sang
"Litz - once upon a time"
"Misia" de Revue Blanche
"Murmures et rumeurs" de Tom Bourgeois
et toujours :
"J'ai horreur de l'amour" de Bertrand Betsch
"Caroline" de Caroline
"Revenant" de Cascadeur
"Hell stairs" de CDSM
"Unica" de DeLaurentis
"Polar star" de Initiative H
"Fear of the dawn" de Jack White
"The line is a curve" de Kae Tempest
"Zadie Smith" 16ème émission de la saison 3 de Listen In Bed à écouter
"Bassoon steppes" de Lola Descours & Paloma Kouider
"Oan Kim & the Dirty Jazz" de Oan Kim
"Gabril Fauré : Horizons II" de Simon Zaoui, Pierre Fouchenneret, Raphaël Merlin, Parie Chilemme & Quatuor Strada
"Keep on falling" de The Boo Radleys

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Odyssée - Une histoire pour Hollywood" au Théâtre de la Colline
"Nous, l'Europe, banquet des peuples" au Théâtre de l'Atelier
"Penthésilé.e.s amazonomachie" au Théâtre de la Tempête
"Skylight" au Théâtre du Rond-Point
"Encore plus, tout le temps, partout" au Théâtre de la Bastille
"L'Epopée d'un buveur d'eau" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"La Maladie de la Famille M." au Théâtre de la Reine Blanche
"Montaigne - Les Essais" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Scum Rodéo" au Théâtre de la Reine Blanche
"Les Frustrées" au Théâtre L'Etoile du Nord
"Guy Carlier" au Théâtre des Mathurins
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"HEY ! Le dessin" à la Halle Saint-Pierre
et les autres expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit avec :
"La femme de mon frère" de Monia Chokri

"Mutum" de Sandra Kogut
"Party Girl" de Marie Amachoukeli, Claire Burger et Samuel Theis
"Naissance des pieuvres" de Céline Sciamma
"Tu mérites un amour" de Hafsia Herzi
et dans la série Oldies but goodies :
"La Passante du Sans-Souci" de Jacques Rouffio
"Les Demoiselles de Rochefort de Jacques Demy

Lecture avec :

"De la guerre, Mook 2" de Jean Lopez
"Les routes oubliées" de S.A. Cosby
et toujours :
"Amnistie" de Aravind Adiga
"Le réalisme magique du cinéma chinois" de Hendy Bicaise
"Nobles de coeur" de Marc Alexandre Oho Bambe & Fred Ebami
"Le silence est ma langue natale" de Sulaiman Addonia

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=