Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La Mouette
Théâtre de la Bastille  (Paris)  mars 2017

Comédie dramatique de Anton Tchekhov, mise en scène de Thibault Perrenoud, avec Marc Arnaud, Mathieu Boisliveau, Chloé Chevalier, Caroline Gonin, Éric Jakobiak, Pierre-Stefan Montagnier, Guillaume Motte et Aurore Paris.

On avait beaucoup aimé la version du "Misanthrope" mise en scène par Thibault Perrenoud, d'ailleurs avec la même distribution que celle de "La Mouette" (sauf Pierre-Stefan Montagnier qui joue ici Sorine).

On avait notamment trouvé que le "coup de jeune" donné aux personnages apportait un côté rafraîchissant à la pièce de Molière que Perrenoud situait astucieusement dans des milieux "arty" du Paris bobo d'aujourd'hui.

En montant "La Mouette" avec la même volonté de privilégier les acteurs jeunes dans les premiers rôles, le résultat obtenu est beaucoup moins convaincant.

Sans doute l'idée que Nina (Chloé Chevalier), comédienne débutante et émouvante dans sa "virginité" théâtrale puisse avoir un âge sensiblement voisin de celui d'Irina (Aurore Paris), actrice confirmée, fausse les rapports entre les deux personnages féminins. Parallèlement, l'abolition de la différence d'âge entre Constant (Mathieu Boisliveau) et Boris Trigorine (Marc Arnaud) détruit tout ce qu'il y a de "conflit de génération" entre un auteur en vogue et une jeune pousse littéraire en devenir.

Sans parler, évidemment, du fait que Trigorine est l'amant de la mère du jeune provincial qui conçoit le spectacle pour Nina.

Si l'on ne s'explique pas que Thibault Perrenoud n'ait pas jugé utile de plus dater ses personnages, en les différenciant pour les rendre crédibles, on ne s'explique pas non plus pourquoi il a eu l'idée de demander à Clément Camar-Mercier d'adapter le texte de Tchekhov à partir de la version anglaise de Marian Fell.

Intellectuellement, quoi qu'en dise Clément Camar-Mercier, il y a un gros problème quand on accepte l'idée d'une double traduction. Et pas simplement celui d'une "dérussification" de Tchekhov et de l'acceptation de la défaite en rase campagne de la langue de Molière et son abdication devant la langue de Shakespeare.

Outre un affadissement du texte, on risque de multiplier les contre-sens et les affèteries inutiles comme la transformation d'Irina en Irène et de Constantin en Constant. Et puis, à supposer qu'on accepte sans rechigner le principe de la double-traduction, on objectera que la version anglaise choisie par Thibault Perrenoud et Clément Camar-Mercier date de 1912 !

C'est-à-dire que pour moderniser un texte de 1895, on s'appuie sur une traduction qui lui est quasi contemporaine et qui, forcément, risque d'être datée et lacunaire comme le sont toujours les traductions "pionnières".

Ces choses étant dites, on sera d'autant plus navré d'avoir eu à les dire, que le travail scénique de Thibault Perrenoud est plutôt convaincant. Le public est en rond autour de la scène et les comédiens l'occupent plutôt vaillamment.

On ne s'ennuie jamais et si l'on se moque que le texte s'éloigne de la vérité de Tchekhov, on passera une belle soirée. Reste que le personnage de "la mouette", Nina, est assez terne, et qu'on ne comprend (ou plus) pourquoi elle est prometteuse, enflammée.

On risquera une explication, simple et volontairement vraie : une langue malmenée par l'empilement de deux traductions qui enlèvent le suc contenu dans Tchekhov et toute l'émotion que cette "mouette" au destin pathétique génère d'ordinaire.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 25 octobre 2020 : Tous aux abris

Couvre feu encore plus contraint, nouveau confinement, tout est possible et tout est à craindre pour la culture. Restons groupés comme dirait Bernard Lenoir. Nous continuons évidemment de vous proposer chaque semaine notre sélection culturelle. Et bien entendu, découvrez le replay de La Mare Aux Grenouilles #13 de ce samedi 24 octobre

Du côté de la musique :

"Labyrinth" de Khatia Buniatishvili
"Contrasts", la 3eme émission de la saison 2 de Listen In Bed
"Dreamer" de Rosaway
"No future" de Samarabalouf
"Verdure" de The Hyènes
"Got the manchu" de We Hate You Please Die
et toujours :
"Armand-Louis Couperin : pièces de clavecin" de Christophe Rousset
"Ce qui suit" de Mondo Cane
"Awaiting ship" de Dominique Fillon Augmented Trio
"Soné ka-la 2 odyssey" de Jacques Schwarz Bart
"Killing Eve + Australie" nouveau mix de Listen in Bed
"LP2" de Pointe Du Lac
"Jorn" de Box Bigerri

Au théâtre :

une nouveauté :
"Tout Dostoievski" au Théâtre Le Lucernaire
des comédies pour rire et sourire :
"On purge bébé" au Théâtre de l'Atelier
"Les Faux British" au Théâtre Saint-Georges
"Dernier coup de ciseaux" au Théâtre des Mathurins
"Crise de nerfs" au Théâtre de l'Atelier
"De quoi j'me mêle" au Théâtre d'Edgar
"Mon meilleur copain" au Palais des Glaces
les reprises :
"Françoise par Sagan" au Théâtre L'Archipel
"Caroline Loeb - Chiche !" au Théâtre L'Archipel
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Vous pouvez ne pas embrasser la mariée" à la Comédie des 3 Bornes
"Des Femmes" au Lavoir Moderne Parisien
"Comment épouser un milliardaire" à la Nouvelle Seine
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec :
"Voyage sur la route du Kikosaido - De Hiroshige à Kuniyoshi" au Musée Cernushi
"Pierre Dac - Du côté d'ailleurs" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"L’Age d’or de la peinture danoise (1801-1864)" au Petit Palais
"Man Ray et la mode" au Musée du Luxembourg
"Victor Brauner - Je suis le rêve. Je suis l'inspiration" au Musée d'Art Moderne de Paris
"Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris

"Alaïa et Balenciaga - Sculpteurs de la forme" à la Fondation Azzedine Alaïa

Cinéma :

en salle :
"Une vie secrète" de Aitor Arregi, Jon Garano et José Mari Goenaga
"L'Avventura" de Michelangelo Antonioni
at home :
"India Song" de Marguerite Duras
"Au bout du conte" de Agnès Jaoui
"L'effet aquatique" de Solveig Anspach
"Pourquoi tu pleures ?" de Katia Lewkowicz
"Henri" de Yolande Moreau
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert

Lecture avec :

"Le dérèglement joyeux de la métrique amoureuse" de Mathias Malzieu & Daria Nelson
"Le proche orient" de Catherine Saliou
"Mondes en guerre - tome 3 : Guerres mondiales et impériales, 1870-1945" de André Loez
et toujours :
"L'ange rouge" de François Médéline
"Le prix de la vengeance" de Don Wislow
"De Gaulle, stratège au long cours" de François Kersaudy
"Georges Clemenceau, lettres d'amérique" de Patrick Weil et Thomas Macé
"Justice de rue" de Kris Nelscott
"Plus fort qu'elle" de Jacques Expert

Froggeek's Delight :

"Hades" sur Windows, Mac OS et Switch
Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=