Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Chinese Man
Shikantaza  (Chinese Man Records)  février 2017

5 ans après Racing with the Sun, Chinese Man revient avec un nouvel album, Shikantaza, conçu et enregistré entre Marseille, Bombay et l’Ardèche et sorti début février sur leur label Chinese Man Records (on est jamais mieux servi que par soi même). Selon le groupe, Shikantaza est une invitation au lâcher-prise, à saisir le moment présent, un chemin vers l’éveil qu’il appartient à chacun d’emprunter. Alternant entre titres entièrement instrumentaux et titres hip-hop phrasés par divers MC, on survole plein de sonorités différentes, tantôt asiatiques, tantôt orientales, tantôt hispaniques, tantôt complétez avec n’importe quoi, je suis sûr qu’on pourra trouver ça dans l’une ou l’autre de leurs compositions.

Dans ce disque, il y a du très bien et du moins bien. Commençons rapidement par le moins bien : "Stone Cold" et "Blah!". Le premier plutôt trip-hop ressemble hélas beaucoup trop à ce qui a déjà été fait dans le style et n’a aucune originalité qui lui permettrait d’en arriver à la cheville. Le second beaucoup trop tapageur avec des MC qui sortent un peu trop la grosse artillerie n’a pas vraiment pas sa place sur cet album plutôt calme et nuit fortement à son unité. "Put your hands up in the air !" qu’on nous crie aux oreilles ! Qu’on lève les mains en l’air ? Vous êtes sérieux les mecs ?

Heureusement, la majorité du disque est de bien meilleure facture, et les plages instrumentales sont un délice. On passe d’une ambiance à l’autre, d’un "Shikantaza" japonisant à un "Warriors" très dub, en passant par un "Anvoyé" calypso ou un "Maläd" introduit par Alejandro Jodorowsky himself. Comme le dit l’artiste franco-chilien, la musique de Chinese Man a plusieurs facettes : physique, intellectuelle, émotionnelle et sexuelle.

"Step Back" nous plonge directement dans la bande son d’un épisode de Zorro à renforts de castagnettes et trompettes. "Escape" a lui bénéficié d’un clip très soigné visuellement qui nous fait suivre le départ d’un cosmonaute à bord d’une fusée depuis le compte à rebours, à renfort d’orgue et de synthétiseurs. Jouant sur les changements de rythmes qui ralentissent comme les mouvements en apesanteur, la musique sert très bien le clip et vice-versa. Un morceau stratosphérique très rafraîchissant au même titre que "Wolf" un peu plus loin dans le disque. On reste dans l’espace avec "Golden Age" : "soucoupes volantes, science-fiction, atomes, la vie future est là à nos portes mais…" entend-on en introduction. Un titre mélancolique, un peu inquiétant comme les films de science-fiction d’il y a quelques années.

"L’Aurore" est également instrumental malgré les dialogues du film de Luis Buñuel Cela s'appelle l'aurore qui agrémentent. C’est là où Chinese Man se distingue par exemple d’un Wax Tailor, c’est qu’ils pimentent chacun de leurs morceaux avec des messages publicitaires, des dialogues de films ou de dessins animés, des petits bruits ou onomatopées qui donnent un côté moins sérieux et plus accessible.

Au rayon des contributions hip-hop, "Liar" et "The New Crown" sont très réussis, les samples et le flow des différents MCs se marient très bien.

"Modern Slave" et son sample de piano fait très bande son de jeu vidéo et "What You Need" où se disputent flûtes et hautbois fait très dessin animé, Chinese Man a beau être un collectif hip-hop, les morceaux peuvent néanmoins parler à des non-aficionados de ce style.

On termine en douceur cet album avec "Good Night", petite berceuse trip-hop avec des voix d’adultes et d’enfants qui nous souhaitent bonne nuit, accompagnée d’une ballade au piano toute douce.

L’artwork designé encore une fois par Julien Lois aka Ouikid est comme toujours magnifique, on y voit un DJ avec un micro en feu chevauchant une vache sacrée dans un disque entouré d’un cercle décoré très finement où apparaît le nom du groupe et de l’album.

Maniant toujours les samples avec brio, le collectif nous livre un disque plutôt homogène et reposant à quelques exceptions et faux pas près, qu’on excuse facilement vu que le disque dure plus d’une heure, une chose de plus en plus rare de nos jours.

Pour continuer l’exploration des mondes musicaux de Chinese Man, un petit tour sur leur mixcloud est indispensable, on y trouve de nombreuses mixtapes de chacun des membres, un régal pour les gourmands de découvertes en tous genres.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Sho-Bro de Chinese Man
La chronique de l'album The Groove Sessions, Vol. 3 de Chinese Man
Chinese Man en concert au Festival FNAC Indétendances 2009 (samedi 15 août 2009)
Chinese Man en concert au Festival Foreztival 2011 (7ème édition)
Chinese Man en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2015 - dimanche 26 avril
Chinese Man en concert au Festival Europavox 2017 - Vendredi 30 juin

En savoir plus :
Le site officiel de Chinese Man
Le Soundcloud de Chinese Man
Le Myspace de Chinese Man
Le Facebook de Chinese Man


Emmanuel Richard         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 12 juillet 2020 : Un air d'été

On entre dans la saison des vacances, pour vous comme pour nos chroniqueurs. Vous nous retrouverez tout l'été quand même avec des éditions web plus légères et toujours notre Froggy's TV bien sûr avec La Mare Aux Grenouilles et plein d'autres émissions. c'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

La Mare Aux Grenouilles #6, sommaire et replay
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet
"INTENTA experimental & electronic music from Switzerland 1981-93" par divers artistes
"Jimmy Cobb" mix #19 de Listen In Bed
"Chausson le littéraire" de Musica Nigella & Takenori Nemoto
"Alessandro Scarlatti, il Martirio di Santa Teodosia" de Thibault Noally & l'Ensemble Les Accents"
et donc La Mare Aux Grenouilles numéro #5 avec la liste de ce qui a été abordé et le replay.

Au théâtre :

en salle :
"Littoral" au Théâtre de la Colline
"Karine Dubernet - Souris pas" au Point Virgule
et dans un fauteuil de salon :
des créations :
"Yvonne princesse de Bourgogne" par Jacques Vincey
"Lucrèce Borgia" par Lucie Berelowitsch
"La Dernière neige" de et par Didider Bezace
"Pinocchio" de Joël Pommerat
"Soulever la politique" de Denis Guénoun
"Je marche dans la nuit par un chemin mauvais" de et par Ahmed Madani
Au théâtre ce soir :
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"Le Tombeur" de Robert Lamoureux
"Une cloche en or" de Sim
du boulevard :
"Si c'était à refaire" de Laurent Ruquier
"Face à face" de Francis Joffo
du côté des humoristes :
"Bernard Mabille sur mesure"
"Christophe Alévêque est est Super Rebelle... et candidat libre !"
et finir l'Opéra :
avec du lyrique :
"Le Balcon" de Peter Eotvos par Damien Bigourdan
"Orlando furioso" de Antonio Vivaldi par Diego Fasolis
"La Flûte enchantée" de Mozart par Romeo Castellucci
et du ballet avec deux créations étonnantes : "Raymonda" de Marius Petipa et "Allegria" de Kader Atto

Expositions :

les expositions en "real life" à ne pas manquer :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma at home avec :
le cinéma contemporain
"A woman at war " de Benedikt Erlingsson
"Lulu" de Uwe Janson 
"L'Apotre" de Cheyenne Carron
"La tendresse" de Marion Hänsel
"Crawl" de Herve Lasgouttes
"Nesma" de Homeïda Behi
le cinéma culte des années 1920 :
"Le cuirassé Potemkine" de Sergueï Eisenstein
"Nosferatu le vampire" de Friedrich Wilhelm Murnau
"Le Cabinet du docteur Caligari" de Robert Wiene
"Les Deux Orphelines" de D.W. Griffith
et l'entre deux avec les années 1970 :
"Mado"de Claude Sautet
"La Traque" de Serge Leroy
"La femme du dimanche" de Luigi Comencini
et retour au 2ème millénaire avec de l'action :
"Lara Croft : Tomb Raider, le berceau de la vie" de Jan De Bont
"Blade Trinty" de David S. Goyer
avant de conclure en romance avec : "Un havre de paix  de Lasse Hallström

Lecture avec :

"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=