Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le Serpent aux mille coupures
Eric Valette  avril 2017

Réalisé par Eric Valette. France/Belgique. Thriller. 1h46 (Sortie le 5 avril 2017). Avec Tomer Sisley, Terence Yin, Pascal Greggory, Stéphane Debac, Erika Sainte, Carlos Cabral, Cédric Ido et Gérald Laroche.

On dit souvent que le cinéma français a abandonné le film de genre, l'a laissé à Hollywood, aux Asiatiques. Pourtant, chaque année, dans l'indifférence critique - mais pas toujours publique - des cinéastes tentent de le réanimer, de le moderniser.

Amateurs de bédés, de mangas, de cinémas B ou Z, croyant ferme en des scénarios touffus ou naïfs, des émules de "Crying Fremen" de Christophe Gans proposent des films d'action à la française.

Eric Valette est de ceux-là et, en s'appuyant sur une série noire de DOA, il livre avec "Le Serpent aux mille coupures" un polar crépusculaire qui n'a rien à envier à des films coréens ou espagnols du moment.

Certes, pour l'apprécier pleinement, il faut une âme de spectateur venu se distraire avec un récit chantourné, où la vraisemblance est vite rangée dans un placard.

Il faut aimer le gialo italien, à qui il est fait explicitement référence par l'intermédiaire d'un tueur colombien mi-allemand mi-chinois. Il faut accepter d'en revenir à un cinéma de "gueules" et de seconds rôles fortement typés qu'on a plaisir à voir livrer chacun une vraie partition d'acteur.

"Le Serpent aux mille coupures" d'Eric Valette tient son titre d'un supplice chinois que le formidable Terence Yin, qui joue le colombien précité, se fera un moment un plaisir d'esthète à réaliser en "performeur" raffiné avec la participation d'une jeune femme pas consentante du tout.

Si l'horreur peut y être à son paroxysme, "Le Serpent aux mille coupures" n'étale pas que de la violence gratuite. C'est aussi le lieu de belles ou de très mauvaises rencontres entre des personnages improbables venus de tous les horizons.

On y croisera des mafieux italiens, des Colombiens très affairés, des gendarmes français, un policier espagnol, des ploucs avinés du Tarn et Garonne, un couple de néo-ruraux interracial... et un tueur mystérieux tout de noir vêtu.

C'est dans la ferme d'Omar et Stéphanie Petit que va se retrouver cet échantillon de criminels mondialisés, avec comme chef d'orchestre, un homme blessé, sans nom, recherché par toutes les polices de France, et qualifié opportunément d'islamisme.

Dans "Le Serpent aux mille coupures" d'Eric Valette, on en saura pas plus sur les raisons de sa fuite, sur les lourds secrets dont il doit être porteur au point d'être obligé de zigouiller tous ceux qui croisent sa route. On ne constatera que sa noirceur manichéenne rendue magnifiquement par Tomer Sisley bien loin de la frime de Largo Winch.

En effet, un des atouts d'Eric Valette est son impeccable direction d'acteurs, associée à une science rare pour les choisir. Ici, pas un n'est qu'un comparse sans intérêt. Les quelques minutes où ils apparaissent ne sont jamais inutiles.

Avec peu d'éléments, un Gérald Laroche, un Jean-Jacques Lelté, un Guillaume Destrem construisent des personnages consistants et assurent la "francité" de l'entreprise, tout comme Pascal Greggory en colonel de gendarmerie humaniste.

"Le Serpent aux mille coupures" d'Eric Valette est dans sa catégorie une vraie réussite. On aurait tort de mépriser ce cinéma populaire qui ne méprise pas son public qu'on espère nombreux en salles avant qu'il ne devienne un film qui garantisse une belle audience à une chaîne de la TNT qui ne sera pas effarouchée par sa violence chorale.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 février 2024 : Au soleil ou sous la pluie

Que ce soit en terme de météo ou de géopolitique, on ne sait plus sur quel pied danser. Mais quand même continuons de danser parce que si que restera-t-il ? Voici notre sélection hebdomadaire pour se changer les idées.

Du côté de la musique:

"La lune sera bleue" de Aline
"Brahms le Tzigane" du Choeur de Chambre Mélisme(s), Colette Diard & Bankal Trio
"Folklores" de Dumka
"Songes" de Elodie Vignon
"Et il y avait" de Geins't Naït, Laurent Petitgrand & Scanner
"Caravan party II" de Johan Farjot & Friends
"Hors-piste" de Le Pied de la Pompe
"Pop sauvage" de Métro Verlaine
"Bright" de Soulmate
"Family and friends" de The Twin Souls
"Haydn all stars (Haydn, Ravel, Fontyn, Brahms)" de Trio Ernest
"Tindersticks, les reprises" nouvel épisode de notre podcast Le Morceau Caché
et toujours :
Akira & Le Sabbat, Les Vulves Assassines en live au Cargö de Caen
"Ferel" de Fuzeta
quoi de neuf du côté de Gad Zukes - Sweet Needles - Johnnie Carwash - Chasing Daisy
"Colère" de Lox
"Colors" de Royal Pantone
"Part time believer" de The Strumbellas
et toujours :
quoi de neuf du côté des clips ? avec Down To The Wire - Karkara - 20 Seconds Falling Man - Little Odetta
"Le cap" de For The Hackers
"For the hive" de Last Quarter
rencontre avec Nicolas Jules lors de son passage au Poly'Sons de Montbrison
"Hell, fire and damnation" de Saxon
"La société de préservation du roseau" de The Reed Conservation Society

et toujours :
"Time whispers" de Back and Forth
"Distances" de Bertille
"Ce que la nuit" de Kloé Lang
"Première nuit" de Lucas Lombard
"Big Sigh" de Marika Hackman
"Credo" de Pierre de Bethmann
"Relapse" de Venus Worship

Au théâtre

les nouveautés de la semaine :

"Holyshit !" au Théâtre de La Reine Blanche
"Le petit Prince" à La Scala
"Frida Kahlo" à La Scala
"Les petits chevaux, une histoire d'enfants des lebensborn" au Théâtre de La Reine Blanche
et toujours :
"Burn baby burn" au Petit Théâtre du Gymnase Marie Bell
"Looking for Jaurès" au Théâtre Essaïon
"L'addition" au Théâtre Sylvia Monfort
"Tout le monde il est Jean Yanne" Au Théâtre Le Funambule Montmartre
"Les Travailleurs de la mer" au" au Théâtre Le Lucernaire
"Ds Ombres et des Armes" à La Manufacture des Abbesses
"Les Caroline" au Théâtre Les Enfants du Paradis
et les autres spectacles à l'affiche

Du cinéma avec le film de la semaine "Universal Theory" de Timm Kroger
et toujours:
"Elaha" de Milena Aboyan

Lecture avec :

"Disparue à cette adresse" de Linwood Barclay
"Metropolis" de Ben Wilson
et toujours :
"Archives de la joie" et "Le vent léger" de Jean-François Beauchemin
"Le diable sur mon épaule" de Gabino Iglesias
Morceaux choisis de la masterclass de Christophe Blain à Angoulême
"Camille s'en va" de Thomas Flahaut
"Le fantôme de Suzuko" de Vincent Brault
"Melody" de Martin Suter
"tempo" de Martin Dumont

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=