Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le Serpent aux mille coupures
Eric Valette  avril 2017

Réalisé par Eric Valette. France/Belgique. Thriller. 1h46 (Sortie le 5 avril 2017). Avec Tomer Sisley, Terence Yin, Pascal Greggory, Stéphane Debac, Erika Sainte, Carlos Cabral, Cédric Ido et Gérald Laroche.

On dit souvent que le cinéma français a abandonné le film de genre, l'a laissé à Hollywood, aux Asiatiques. Pourtant, chaque année, dans l'indifférence critique - mais pas toujours publique - des cinéastes tentent de le réanimer, de le moderniser.

Amateurs de bédés, de mangas, de cinémas B ou Z, croyant ferme en des scénarios touffus ou naïfs, des émules de "Crying Fremen" de Christophe Gans proposent des films d'action à la française.

Eric Valette est de ceux-là et, en s'appuyant sur une série noire de DOA, il livre avec "Le Serpent aux mille coupures" un polar crépusculaire qui n'a rien à envier à des films coréens ou espagnols du moment.

Certes, pour l'apprécier pleinement, il faut une âme de spectateur venu se distraire avec un récit chantourné, où la vraisemblance est vite rangée dans un placard.

Il faut aimer le gialo italien, à qui il est fait explicitement référence par l'intermédiaire d'un tueur colombien mi-allemand mi-chinois. Il faut accepter d'en revenir à un cinéma de "gueules" et de seconds rôles fortement typés qu'on a plaisir à voir livrer chacun une vraie partition d'acteur.

"Le Serpent aux mille coupures" d'Eric Valette tient son titre d'un supplice chinois que le formidable Terence Yin, qui joue le colombien précité, se fera un moment un plaisir d'esthète à réaliser en "performeur" raffiné avec la participation d'une jeune femme pas consentante du tout.

Si l'horreur peut y être à son paroxysme, "Le Serpent aux mille coupures" n'étale pas que de la violence gratuite. C'est aussi le lieu de belles ou de très mauvaises rencontres entre des personnages improbables venus de tous les horizons.

On y croisera des mafieux italiens, des Colombiens très affairés, des gendarmes français, un policier espagnol, des ploucs avinés du Tarn et Garonne, un couple de néo-ruraux interracial... et un tueur mystérieux tout de noir vêtu.

C'est dans la ferme d'Omar et Stéphanie Petit que va se retrouver cet échantillon de criminels mondialisés, avec comme chef d'orchestre, un homme blessé, sans nom, recherché par toutes les polices de France, et qualifié opportunément d'islamisme.

Dans "Le Serpent aux mille coupures" d'Eric Valette, on en saura pas plus sur les raisons de sa fuite, sur les lourds secrets dont il doit être porteur au point d'être obligé de zigouiller tous ceux qui croisent sa route. On ne constatera que sa noirceur manichéenne rendue magnifiquement par Tomer Sisley bien loin de la frime de Largo Winch.

En effet, un des atouts d'Eric Valette est son impeccable direction d'acteurs, associée à une science rare pour les choisir. Ici, pas un n'est qu'un comparse sans intérêt. Les quelques minutes où ils apparaissent ne sont jamais inutiles.

Avec peu d'éléments, un Gérald Laroche, un Jean-Jacques Lelté, un Guillaume Destrem construisent des personnages consistants et assurent la "francité" de l'entreprise, tout comme Pascal Greggory en colonel de gendarmerie humaniste.

"Le Serpent aux mille coupures" d'Eric Valette est dans sa catégorie une vraie réussite. On aurait tort de mépriser ce cinéma populaire qui ne méprise pas son public qu'on espère nombreux en salles avant qu'il ne devienne un film qui garantisse une belle audience à une chaîne de la TNT qui ne sera pas effarouchée par sa violence chorale.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 26 juin 2022 : un festival de festivals

C'est parti pour la saison des festivals, de musique, de théâtre, de cinéma, de littérature.. tout est bon pour découvrir plein de belles choses pendant l'été ! Profitez-en.

Du côté de la musique :

"Garden Party" de Florent Marchet
"I had it all" de Maxwell Farrington & Le Superhomard
"Spleen III" de Fleur du Mal
on découvre Grandma's Ashes et Sugar Pills
"Miniatures du dedans" de Hirsute
"All indians ?" de Imperial Quartet
"Whosampled.com" la 19eme émission de Listen In Bed à écouter
"Otrium"de Quentin Ghomari
"Heat" de Shake Stew
et toujours :
"Les micros siestes acoustiques Vol 1" de Bastien Lallemant
"Blooming point" de Beach Scvm
"Swing state" de Ben Sidran
"The crowd growls, the crown fails" de Bender
"Reaching out"de Cy
"Méli mélo" de Denis Gancel Quartet & Cie
"Blue songs" de Denis Levaillant
"Freedriver" de Early Spring Horses
Festival LEVITATION #9 :
avec  Péniche, Servo, You Said Strange, Death Valley Girls, Bruit, Pond, Kikagaku, Moyo
Kim Gordon le samedi
Interview de Bruit
interview de You Said Strange
"Philip Glass : Etudes pour piano, intégrale" de François Mardirossian
"The days of Pearly Spencer" de Listen In Bed à écouter en ligne
"I tried to make music with AI and this Happened" de Whim Therapy

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Romance" au Théâtre Les Déchargeurs
"Mon amant de Saint-Jean" au Théâtre de l'Athénée-Louis Jouvet
"Les Tontons farceurs" au Théâtre L'Alhambra
"La Ménagerie de verre" au Théâtre Essaion
"Je m'appelle Momo" au Théâtre Essaion
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

dernière ligne droite pour "Pionnières, artistes d’un nouveau genre dans le Paris des Années Folles" au Musée du Luxembourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit avec :
"J'arrive" de Bertrand Basset
"Parenthèse" de Denis Larzillière
"J'ai perdu mon corps" de Jérémy Clapin
"Nuit magique" de Xaver Böhm
"Ma fille" de Laura Bispuri
"Fiertés" une sélection de films arc-en-ciel
et (re)voir des films de Rainer Werner Fassbinder
"Lili Marleen"
"Tous les autres s'appellent Ali"
et en sortie DVD-VOD: "Todos os Mortos" de Caetano Gotardo et Marco Dutra

Lecture avec :

"La preuve du contraire" de Caitlin Wahrer
"Utopia avenue" de David Mitchell
"Omerta" de R.J. Ellory
"Des jours meilleurs" de Jess Walter

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=