Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Fucking Happy End
Théâtre Les Déchargeurs  (Paris)  avril 2017

Comédie de Sarah Fuentes, mise en scène de Sarah Fuentes et Jan Oliver Schroeder, avec Ludovic Chasseuil, Maud Imbert, Sarah Fuentes et Jan Oliver Schroeder.

Que le titre choisi par Sarah Fuentes ne fasse pas fuir les pudiques et les pudibonds, "Fucking Happy End" n'est pas une œuvre scabreuse ni, malgré son sous-titre "cabaret insurgé" , subversive.

Elle s'inscrit dans la vieille lignée potache de l'adaptation des contes de fée dont s'étaient faits une spécialité le café-théâtre et la bande-dessinée des années 70.

Si, à l'époque, Blanche-Neige pouvait devenir "Elle voit des nains partout", Coluche et ses congénères parler du "chevalier blanc" et Gotlib dessiner le "Grand Poucet", aujourd'hui c'est donc à "Peau d'âne" que s'attaque Sarah Fuentes.

Evidemment, "Peau d'âne", on connaît et bien. Dès lors, il n'était pas facile pour l'auteur de s'en démarquer vraiment et de ne pas suivre la trame concoctée il y a cinq siècles par Charles Perrault et rafraîchie il y a quarante ans par Jacques Demy.

Qu'on se rassure ou s'en désole, on osera révéler qu'ici Peau d'âne ne met pas la main à la pâte et qu'elle ne donner pas la fameuse recette du gâteau d'amour... Car la "Peau d'âne" mise en scène par Sarah Fuentes et Jan Oliver Schroeder se veut "trash".

Dès le début, on en conviendra en voyant le très beau trône royal à têtes de mort conçue par Renée Guirao et les tenues subtilement "déguenillées" dans lesquelles s'embrouillent le roi et la reine dans une longue scène de ménage liminaire.

Ce début est bien à l'image de "Fucking Happy End" : formellement très réussi, avec ces costumes originaux et pleins d'esprit de Sho Konishi, cette scénographie riche d'effets de Carolina Spielmann, et des acteurs parfaits dans le parodique ; plus problématique sur le fond, puisque, tout de suite, on s'interroge sur la nécessité pour Sarah Fuentes de suivre le cânevas du conte rebattu de Perrault.

On aurait aimé que l'auteur ne bride pas sa fantaisie et se démarque davantage de son envahissant modèle. Ainsi quand a lieu le "casting" des reines pour que le roi en finisse avec son veuvage, on a le droit à une succession de prétendantes déjantées qui devient fastidieuse, alors que l'écriture est drôle et qu'elles sont campées avec talent et autorité par Sarah Fuentes elle-même et Maud Imbert.

Quand le cabaret finit par "manger" le conte, on est épaté par la qualité de la production. On aura eu le droit à des changements incessants - et rapides - de costumes, tous très inventifs et d'une grande beauté, comme la tenue verte de "Reine d'Angleterre" où Maud Imbert est formidable. On aura vu se transformer la scène et le quatuor de comédiens démontrer sans peine son énergie et sa grande qualité.

Si l'on a déjà parlé de l'abattage de Sarah Fuentes et de la grâce irradiante de Maud Imbert, dont on avait déjà apprécié le talent insolent dans "Je suis né le jour de mon anniversaire" de Thierry Mourjan, on n'oubliera pas les deux garçons. En effet, Ludovic Chasseuil et Jan Olivier Schroeder peuvent à volonté jouer les animaux, les rois, les princes peu charmants, ou les fées, et cela sans jamais se départir d'une vraie folie distanciée.

Le travail de Sarah Fuentes et de Jan Olivier Schroeder n'est pas à négliger, même si on leur conseillera de laisser Charles Perrault et ses confrères Grimm et Andersen aux matinées enfantines. Il y a tant d'autres choses à transgresser et ils ont un énorme talent pour le faire.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 22 mai 2022 : Culture et vous - A vos agendas !

Il fait beau, il fait chaud, mais il n'y pas que les terrasses dans la vie. La culture bat son plein et, avant que le ciel ne nous tombe sur la tête, il est temps de se montrer curieux pour découvrir les nouveautés de la semaine de la musique et du spectacle vivant ainsi que du cinéma, de la lecture et des expositions.

Du côté de la musique :

"Godowsky - Bach" de Dimitri Papadopoulos
"Being alive" le nouveau mix à écouter de Listen In Bed
Rencontre avec Lofofora
"Des corps dans le décor" de Mauvais Sang
"Litz - once upon a time"
"Misia" de Revue Blanche
"Murmures et rumeurs" de Tom Bourgeois
et toujours :
"J'ai horreur de l'amour" de Bertrand Betsch
"Caroline" de Caroline
"Revenant" de Cascadeur
"Hell stairs" de CDSM
"Unica" de DeLaurentis
"Polar star" de Initiative H
"Fear of the dawn" de Jack White
"The line is a curve" de Kae Tempest
"Zadie Smith" 16ème émission de la saison 3 de Listen In Bed à écouter
"Bassoon steppes" de Lola Descours & Paloma Kouider
"Oan Kim & the Dirty Jazz" de Oan Kim
"Gabril Fauré : Horizons II" de Simon Zaoui, Pierre Fouchenneret, Raphaël Merlin, Parie Chilemme & Quatuor Strada
"Keep on falling" de The Boo Radleys

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Antoine et Cléopâtre" aux Ateliers Berthier
"Feel Good" à la Manufacture des Abesses
"Double Je" au Théo Théâtre
"Tous les marins sont des chanteurs" au Théâtre du Rond-Point
"Cry me a river" au Monfort Théâtre
"Carmen ou presque" au Théâtre Trévise
une reprise avec "Mister Paul" au Théâtre du Petit Montparnasse
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"Monnaies & Merveilles" à la Monnaie de Paris
dernière ligne droite pour :
"Aux frontières de l'Humain" au Musée de l'Homme
"Maurice Denis - Le Bonheur rêvé" au Musée Maurice Denis
"Le Monde de Steve McCurry" au Musée Maillol
et les autres expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit avec :
"Juste la fin du monde" de Xavier Dolan
"La belle époque" de Nicolas Bedos
"Mustang" de Deniz Gamze Ergüven
"Les Eternels" de Zhangke Jia

"Le Traître" de Marco Bellocchio
"It must be heaven" de Elia Suleiman
en salle pour les cinéphiles : "Les Femmes des autres" de Damiano Damiani

Lecture avec :

"De la guerre, Mook 2" de Jean Lopez
"Les routes oubliées" de S.A. Cosby
et toujours :
"Amnistie" de Aravind Adiga
"Le réalisme magique du cinéma chinois" de Hendy Bicaise
"Nobles de coeur" de Marc Alexandre Oho Bambe & Fred Ebami
"Le silence est ma langue natale" de Sulaiman Addonia

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=