Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Da Silva
L'Aventure  (PIAS)  mars 2017

Da Silva, c’est le type qui sait marier le désinvolte de ses textes et le velours de sa voix. Pour son nouvel album intitulé L’Aventure, il tire sur l’homonymie du terme pour nous conter des aventures toutes sentimentales et nous pousser vers l’aventure humaine. De l’intérieur vers l’extérieur.

Pour moi, Da Silva, c’est le type qui chante que l’amour ne suspend plus son vol, abattu en plein vol par la folie du sentiment. Oui, Da Silva est en paix avec ses émotions, et s’il les laisse s’emparer de lui, c’est uniquement pour le porter au-delà, pour le meilleur et pour le pire.

Et c’est sans aucun sarcasme que j’aime trouver L’aventure pop et tranquille, à l’image d’une promenade autour d’un lac artificiel par une superbe journée de printemps aux bourgeons timides. Les airs à la fois légers et précis envoûtent l’auditoire de volutes féminines. Da Silva joue la note de la séduction dans cet album, en piano mocassins et cordes de soie. De la femme qui se fiche de ce qu’on pense d’elle à l’homme qui trompe ses angoisses, Da Silva puise dans le registre de l’assurance optimiste, sans insolence. Le dandy pointe son nez.

Premier titre, première déclaration, "Je me fous de l’incendie, je fais feu de tout bois, je me moque de ce qu’on dit, la seule personne que j’aime c’est toi" ("La seule personne") piqué d’une trompette BB toute gainsbourienne, amour ôté de culpabilité, doté de l’aveuglement propre aux élans.

Du constat pessimiste des quotidiens pressés à brasser de l’air et courir après le temps, Da Silva chante la saveur de l’imprévu et des jours sans lendemain : "Puisque la vie s’affale, au contre-la-montre, puisque n’y a rien que dalle, qui résiste avec le temps, je préfère l‘aventure à tous les grands discours, les points de suspension, les allers sans retour ("L’Aventure").

Un bon gros carpe diem aux autres, au temps, à la société et ses pressions diverses, Da Silva se ferait-il philosophe ? Il faut bien avouer que la parade est tentante face aux glottes furieuses assénées par les médias et les voisins de tout type. "Il y a le printemps, il ne faut pas rester ici, ici tout est gris, je cherche un été permanent, sous n’importe quel tropique" ("Il y a").

D’un insomniaque soulé des tumultes journaliers, on arrive progressivement aux ivresses nocturnes bercées aux murmures de la nuit. Ici est son royaume, où tout n’est que calme, luxe et volupté. Puisque la nuit, tout est permis, pourquoi ne pas en profiter ? La note dominante de l’album a le goût des déambulations aléatoires dans une ville endormie. Quand il est délicieux de penser que tout le monde sommeille autour, être le veilleur à l’abri des regards :" Il se rendort, elle fume encore, elle sourit de le voir endormi, et elle préfère partir sans une question, sans au revoir, le cœur léger" ("La fille").

Poésies aux femmes, à la lumière et aux lendemains mélancoliques, Da Silva signe ce septième album avec des cordes vrombissantes d’infinie tendresse et de bienveillance envers ce commun des mortels sacrément mal barré. "Nos vies sont solitaires, nos plaisirs partagés" ("Nos vies solitaires"), "Un baiser sur le front, Je t’offre mon sourire à la hauteur de l’affront" ("Le sourire"), Da Silva s’affilie à un Stephane Eicher, côté grand tendre aux paroles timides et aux notes justes. Suave et intimiste.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Décembre en été de Da Silva
La chronique de l'album De beaux jours à venir de Da Silva
La chronique de l'album La Distance de Da Silva
Da Silva en concert au Festival Mythos 2005
Da Silva en concert au Festival Alors..chante ! 2005
Da Silva en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2006 (vendredi)
Da Silva en concert au Festival Art Rock 2006 (Dimanche)
Da Silva en concert au Festival des Vieilles Charrues 2006 (dimanche)
Da Silva en concert au Festival FNAC Indétendances 2006
Da Silva en concert au Festival Du Bout Du Monde 2006
L'interview de Da Silva (10 novembre 2005)
L'interview de Da Silva (jeudi 29 mars 2018)

En savoir plus :
Le site officiel de Da Silva
Le Facebook de Da Silva


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 20 octobre 2019 : De tout, pour Tous

Encore un programme bien chargé et très éclectique au travers de notre sélection culturelle hebdomadaire. Beaucoup à lire, à voir, à écouter... alors ne perdons pas de temps. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Engine of paradise" de Adam Green
"Phantom solids" de Lunt
"Fear of an acoustic planet" de Tahiti 80
"A wonder plante to" de Nilok 4tet & Daniel Zimmermann
"Six strings under" de Eric Legnini
Sarah McCoy et Dom La Nena au Nancy Jazz Pulsation
"Nothin' but" de Flyin' Saucers Gumbo Special
"Comfort zone" de Hugo Lippi
"Hors l'amour" de Jean Felzine
"A ciel ouvert" de Kaori
Rencontre avec Lady Arlette, accompagnée d'une session live et acoustique
"Vinyles, suite" c'est le titre de l'émission #3 de Listen in Bed
"Déluge" c'est le troisième volume des Mix de Listen in Bed
"Hybrid" de Yosta
et toujours :
"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Orouni en session live dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Cirque Leroux - La Nuit du Cerf" au Théâtre Libre
"Un jardin de silence" à La Scala
"Frida jambe de bois" au Théâtre de l'Union à Limoges
"Fleur de peau" au Théâtre Essaion
"Habiter le temps" au Lavoir Moderne Parisien
"Wilde - Chopin" au Théâtre Le Ranelagh
"En ce temps là l'amour..." au Théâtre des Mathurins
"Imposture posthume" au Centre Culturel Suisse
"Fred Tousch - Fée" au Théâtre de Belleville
"Corinne Zarzavatdjian - Un nom à coucher dehors !" au Mélo d'Amélie
des reprises :
"L'Ingénu" au Théâtre Le Lucernaire
"Le Crépuscule" au Théâtre de l'Epée de Bois
"J'aime Brassens" au Théâtre d'Edgar
et la chronique des spectacles déjà à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Vampires - De Dracula à Buffy" à la Cinémathèque française

Cinéma avec :

le film de la semaine :
"Au bout du monde" de Kiyoshi Kurosawa
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"Cléopâtre" de Alberto Angela
"Histoire du Canada" de Daniel de Montplaisir
"Je te suivrai en Sibérie" de Irène Frain
"La source de l'amour propre" de Toni Morrison
"Ordinary people" de Diana Evans
"Vik" de Ragnar Jonasson
et toujours :
"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Guerilla, le temps des barbares" de Laurent Obertone
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=