Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Baal
Théâtre de la Colline  (Paris)  avril 2017

Comédie dramatique de Bertolt Brecht, mise en scène de Christine Letailleur, avec Youssouf Abi‑Ayad, Clément Barthelet, Fanny Blondeau, Philippe Cherdel, Vincent Dissez, Valentine Gérard, Manuel Garcie‑Kilian, Emma Liégeois, Stanislas Nordey, Karine Piveteau et Richard Sammut.

"Baal" est une œuvre de jeunesse de Bertolt Brecht qu'il n'a cessé de travailler et de retravailler de 1918 à 1955. C'est la seconde version, celle de 1919, que Christine Letailleur a fait retraduire à Eloi Recoing.

Elle l'a choisie parce qu'elle lui paraît la plus forte, celle où Baal, le jeune poète écorché vif, confronte sa parole dissidente et ses actes provocateurs à la société allemande d'après-guerre, une société pas encore tout à fait assurée d'en revenir au "vieil ordre bourgeois".

Il faut tout de suite prévenir le spectateur qu'ici le héros, Baal, n'apparaît pas sous les traits forcément positifs d'un poète maudit que la société va finir par rejeter pour ce qu'il dit et ce qu'il est. Non, porté puissamment et sans nuances par un Stanislas Nordey plus monolithique et torse nu que jamais, Baal est autant un salaud qu'un héros et le traitement sadien qu'il réserve à ses "femmes" pourrait lui valoir encore aujourd'hui les foudres du MLF.

Jamais aimable, toujours pervers et ricaneur, ce Baal fait le mal, si l'on considère qu'il sait ou veut savoir la différence entre le bien et le mal. Christine Letailleur compte ses nombreuses aventures, ses pérégrinations d'un milieu à un autre, d'un décor à un autre.

Face à lui, les nombreux personnages qu'il croise ne sont que des comparses, des figures dessinées presque comme des stéréotypes. Ainsi les femmes n'échappent à la très manichéenne dialectique de la "maman" et de la "putain".

On pourra reprocher à "Baal", œuvre d'un jeune auteur qui s'est nécessairement projeté dans le personnage, d'être trop linéaire. Brecht aligne des scènes qui se ressemblent ou se répètent. Peut-être Christine Letailleur aurait-elle dû élaguer le texte, le délester de quelques frasques qui n'apportent rien, sinon distraire l'attention des spectateurs.

Si l'on est hermétique au jeu très physique de Stanislas Nordey, à sa gestuelle prévisible et à sa manière bien particulière de dire un texte, on n'ira sans doute pas jusqu'au bout des 2 h 30 de son quasi "seul en scène". On pourra, au contraire, être fasciné par son infatigable conviction à porter les mots des grands auteurs.

Lui qui a, l'année dernière, joué Fassbinder dans "Je suis Fassbinder" de Falk Richter aurait peut-être intérêt à voir ou revoir la version cinématographique que Volker Schlöndorff a tiré de la pièce de Brecht en 1970. Car, ironie de l'histoire, Baal était interprété par Fassbinder.

Si l'on compare les deux interprétations, on verra que Rainer Werner Fassbinder était un "Baal" beaucoup plus fragile que Stanislas Nordey. Moins systématique, plus ambigu, on sentait qu'il y avait des points communs entre le poète et le jeune dramarturge-cinéaste.

Le triptyque Fassbinder-Baal-Brecht avait évidemment quelque chose de très symbolique, comme une transmission d'une génération germanique à une autre. L'astre Fassbinder prenait le relais du continent Brecht.

Rien de tel, forcément, dans le travail de Christine Letailleur porté à bout de bras par Stanislas Nordey. Au-delà de sa performance se pose dès lors la nécessité d'un projet plus descriptif que nourri par une idée force.

Les aventures de Baal sont racontées par le détail et fournissent des scènes fort bien agencées, mais la question posée par "Baal", celle de l'artiste dans la société, passe peu à peu par profits et pertes.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 2 octobre 2022 : La culture bien au chaud

C'est l'automne, on reste au coin du feu et on écoute de la musique, on lit des bouquins et on se connecte à la TV de Froggy's Delight pour le concert de Colin Chloé vendredi 7 octobre ! Pour les sorties culturelles, voici le programme.

Du côté de la musique :

"Ti'bal tribal" de André Minvielle
Rencontre avec Bukowski autour de leur album du même nom, "Bukowski"
"Time is color" de Cédric Hanriot
"Stravinsky, Ravel, Prokofiev : Ballets" de Jean-Baptiste Fonlupt
"Ozark" le retour de Listen In Bed pour la saison 4 en direct (ou presque) de Malte
"Viva la vengeance" de Panic! At The Disco
"Symphonie Fantastique, Hector Berlioz" de Quatuor Aeolina
quelques petites news de Shaggy Dogs, KissDoomFate, Trigger King et Mind Affect
"Emerson enigma" de Thierry Eliez
et toujours :
"Bobo playground" de Alexis HK
"Ca pixellise" de Dimoné
"The portable Herman Dune Vol 1" de Herman Dune
"La mélodie, le fleuve et la nuit" de Jérôme Minière
"Kramies" de Kramies
"Mémoires d'une femme" de Myriam Barbaux-Cohen
"The hardest part" de Noah Cyrus
"Dvorak : Quatuor américain, valses" de Quatuor Talich
"Fauré le dramaturge" de Takénori Némoto, Cécile Achille, Cyrille Dubois et Ensemble Musica Nigella

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"L'Homosexuel ou la difficulté de s'exprimer" au Théâtre de la Cité Internationale
"Les Enfants" au Théâtre de l'Atelier
"Pères & fils" au Théâtre des Abbesses
"Le comble de la vanité" à la Pépinière Théâtre
"Boulevard Davout" au Théâtre de la Colline
"Et pourquoi moi je devrai parler comme toi" au Théâtre de la Colline
"Black Legends, le musical" à Bobino
"Gazon maudit" au Théâtre Les Enfants du Paradis
"Jean-Paul Farré - Dessine-moi un piano" au Studio Hébertot
les reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre de la Tour Eiffel
"Le Montespan" au Théâtre du Gymnase
"François Rabelais" au Théâtre Essaion
"Racine par la racine" au Théâtre Essaion
"Los Guardiola - La Comédie du Tango" au Théâtre Essaion
"Léonard de Vinci, l'enfance d'un génie" au Studio Hébertot
"Isabelle Vitari - Bien entourée" au Grand Point Virgule
"Félix Radu - Les mots s'improsent" au Théâtre de l'Oeuvre
et les spectacles à l'affiche

Expositions :

"Face au soleil" au Musée Marmottan Monet
"Yves Klein, l'infini du bleu" aux Carrières des Lumières aux Baux-de-Provence
les autres expositions de la rentrée :
"Frida Khalo, au-delà des apparences" au Palais Galliera
"Hyperréalisme - Ceci n'est mon corps" au Musée Maillol
'Miroir du monde - Chefs d'oeuvre du Cabinet d'art de Dresde" au Musée du Luxembourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :
en salle :
"Les Mystères de Barcelone" de Luis Danès
en streaming gratuit :
"A ma soeur" de Catherine Breillat
"Barbara" de Christian Petzold
"So long my son" de Wang Xiaoshuai
"Borga" de York-Fabian Raabe
"Love trilogy" de Yaron Shani
et le cinéma de Claire Denis en 3 films

Lecture avec :

"L'inconnue de Vienne" de Robert Goddard
"Mordew" de Alex Pheby
"Napalm et son coeur" de Pol Guasch
"Un bon indien est un indien mort" de Stephen Graham Jones
et toujours :
"Les masques éphémères" de Donna Leon
"La guerre de cent ans" de Amable Sablon du Corail
"D'où vient l'amour" de Yann Queffélec

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=