Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La Morsure des Dieux
Cheyenne-Marie Carron  avril 2017

Réalisé par Cheyenne-Marie Carron. France. Drame. 2h05 (Sortie le 22 avril 2017). Avec François Pouron, Fleur Geffrier, Pierre Molinier, Laurent Lucmaret, Cyrille Campri et Pascal Elso.

En à peine plus de dix ans, avec une folle énergie et un amour absolue du cinéma, Cheyenne-Marie Carron, envers et contre tout et surtout contre tous, sans les sacro-saints deniers du CNC ni l’argent des chaînes publiques ou privées, a réussi à tourner huit longs-métrages.

Et cet exploit, elle l’a accompli, non pas pour prouver qu’une jeune femme libre pouvait le faire, mais pour s’exprimer, pour faire passer des idées que bien peu de cinéastes gavés de subventions ont en tête ou auraient l’envie de mettre dans leurs films.

En 2013, on avait ardemment soutenu "La fille publique" et "L’Apôtre", dont on avait souligné la force et l’originalité. Depuis, sans nier le grand talent de la cinéaste, on avait été plus réservé sur la ligne idéologique que l’on supposait être la sienne derrière "Patries" et "La Chute des hommes", films sur le péril islamiste et le racisme "anti-blanc".

En revenant à un sujet moins clivant mais tout aussi important, le désarroi des paysans face à leur marginalisation dans la société post-industrielle, la réalisatrice fait taire toute critique sur le contenu de son film. Tout juste, on pourra ergoter sur le paganisme de son personnage central, féru de celtisme et d’un animisme européen remontant aux temps quasi paléotiques.

"La Morsure des Dieux" de Cheyenne-Marie Carron est d’abord formellement un beau film. Ici, il n’est pas question de filmer pour rien. Chaque plan montre la beauté des choses ou des cœurs.

Avec sa chef-opératrice Prunelle Brenguier, Cheyenne-Marie Carron donne à voir un pays Basque rarement montré, celui des terres agricoles. Son personnage principal, Sébastien, joué magistralement par François Pouron, qui l’habite littéralement, est un être pur, un jeune paysan possédé par sa terre, malade de la voir livré aux appétits bancaires et financiers, révolté de voir autour de lui ses pairs condamnés à la mort sociale, avant que celle-ci ne les mène inéluctablement à la mort volontaire.

Sa rencontre avec Juliette, belle et diaphane, venue d’ailleurs et surtout chrétienne, va être l’occasion pour lui d’exprimer sa vision du monde.

Cheyenne-Marie Carron, comme à son habitude, sait mettre en scène des points de vue apparemment opposés. Qualité extrêmement rare à l’écran, elle parvient à faire parler vraiment et longtemps des personnages, leur faire aborder leurs sujets de prédilection et les exprimer complètement, jamais schématiquement.

Qui, avant de voir "La Morsure des Dieux", penserait pouvoir écouter, en 2017, de longs échanges entre un "païen" et une "Chrétienne" ? C’est pourtant ce que réussit Cheyenne-Marie Carron.

De même, grâce à elle, la question paysanne envisagée sous l’angle du suicide quitte le terrain du fait-divers et du documentaire. Ainsi, on n’oubliera pas le portrait qu’elle trace d’un vieux paysan incarné à la perfection par Pierre Molinier.

C’est là aussi un des traits de son cinéma : la capacité de dessiner une galerie de personnages tous signifiants, tous riches d’une vraie histoire. Même le banquier inflexible incarné par Pascal Elso n’est pas une caricature.

Il faut donc absolument voir "La Morsure des Dieux" de Cheyenne-Marie Carron. Comme tout le reste de l’œuvre cohérente qu’elle bâtit et qui, le plus tôt possible on l’espère, sera un jour reconnu à sa juste valeur, elle met sa foi au service de l’humain.

Catholique comme John Ford, elle crie son amour des hommes à l’époque de la déchristianisation et, qu’on soit athée ou d’une autre religion, on ne se sent pas pourtant exclu par ce cinéma où souffle un vent de spiritualité accueillante.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 7 mars 2021 : Mars et ca repart... peut être

Pas de nouvelles très réjouissantes du côté de la culture en ce mois de mars, veille de printemps. Rien sur les salles de spectacles, les musées et les cinémas de rares évocations de la réouverture des restaurants à midi "quand on pourra". Bref, pas de quoi se réjouir. Voici en tout cas notre sélection culturelle pour tenir le coup en attendant.
on commence par le replay de la MAG #22

Du côté de la musique :

"Collapsed in Sunbeams" de Arlo Parks
"Ma folie" de Bast Ferry
"Paradise" de Da Capo
"It's OK" de Fantomes
"L'effet waouh des zones côtières" de Institut
"Something joyful" de Jonathan Orland Quartet
"Haydn : Stabat mater, Symphonies N° 84 & 86" de Le Concert de la Loge & Julien Chauvin
"No black violins" le mix 15 de Listen In Bed à écouter à volonté
"Liberté" de Sego Len
"Où tout a commencé" de Tristesse Club
et toujours :
"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones

Au théâtre dans son salon :

"Le Gros, la Vache et le Mainate" de Pierre Guillois
"Intrigue et Amour" de Yves Beaunesne
"13 à table" de Marc-Gilbert Sauvageon
"Thé à la menthe ou t'es citron" de Patrick Haudecoeur
"J'étais dans ma maison et j'attendais que la pluie vienne" de Jean-Luc Lagarce
"Faut-il laisser les vieux pères manger seuls aux comptoirs des bars ?" de Carole Thibaut
"Eric-Antoine Montreux tout !" au Festival de Montreux

Expositions :

en virtuel :
"Vasarely - Le partage des formes" au Centre Pompidou
"Picasso poète" au Musée national Picasso
"Jean" à la Cité des sciences et de l'industrie
"Comme un parfum d'aventure" au Mac Lyon
"Omar Ba - Anomalies" à la Galerie Templon
"Les aventuriers des mers" à l'Institut du Monde Arabe

Cinéma :

at home :
"Exotica" d'Atom Egoyan
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Biens Aimés" de Christophe Honoré
"Dans les champs de bataille" de Danielle Arbid
"Eastern Plays de Kamen Kalev
"Mon frère s'appelle Robert et c'est un idiot" de Philip Gröning

Lecture avec :

"Que ma mort soit une fête" de Cristian Alarcon
"Normal people" de Sally Rooney
"Middlewest" de Skottie Young & Jorge Corona
"L'hôtel de verre" de Emily St.John Mandel
"De Staline à Hitler" de Robert Coulondre
et toujours :
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=