Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Erich von Stroheim
Théâtre du Rond-Point  (Paris)  avril 2017

Comédie dramatique de Christophe Pellet, mise en scène de Stanislas Nordey, avec Emmanuelle Béart, Thomas Gonzalez et Laurent Sauvage (en alternance Victor de Oliveira).

Désolé pour les admirateurs d'un des plus grands cinéastes de tous les temps, et peut-être le plus grand du muet, qui fut aussi l'immortel Von Rauffenstein de "La Grande Illusion", mais Eric von Stroheim, avec ou sans "h" à son prénom, n'est pas le sujet de la pièce de Christophe Pellet mise en scène par Stanislas Nordey.

Non, n'est évoqué le nom du merveilleux acteur des "Disparus de Saint-Agil et de "Sunset Boulevard" que parce qu'il l'aurait usurpé. La pièce, d'ailleurs, n'est même pas précise et n'explique quel était le but de celui que la publicité décrivait comme "l'homme que vous aimerez haïr" en se faisant passer pour l'officier autrichien qu'il interprétait dans certains de ses films comme "The Wedding March" ou "Folies de femmes".

Guère plus explicite sera la présence d'une immense photo de Montgomery Clift et de Lee Remick, tirée de "Wild River" ("Le fleuve sauvage"), l'un des plus beaux films d'Elia Kazan avec "Splendor in the grass", recouvrant la structure triangulaire qui se déploie pour laisser apparaître la scène où s'ébattent les trois protagonistes de cet "Eric Von Stroheim" aussi ésotérique dans son texte qu'érotique dans son contexte.

Très vite, on retrouvera le ton des œuvres de Christophe Pellet, celui d'un écorché ayant le courage - ou l'inconscience - de faire comme si Bernard-Marie Koltès et Jean-Luc Lagarce, voire Xavier Durringer, n'avaient pas déjà labouré les terrains sexués qui l'intéressent.

Une femme et deux hommes, donc. Mais pas pour un remake de "Jules et Jim". Plutôt pour évoquer le sexe et l'argent, le désir et les trafics de sentiments en tous genres dans une époque mondialisée qui désespère l'auteur.

La structure monumentale conçue par Emmanuel Clolus s'ouvre et se referme, laissant réapparaître régulièrement la photo de Monty et de Lee alors que résonne "Mon cœur s'ouvre à ta voix", l'air le plus célèbre de "Samson et Dalilah" de Camille Saint-Saens, dans une belle version classique, forcément celle de Maria Callas.

Ces choix, musicaux et photographiques, ont l'inconvénient de "dater" le travail de Christophe Pellet. On n'y voit une espèce de parti pris classique, "antimoderne", qui contrebalance ce qui peut être ressenti par le public comme une provocation, c'est-à-dire la présence d'un acteur nu du début à la fin.

Mais si Thomas Gonzales fait face à Emmanuelle Béart et Victor de Oliveira (en alternance avec Laurent Sauvage) en tenue d'Adam, ses propos sont chastes et ses considérations jamais vraiment pornographiques.

Dans "Erich Von Stroheim", on tourne autour de la question homosexuelle, puis bifurque vers celle de la bisexualité, sans y tomber franchement. Aucun geste équivoque, aucune hystérie, aucune déraison.

Christophe Pellet fournit un texte très écrit et très froid dans lequel n'entreront que ceux qui sont avertis de ce qui les y attend. Les autres ne s'ennuieront pas mais seront peu concernés par une œuvre autobiographique qui se refuse à exposer toutes ses clés.

Si Christophe Pellet aimerait recourir à toutes les audaces et toutes les provocations, Stanislas Nordey ne l'aide pas, ici, à s'affranchir de sa timidité ou de son autisme. Aucune étincelle lyrique ne jaillira pour que son texte s'embrase. Dommage.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 15 mai 2022 : En mai cultive toi comme il te plaît

Après une belle soirée en compagnie de KATEL vendredi, le replay est ici, c'est reparti pour une semaine d'actualité culturelle vue par nos chroniqueurs en attendant la déjà 48eme Mare aux Grenouilles en direct samedi !

Du côté de la musique :

"Godowsky - Bach" de Dimitri Papadopoulos
"Being alive" le nouveau mix à écouter de Listen In Bed
Rencontre avec Lofofora
"Des corps dans le décor" de Mauvais Sang
"Litz - once upon a time"
"Misia" de Revue Blanche
"Murmures et rumeurs" de Tom Bourgeois
et toujours :
"J'ai horreur de l'amour" de Bertrand Betsch
"Caroline" de Caroline
"Revenant" de Cascadeur
"Hell stairs" de CDSM
"Unica" de DeLaurentis
"Polar star" de Initiative H
"Fear of the dawn" de Jack White
"The line is a curve" de Kae Tempest
"Zadie Smith" 16ème émission de la saison 3 de Listen In Bed à écouter
"Bassoon steppes" de Lola Descours & Paloma Kouider
"Oan Kim & the Dirty Jazz" de Oan Kim
"Gabril Fauré : Horizons II" de Simon Zaoui, Pierre Fouchenneret, Raphaël Merlin, Parie Chilemme & Quatuor Strada
"Keep on falling" de The Boo Radleys

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Odyssée - Une histoire pour Hollywood" au Théâtre de la Colline
"Nous, l'Europe, banquet des peuples" au Théâtre de l'Atelier
"Penthésilé.e.s amazonomachie" au Théâtre de la Tempête
"Skylight" au Théâtre du Rond-Point
"Encore plus, tout le temps, partout" au Théâtre de la Bastille
"L'Epopée d'un buveur d'eau" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"La Maladie de la Famille M." au Théâtre de la Reine Blanche
"Montaigne - Les Essais" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Scum Rodéo" au Théâtre de la Reine Blanche
"Les Frustrées" au Théâtre L'Etoile du Nord
"Guy Carlier" au Théâtre des Mathurins
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"HEY ! Le dessin" à la Halle Saint-Pierre
et les autres expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit avec :
"La femme de mon frère" de Monia Chokri

"Mutum" de Sandra Kogut
"Party Girl" de Marie Amachoukeli, Claire Burger et Samuel Theis
"Naissance des pieuvres" de Céline Sciamma
"Tu mérites un amour" de Hafsia Herzi
et dans la série Oldies but goodies :
"La Passante du Sans-Souci" de Jacques Rouffio
"Les Demoiselles de Rochefort de Jacques Demy

Lecture avec :

"De la guerre, Mook 2" de Jean Lopez
"Les routes oubliées" de S.A. Cosby
et toujours :
"Amnistie" de Aravind Adiga
"Le réalisme magique du cinéma chinois" de Hendy Bicaise
"Nobles de coeur" de Marc Alexandre Oho Bambe & Fred Ebami
"Le silence est ma langue natale" de Sulaiman Addonia

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=