Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Erich von Stroheim
Théâtre du Rond-Point  (Paris)  avril 2017

Comédie dramatique de Christophe Pellet, mise en scène de Stanislas Nordey, avec Emmanuelle Béart, Thomas Gonzalez et Laurent Sauvage (en alternance Victor de Oliveira).

Désolé pour les admirateurs d'un des plus grands cinéastes de tous les temps, et peut-être le plus grand du muet, qui fut aussi l'immortel Von Rauffenstein de "La Grande Illusion", mais Eric von Stroheim, avec ou sans "h" à son prénom, n'est pas le sujet de la pièce de Christophe Pellet mise en scène par Stanislas Nordey.

Non, n'est évoqué le nom du merveilleux acteur des "Disparus de Saint-Agil et de "Sunset Boulevard" que parce qu'il l'aurait usurpé. La pièce, d'ailleurs, n'est même pas précise et n'explique quel était le but de celui que la publicité décrivait comme "l'homme que vous aimerez haïr" en se faisant passer pour l'officier autrichien qu'il interprétait dans certains de ses films comme "The Wedding March" ou "Folies de femmes".

Guère plus explicite sera la présence d'une immense photo de Montgomery Clift et de Lee Remick, tirée de "Wild River" ("Le fleuve sauvage"), l'un des plus beaux films d'Elia Kazan avec "Splendor in the grass", recouvrant la structure triangulaire qui se déploie pour laisser apparaître la scène où s'ébattent les trois protagonistes de cet "Eric Von Stroheim" aussi ésotérique dans son texte qu'érotique dans son contexte.

Très vite, on retrouvera le ton des œuvres de Christophe Pellet, celui d'un écorché ayant le courage - ou l'inconscience - de faire comme si Bernard-Marie Koltès et Jean-Luc Lagarce, voire Xavier Durringer, n'avaient pas déjà labouré les terrains sexués qui l'intéressent.

Une femme et deux hommes, donc. Mais pas pour un remake de "Jules et Jim". Plutôt pour évoquer le sexe et l'argent, le désir et les trafics de sentiments en tous genres dans une époque mondialisée qui désespère l'auteur.

La structure monumentale conçue par Emmanuel Clolus s'ouvre et se referme, laissant réapparaître régulièrement la photo de Monty et de Lee alors que résonne "Mon cœur s'ouvre à ta voix", l'air le plus célèbre de "Samson et Dalilah" de Camille Saint-Saens, dans une belle version classique, forcément celle de Maria Callas.

Ces choix, musicaux et photographiques, ont l'inconvénient de "dater" le travail de Christophe Pellet. On n'y voit une espèce de parti pris classique, "antimoderne", qui contrebalance ce qui peut être ressenti par le public comme une provocation, c'est-à-dire la présence d'un acteur nu du début à la fin.

Mais si Thomas Gonzales fait face à Emmanuelle Béart et Victor de Oliveira (en alternance avec Laurent Sauvage) en tenue d'Adam, ses propos sont chastes et ses considérations jamais vraiment pornographiques.

Dans "Erich Von Stroheim", on tourne autour de la question homosexuelle, puis bifurque vers celle de la bisexualité, sans y tomber franchement. Aucun geste équivoque, aucune hystérie, aucune déraison.

Christophe Pellet fournit un texte très écrit et très froid dans lequel n'entreront que ceux qui sont avertis de ce qui les y attend. Les autres ne s'ennuieront pas mais seront peu concernés par une œuvre autobiographique qui se refuse à exposer toutes ses clés.

Si Christophe Pellet aimerait recourir à toutes les audaces et toutes les provocations, Stanislas Nordey ne l'aide pas, ici, à s'affranchir de sa timidité ou de son autisme. Aucune étincelle lyrique ne jaillira pour que son texte s'embrase. Dommage.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=