Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Sayonara
Kôji Fukada  mai 2017

Réalisé par Kôji Fukada. Japon. Drame. 1h52 (Sortie le 10 mai 2017). Avec Bryerly Long, Geminoid F, Hirofumi Arai, Makiko Murata, Murakami Nijirô, Yuko Kibiki, Jérôme Kircher et Irène Jacob.

Il y a quelques mois, Koji Fukada avait enchanté et parfois déconcerté les spectateurs qui avaient vu son film précédent, "Harmonium".

Avec "Sayonara", il se fait encore plus radical dans sa proposition et plus noir dans sa vision du monde.

L'action se passe dans un Japon qui vient de connaître des catastrophes nucléaires bien pires que Fukushima et qui nécessitent l'évacuation de la population hors de l'archipel. Mais si les citoyens japonais quittent un à un le pays, Tania (Brierly Long), une jeune étrangère qui vivait au Japon, par ailleurs atteinte d'une grave maladie, n'est pas prioritaire et finit par être oubliée.

C'est donc elle, qui, paradoxalement, va être la dernière femme à survivre dans un Japon désert, complètement vidé de toute vie et où les choses s'éteignent peu à peu. Son agonie, elle va la vivre en compagnie de Leona, l'androïde que lui avait offert son père.

"Sayonara" de Koji Fukuda est au départ une pièce de théâtre d'Oriza Hirata, auteur dont on a pu voir en France, "Nouvelles du plateau S", "Tokyo Notes" et surtout "Gens de Séoul" joué à Gennevilliers en 2016.

Dans la pièce comme dans le film, c'est un vrai "robot", une machine de type "Geminoid F.", qui "interprète" Leona. Et elle le fait si excellemment qu'il est fort possible que ceux qui n'auraient pas au préalable l'information sur sa vraie nature pourraient penser qu'il s'agit d'une authentique actrice.

Dans ce film lent et douloureux qui conte de manière douce et délicate la fin de l'homme, on éprouvera aussi beaucoup de peine à voir cet androïde poursuivre en vain une "vie" inutile qui ne s'arrêtera qu'à l'issue d'un aléa de son existence mécanique.

Un ultime instant que certains assimileront à un suicide, tant la tentation de prêter une âme à cette belle et courageuse "automate", qui à mesure que sa solitude grandit et devient inexorable, paraît devenir humaine.

"Sayonara" de Koji Fukada est un film dans lequel l'action est très réduite, mais qui n'est jamais ennuyeux. On croit vraiment qu'il décrit un monde en train de disparaître et que chacune des micro-actions de Tania mourante et de Leona en pleine déréliction a un sens ultime et par conséquent qu'il devrait faire pleurer le spectateur compatissant.

Dans le même temps, sourd du film une étrange sérénité, celle qui sous-entend que la vie n'est qu'un passage, que ce qui s'estompe aujourd'hui avec la mort du Japon moderne ne signifie pas la fin d'une terre belle et en passe de redevenir vierge des hommes et de ses réalisations prédatrices.

Bientôt, un nouveau monde renaîtra et on en sent les prémisses, bien avant que toutes les conséquences de la catastrophe poussent à croire à la fin pour des siècles et des siècles du pays du Soleil levant.

"Sayonara" de Koji Fukada confirme les promesses entrevues dans "Harmonium". On est bien là devant un metteur en scène qui va compter et qui sait déjà prendre le Japon où ça lui fait le plus mal.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 16 juin 2024 : Culture en danger ?

Alors que la France est virtuellement sans gouvernement, il y a de quoi, entre autres problèmes, s'inquiéter pour la culture. Quoi qu'il en soit on sera toujours là pour la rendre la plus accessible possible.
Pensez aussi à nous suivre sur nos réseaux sociaux.

Du côté de la musique :

"La marche des enfants" de BabX & la Maitrise populaire de l'Opéra-Comique
"Shalalalala" de Theo Hakola
"Time!" de Eels
rencontre avec Dendana, illustrée par une session de 2 titres
"Brahms, sonates pour clarinette et piano, trio pour cor" de Geoffroy Couteau
"Haydn, intégrale des trio avec flûte" de Jean Pierre Pinet & Les Curiosités Esthétiques
"Sun without the heat" de Leyla McCalla
"Meilleur erreur" de Meilleur Erreur
"Leaving you alone part 1" de The Desperate Sons
"IV" de Wildstreet
"Broadcast - Spell Blanket" c'est le 32ème épisode du Morceau Caché
er retrouvez les photos de Eric Ségelle de Hala Duett et L'Etrangleuse à La Cale
et toujours :
Rencontre avec Baptsite Dosdat autour de son album "Batist & The 73", agémenté d'une session
"The afternoon of our lives" de Olivier Rocabois
"Ciel, cendre et misère noire" de Houle
Alain Chamfort était au Point Ephémère
"Middle class luxury" de Beau Bandit
"As seasons changed" de Indigo Birds
"Jusqu'où s'évapore la musique" de Jérôme Lefebvre / FMR Ochestra
Lux, Jules & Jo et Hippocampe Fou dans un petit tour des clips de la semaine
"Upside down" de Manila Haze
"Volupté" de Marie Pons & Geoffrey Jubault
"Hey you" de Mazingo
"Réalité" de Moorea
"Bleu" de Olivier Triboulois
"Thalasso" de Soft Michel
"Rockmaker" de The Dandy Wharols

Au théâtre :

les nouveautés :

"La mécanique du coeur" au Théâtre Le Funambule Montmartre
"King Kong théorie" au Théâtre Silvia Montfort

"Du domaine des murmures" au Théâtre Le Lucernaire
"Hepta, le grand voyage du Petit Homme" au Théâtre Essaïon
"Pourquoi Camille ?" au Théâtre La Flèche (et bientôt Avignon)

et toujours :
"Les vagues" au Théâtre de La Tempête
"Molly ou l'Odyssée d'une Femme" au Théâtre Essaïon
"Dictionnaire amoureux de l'inutile" au Théâtre La Scala
"La contrainte" au Théâtre La Verrière de Lille
"Les possédés d'Illfurth" au Théâtre du Rond Point
"Les tournesols" au Théâtre Funambule Montmartre
"Un faux pas dans la vie d'Emma Picard" au Théâtre Essaïon

Cinéma avec :

"Six pieds sur terre" de Hakim Bensalah
"Nouveau monde" de Vincent Capello
et toujours :
"La Gardav" de Thomas et Dimitri Lemoine
"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein

Lecture avec :

"Joli mois de mai" de Alan Parks
"Se perdre ou disparaitre" de Kimi Cunningham Grant
"Vic Chestnutt, le calme et la fureur" de Thierry Jourdain
et toujours :
"La cité des mers" de Kate Mosse
"Merci la résistance !" par un Collectif d'auteurs
"Mon homme marié" de Madeleine Gray
"Rien de spécial" de Nicole Flattery
"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier
"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=