Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Sayonara
Kôji Fukada  mai 2017

Réalisé par Kôji Fukada. Japon. Drame. 1h52 (Sortie le 10 mai 2017). Avec Bryerly Long, Geminoid F, Hirofumi Arai, Makiko Murata, Murakami Nijirô, Yuko Kibiki, Jérôme Kircher et Irène Jacob.

Il y a quelques mois, Koji Fukada avait enchanté et parfois déconcerté les spectateurs qui avaient vu son film précédent, "Harmonium".

Avec "Sayonara", il se fait encore plus radical dans sa proposition et plus noir dans sa vision du monde.

L'action se passe dans un Japon qui vient de connaître des catastrophes nucléaires bien pires que Fukushima et qui nécessitent l'évacuation de la population hors de l'archipel. Mais si les citoyens japonais quittent un à un le pays, Tania (Brierly Long), une jeune étrangère qui vivait au Japon, par ailleurs atteinte d'une grave maladie, n'est pas prioritaire et finit par être oubliée.

C'est donc elle, qui, paradoxalement, va être la dernière femme à survivre dans un Japon désert, complètement vidé de toute vie et où les choses s'éteignent peu à peu. Son agonie, elle va la vivre en compagnie de Leona, l'androïde que lui avait offert son père.

"Sayonara" de Koji Fukuda est au départ une pièce de théâtre d'Oriza Hirata, auteur dont on a pu voir en France, "Nouvelles du plateau S", "Tokyo Notes" et surtout "Gens de Séoul" joué à Gennevilliers en 2016.

Dans la pièce comme dans le film, c'est un vrai "robot", une machine de type "Geminoid F.", qui "interprète" Leona. Et elle le fait si excellemment qu'il est fort possible que ceux qui n'auraient pas au préalable l'information sur sa vraie nature pourraient penser qu'il s'agit d'une authentique actrice.

Dans ce film lent et douloureux qui conte de manière douce et délicate la fin de l'homme, on éprouvera aussi beaucoup de peine à voir cet androïde poursuivre en vain une "vie" inutile qui ne s'arrêtera qu'à l'issue d'un aléa de son existence mécanique.

Un ultime instant que certains assimileront à un suicide, tant la tentation de prêter une âme à cette belle et courageuse "automate", qui à mesure que sa solitude grandit et devient inexorable, paraît devenir humaine.

"Sayonara" de Koji Fukada est un film dans lequel l'action est très réduite, mais qui n'est jamais ennuyeux. On croit vraiment qu'il décrit un monde en train de disparaître et que chacune des micro-actions de Tania mourante et de Leona en pleine déréliction a un sens ultime et par conséquent qu'il devrait faire pleurer le spectateur compatissant.

Dans le même temps, sourd du film une étrange sérénité, celle qui sous-entend que la vie n'est qu'un passage, que ce qui s'estompe aujourd'hui avec la mort du Japon moderne ne signifie pas la fin d'une terre belle et en passe de redevenir vierge des hommes et de ses réalisations prédatrices.

Bientôt, un nouveau monde renaîtra et on en sent les prémisses, bien avant que toutes les conséquences de la catastrophe poussent à croire à la fin pour des siècles et des siècles du pays du Soleil levant.

"Sayonara" de Koji Fukada confirme les promesses entrevues dans "Harmonium". On est bien là devant un metteur en scène qui va compter et qui sait déjà prendre le Japon où ça lui fait le plus mal.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 7 mars 2021 : Mars et ca repart... peut être

Pas de nouvelles très réjouissantes du côté de la culture en ce mois de mars, veille de printemps. Rien sur les salles de spectacles, les musées et les cinémas de rares évocations de la réouverture des restaurants à midi "quand on pourra". Bref, pas de quoi se réjouir. Voici en tout cas notre sélection culturelle pour tenir le coup en attendant.
on commence par le replay de la MAG #22

Du côté de la musique :

"Collapsed in Sunbeams" de Arlo Parks
"Ma folie" de Bast Ferry
"Paradise" de Da Capo
"It's OK" de Fantomes
"L'effet waouh des zones côtières" de Institut
"Something joyful" de Jonathan Orland Quartet
"Haydn : Stabat mater, Symphonies N° 84 & 86" de Le Concert de la Loge & Julien Chauvin
"No black violins" le mix 15 de Listen In Bed à écouter à volonté
"Liberté" de Sego Len
"Où tout a commencé" de Tristesse Club
et toujours :
"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones

Au théâtre dans son salon :

"Le Gros, la Vache et le Mainate" de Pierre Guillois
"Intrigue et Amour" de Yves Beaunesne
"13 à table" de Marc-Gilbert Sauvageon
"Thé à la menthe ou t'es citron" de Patrick Haudecoeur
"J'étais dans ma maison et j'attendais que la pluie vienne" de Jean-Luc Lagarce
"Faut-il laisser les vieux pères manger seuls aux comptoirs des bars ?" de Carole Thibaut
"Eric-Antoine Montreux tout !" au Festival de Montreux

Expositions :

en virtuel :
"Vasarely - Le partage des formes" au Centre Pompidou
"Picasso poète" au Musée national Picasso
"Jean" à la Cité des sciences et de l'industrie
"Comme un parfum d'aventure" au Mac Lyon
"Omar Ba - Anomalies" à la Galerie Templon
"Les aventuriers des mers" à l'Institut du Monde Arabe

Cinéma :

at home :
"Exotica" d'Atom Egoyan
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Biens Aimés" de Christophe Honoré
"Dans les champs de bataille" de Danielle Arbid
"Eastern Plays de Kamen Kalev
"Mon frère s'appelle Robert et c'est un idiot" de Philip Gröning

Lecture avec :

"Que ma mort soit une fête" de Cristian Alarcon
"Normal people" de Sally Rooney
"Middlewest" de Skottie Young & Jorge Corona
"L'hôtel de verre" de Emily St.John Mandel
"De Staline à Hitler" de Robert Coulondre
et toujours :
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=