Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Malik Djoudi
UN  (La Souterraine)  avril 2017

Vous ici ? D’accord alors bon… Ce qu’il y a de bien / mal avec la Souterraine, c’est qu’ils sortent des disques toutes les deux semaines, c’est-à-dire des compils, des best of, des albums originaux, le tout à prix libre, soit gratuit donc soit "au chapeau", parfois on ne sait pas d’où les artistes sortent (coucou Tristen, Pétosaure…), parfois on connaît le chanteur ou le compositeur et on l’aime (coucou le Flegmagtic, Hyperclean…), parfois on trouve ça sympa, parfois on adore, parfois on dit "oh c’est pas mal", parfois on hausse poliment les épaules avec un "ah oui c’est… heu… intéressant"…

Donc la Souterraine balance un disque tous les deux jours sans dossier de presse que je ne peux donc pas recopier - enfin potasser - bêtement, c’est-à-dire d’une plume appliquée en ayant l’air original. Et évidemment je pose la question : comment fais-je pour draguer les attachées de presse s’il n’y en a pas ? (oui, je l’avoue une chronique sur deux que j’écris est pour - à défaut des faveurs de l’artiste - avoir les faveurs des attachées de presse, mais c’est un autre sujet et surtout beaucoup d’échecs)

Je vais donc vous parler d’un disque dont je ne sais rien de l’auteur mais c’est mieux au final, c’est juste un disque et moi (oui, je sais il y a Google mais c’est fatigant et en plus, en fait je n’ai pas internet). Ce disque c’est UN de Malik Djoudi.

Alors je vais d’abord vous le résumer pour ceux qui sont pressés ou pour ceux à qui un texte trop long fait peur et ensuite, je vais vous expliquer pourquoi ce résumé est nul. Le résumé : "bah tu vois, c’est un disque d’électro de chambre avec un mec qui chante l’amour en français avec une voix qui segmente mais je te jure c’est génial (on ne jure pas !) mais je te promets c’est mieux que génial !"

Bon un peu de sérieux et reprenons du début :

La pochette : Un homme vu de très loin, seul, dans l’espace intersidéral et infini sur un cheval, style Ulysse 31 qui cherche le chemin de la terre. Il est sur une sorte d’astéroïde étonnement plat au milieu d’étoiles, ou plutôt un homme perdu dans une constellation de vide jusqu’à des années-lumière, il ne va pas aller loin si je peux me permettre.

Le titre : UN, un comme tout seul ou un comme "premier disque", ou comme "je suis unique comme tout le monde", je ne sais pas.

L’artiste : Malik Djoudi, heu…. Je l’avoue, je ne connais pas ce poitevin, ni même entendu parler donc au pire, je tente cette vanne soufflée par un ami Facebook : "mais on peut l’écouter le Djardi quand même ?" Voilà voilà voilà…

Oui, direz-vous, et la musique ? Tu sais, je n’ai peur de rien à part du vide… Dis ? Est-ce que cette chronique est sous garantie ? (spoiler alert : non, mais elle est niveau huit sur l'échelle de la dithyrambe)

Oui, ça ressemble à un disque fait tout seul à la maison sur ordinateur. Oui la voix ressemble parfois à une voix du style "je n’ose pas chanter parce que sinon je réveille mes parents qui dorment dans la chambre d’à côté" mais ça a un charme tellement fou, parce qu’il sait jouer avec sa voix, parce qu’il ne fait pas semblant, il ose, il ose une voix de tête parfois, il ose la pousser avec une part de féminité qui n’a rien de déplaisant, c’est des codes chics.

Oui car quand Malik joue à l’américain et qu’il pousse sa voix dans les aigus, il montre les muscles de sa voix sur le ring de l’hacienda. Musicalement, il est dans "ce qui se fait", c’est-à-dire mi-rétro mi-moderne, comment dire électro pop ? Mi-Paradis, mi-Chamfort, mais pourtant très original et dans la posture et dans l’écriture. Les mélodies, elles sont imparables. Les arrangements sobres parce que ces chansons pourraient se jouer à la guitare, et même en formule power trio, tout cela tiendrait encore la route.

Flirtant avec Supertramp sur "Allant vers, à l’envers" (grâce à un sample (je crois) qui m’est inconnu - bah oui je n’ai pas internet) ou vers Balavoine ou Michel Berger parfois (hou les gros mots), mais chez Malik il y a des ambitions, c’est-à-dire des mélodies qui restent, que l’on se surprend à chantonner. Pas parce qu’elles sont faciles, légères, mais simplement parce qu’elles sont bonnes, de très bonnes chansons, appelez ça variété si vous voulez.

Et là où la musique électronique parfois est dans le toujours plus, toujours plus de pistes, plus d’effet, Malik est dans une approche plus minimaliste, qui donne encore plus de force aux mélodies parfois portées juste par la voix, comme pour montrer qu’il est aussi auteur. Les textes parlent évidemment de notre sujet préfère l’amour et des relations de couples, mais avec une délicatesse et une douceur rare (et bon je vous spoile encore un peu mais en général, ça finit mal). Sans doute parce qu’il sent la pluie venir de tout en haut.

Oui, parfois on a envie de lui dire mais pousse la voix non pas sur tes cordes vocales, elles sont parfaites, mais sur la table de mixage. Avec ce sens de la mélodie que les idées soient vagues ou non c’est tellement parfait, et ne comptez pas sur moi pour faire ma séquence con, l’écriture est vraiment irréprochable qu’elle soit musicale ou sur les textes, concrète parfois, simple mais toujours précieuse, évidente mais jamais facile, percutante teintée de romantisme et de mélancolie, un chemin direct de l’oreille au cœur, c'est ainsi, c'est bizarre, c'est ballot...

Je ne sais pas comment vous dire que je suis amoureux de ce disque d’amours contrariés qu’est le disque de Malik Djoudi. Vous pouvez l’écoutez gratuitement grâce à la Souterraine et vous hésitez encore alors que vous auriez dû commencer à l’écouter lorsque j’ai dit : "Tu sais, je n’ai peur de rien à part du vide…" parce qu’un homme qui écrit ça, aussi simple que ça puisse paraître, bah ce n’est pas n’importe qui, et au niveau des textes il y a beaucoup d’autres formules qui sont autant percutantes sinon plus et en plus quand on écoute les mélodies qu’il propose, les arrangements, cette basse forte ici, cette mélodie imparable, ce refrain entêtant là, ce petit son caché au loin que tu découvres au bout de cinq écoutes… Que rajouter de plus ?

On se dit je t’aime à volonté… Et oui je l’avoue j’aime ce disque, je l’aime tellement que je me surprends à rêver… Notamment que tout comme moi vous l'écoutiez encore et encore !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Tempéraments de Malik Djoudi
Malik Djoudi en concert au Festival Hop Pop Hop #3 (édition 2018) - vendredi 14

En savoir plus :
Le site officiel de Malik Djoudi
Le Soundcloud de Malik Djoudi
Le Facebook de Malik Djoudi


sy!         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 9 août 2020 : Vacances, j'oublie tout

Il fait beau et chaud, on reste à l'ombre, on traine à la plage, mais si vous avez encore un petit moment pour jeter un oeil à Froggy's Delight, nous sommes toujours là. Voici le programme light et rafraichissant de la semaine.
petit bonus, le replay de la MAG (Mare Aux Grenouilles) numéro #1

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

Le compte-rendu de la 35ème édition du Festival Humour et Eau salée
et un spécial "Au Théatre ce soir dans un salon" avec les grands classiques de Barilet et Grédy :
"Peau de vache"
"Potiche"
"Folle Amanda"
"Le don d'Adèle"
"L'Or et la Paille"
et "Fleur de cactus" revisité par Michel Fau

Expositions :

en real life :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Voir le jour" de Marion Laine
"Le Défi du champion" de Leonardo D'Agostini
et at home avec des longs...
"2021" de Cyril Delachaux
"Les Robinsonnes" de Laurent Dussaux
"L'Ile aux femmes" de Eric Duret
"Quand j'avais 5 ans, je m'ai tué" de Jean-Claude Sussfeld
"The Storm" de Ben Sombogaart
...et des courts-métrages
"Odol Gorri" de Charlène Favier
"Poseur" de Margot Abascal

Lecture avec :

"Retour de service" de John Le Carré
"Un océan, deux mers, trois continents" de Wilfried N'Sondé
"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=