Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La Grande Bouffe
Marco Ferreri  mai 1973

Réalisé par Marco Ferreri. France/Italie. Comédie dramatique. 2h05 (Sortie mai 1973). Avec Marcello Mastroianni, Ugo Tognazzi, Michel Piccoli, Philippe Noiret, Andréa Ferréol, Solange Blondeau, Monique Chaumette et Bernard Ménez.

Du "film scandaleux ", on se souvient parfois plus du scandale que du film même. La polémique les entoure d’une certaine aura ; ce sont des films à part, des films qu’on ne regarderait pas impunément.

Ce sont aussi, bien sûr, des tournants dans l’histoire du septième art : ils ont su appuyer là où la société avait mal, montrer des corps comme on ne les avait jamais vus, revendiquer une liberté d’’expression nouvelle…

Mais, le parfum de soufre une fois éventé, que reste-t-il de ces films ? Aller voir en salle "La Grande Bouffe" suscite deux interrogations : le film est-il toujours scandaleux ? Que reste-t-il de l’œuvre cachée derrière la polémique ?

"La Grande Bouffe", on le sait déjà peut-être, est le type même du film scandaleux. Et il ne manqua pas de faire parler de lui, en cette année 1973 où il fut présenté au Festival de Cannes (l’année de "La Maman et la putain", autre film à scandale d’une infinie beauté, que l’on peut retrouver durant la rétrospective Jean Eustache qui se déroule actuellement à la Cinémathèque française). Parler est d’ailleurs un terme un peu faible, car si l’on en croit les images d’archives, le film a surtout suscité des cris et des invectives.

Qu’il y-a-t-il donc de scandaleux dans "La Grande bouffe" de Marco Ferreri ? L’histoire est d’une redoutable simplicité. Quatre hommes se réunissent pour plusieurs jours dans une grande maison bourgeoise.

Chacun occupe une place privilégiée dans la société : Michel (Michel Piccoli) travaille avec succès dans le monde de l’audiovisuel, Marcello (Marcello Mastroianni) est pilote d’avion, Philippe (Philippe Noiret) est magistrat. Ugo (Ugo Tognazzi), cuisinier de son état, se charge de préparer les mets que les quatre compères dégusteront durant leur séjour.

Le film commence de manière assez joyeuse. On retrouve, de Marco Ferreri, l’humour à la limite du grotesque. On sent la jubilation du cinéaste italien à affubler Michel Piccoli d’un justaucorps moulant ou à mettre en scène son acteur fétiche, Marcello Mastroianni, en véritable caricature du lover italien, avide de sexe et de nourriture. Philippe Noiret, quant à lui, est transformé en créature poupine, infantilisée par son entourage.

Il y a quelque chose de rabelaisien dans ces truculentes réunions gastronomiques où les quatre amis dévorent des plats plus raffinés les uns que les autres? la cuisine était assurée par Fauchon.

La verve de Francis Blanche, célèbre comique auteur des dialogues du film, est délicieusement absurde. "Où est la farce ? ", demande par exemple l’un des personnages, désignant ainsi le rôle de bouffon que chacun joue et la préparation d’une volaille.

Mais l’issue tragique du film est très vite annoncée : "Mange ", ordonne Ugo à l’un de ses amis. "Sinon tu ne vas pas mourir ". Peu à peu, la maison se transforme en tombeau où les personnages lentement s’empoisonnent avec les mets les plus fins.

La répétition de ces festins de Trimalcion plonge progressivement le spectateur dans un malaise mélancolique ; l’étouffement le gagne à mesure que les personnages peinent à continuer leur régime, jusqu’à devenir, comme Michel, rongés de l’intérieur par la nourriture.

Comment ne pas alors voir dans cette triste asphyxie une métaphore de la société des années 1970, une société qui, semble nous dire Marco Ferreri, ne peut que régurgiter tout ce qu’elle a voulu avaler, sous peine d’en crever ?

Les personnages meurent par où ils ont péché. Mais, face à la mort, ils acquièrent une sorte de grandeur tragique. Ugo prend en main son propre suicide ; Marcello est filmé dansa un clair-obscur somptueux, son beau visage soudain grave et triste.

Mais il y a aussi Andréa Ferréol, ange de bonté et de compréhension, qui vient au secours de ces hommes pour les escorter, les uns après les autres, dans la mort. Figure sainte et charnelle, elle apporte au film un certain apaisement.

Toujours scandaleux, alors "La Grande Bouffe" ? On ne saurait le dire, et au fond, on s’en moque. Aujourd’hui, le film ne choque plus par son sujet ou par sa représentation des corps. Reste cependant - et c’est le plus intéressant - le portrait d’êtres à la dérive sur lesquels les murs de la maison peu à peu se referment, laissant au spectateur plus de mélancolie que d’écœurement.

 

Anne Sivan         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 octobre 2020 : Le grand incendie

Plutôt que de subir ce nouveau couvre feu, faisons feu de tout bois et sortons, chacun avec nos moyens, la culture de ce marasme actuel. Voici donc le programme de la semaine sans plus attendre.

Du côté de la musique :

"Armand-Louis Couperin : pièces de clavecin" de Christophe Rousset
"Ce qui suit" de Mondo Cane
"Awaiting ship" de Dominique Fillon Augmented Trio
"Soné ka-la 2 odyssey" de Jacques Schwarz Bart
"Killing Eve + Australie" nouveau mix de Listen in Bed
"LP2" de Pointe Du Lac
"Jorn" de Box Bigerri
et toujours :
"Glover's mistake" de Mickaël Mottet
"Chanson d'amour" de Alexandre Tharaud et Sabine Devieilhe
"Deux mezzos sinon rien" de Karine Deshayes
"Visible(s)" de La Phaze
"Seven Inch" 2eme émission de la 2eme saison de LISTEN IN BED
"Introsessions EP" de Minshai
"Faune" de Raphaël Pannier Quartet
"Shaken soda" de Shaken Soda
"Y" de The Yokel
"L'ancien soleil" de Yvan Marc

Au théâtre :

les nouveautés :
"L'Art de conserver la santé" au Théâtre de la Bastille
"Don Juan" au Théâtre national de Chaillot
"On purge bébé" au Théâtre de l'Atelier
"Saccage" à la Manufacture des Abbesses
"Le Dernier jour d'un condamné" au Théâtre Essaion
"Jeanne d'Arc" au Théâtr de la Contrescarpe
"Here & Now" au Centre Culturel Suisse
"Virginie Hocq ou presque" au Théâtre Tristan Bernard
"Le destin moyen d'un mec fabuleux" au Studio Hébertot
les reprises :
"La promesse de l'aube" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Les Swinging Poules - Chansons synchronisées" au Théâtre L'Archipel
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec :
"Pierre Dac - Du côté d'ailleurs" au Musée d'art etd'Histoire du Judaïsme
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"L’Age d’or de la peinture danoise (1801-1864)" au Petit Palais
"Man Ray et la mode" au Musée du Luxembourg
"Victor Brauner - Je suis le rêve. Je suis l'inspiration" au Musée d'Art Moderne de Paris
"Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris

"Alaïa et Balenciaga - Sculpteurs de la forme" à la Fondation Azzedine Alaïa
"Pierre et Gilles - Errances immobiles" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home avec :
"India Song" de Marguerite Duras
"De beaux lendemains" de Atom Egoyan
"La légende du piano sur l"océan" de Giuseppe Tornatore
"Une femme mélancolique" de Susanne Heinrich
"Atanarjuat, la légende de l'homme rapide" de Zacharias Kunuk

Lecture avec :

"L'ange rouge" de François Médéline
"Le prix de la vengeance" de Don Wislow
"De Gaulle, stratège au long cours" de François Kersaudy
"Georges Clemenceau, lettres d'amérique" de Patrick Weil et Thomas Macé
"Justice de rue" de Kris Nelscott
"Plus fort qu'elle" de Jacques Expert

et toujours :
"Etouffer la révolte" de Jonathan M. Metzl
"Infographie de la Rome antique" de John Scheid, Nicolas Guillerat & Milan Melocco
"L'accident de chasse" de David L. Carlson & Landis Blair
"Le voleur de plumes" de Kirk Wallace Johnson
"Mon père et ma mère" de Aharon Appelfeld
"Réparer les femmes : un combat contre la barbarie" de Denis Mukwege & Guy-Bernard Cadière
"Un coeur en sourdine" de Alexandra Pasquer

Froggeek's Delight :

"Hades" sur Windows, Mac OS et Switch
Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=