Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Une famille heureuse
Nana Ekvtimishvili et Simon Groß  mai 2017

Réalisé par Nana Ekvtimishvili et Simon Groß. Géeorgie/Allemagne/. Comédie dramatique. 1h59 (Sortie le 10 mai 2017). Avec Ia Shugliashvili, Merab Ninidze, Berta Khapava, Tsisia Qumsishvili, Giorgi Khurtsilava, Giorgi Tabidze, Goven Cheishvili et Dimitri Oragvelidze.

Les Géorgiens étaient réputés pour être les "méridionaux", les "Marseillais" du bloc soviétique. Bons vivants, buveurs de vins dont ils sont de grands producteurs, on les connaît pour leur grand sens de la famille et souvent, dans leurs films, on les voit vivre en véritable tribu dans le même appartement.

C’est encore le cas dans "Une famille heureuse" de Nana et Simon. Manana, professeur dans un lycée de la capitale Tbilissi, est mariée depuis 25 ans avec Soso. Le couple cohabite avec les parents de Manana, leurs deux enfants et leur gendre.

Si l’on compte les nombreuses occasions de réunir le reste de la famille, on ne peut pas dire qu’ils aient eu beaucoup d’intimité depuis tout ce temps.

Cela ne semble pas trop gêné Soso, à l’inverse de Manana, qui, alors que tous ses proches viennent lui souhaiter son cinquante-deuxième anniversaire, comprend qu’elle a soudain besoin de solitude et d’espace vital. A la surprise générale, elle décide de quitter cette famille envahissante.

"Une famille heureuse" de Nana et Simon ne raconte rien d’autre que la prise de conscience de Manana, son besoin de calme, de pouvoir cuisiner toute seule, reprendre sa guitare, lire un livre sans un bruit de chamailleries. Car Dieu sait si les Géorgiens, ceux qu’on a jadis pu voir dans les premiers films d’Otar Ioaselliani, ont la voix forte et la propension à s’épancher l’alcool aidant.

En changeant de vie sans autre dessein que de profiter de sa belle cinquantaine, et sans arrière-pensées de démon de minuit, Manana va aller de surprises en surprises sur sa petite famille si tranquille.

A commencer par la découverte des petites incartades d’un mari dont elle ne sait plus quoi penser, mais qui reste quand même le père de ses enfants… Quant à ceux-ci, en s’éloignant d’eux, elle s’aperçoit qu’ils ont peut-être plus besoin d’elle qu’elle ne se l’imaginait.

"Une famille heureuse" de Nana et Simon propose une belle auto-analyse d’une femme au milieu de sa vie. Le pathos n’y a pas droit de cité. Le film est à la fois plein de charme et de petits faits qui font une vie. Les "fêtes" s’enchaînent entre les repas de famille et la réunion des anciens élèves de la classe de Manana, moment capital du film.

Mine de rien, "Une famille heureuse" décrit assez minutieusement comment vivent les habitants de Tbilissi pas encore totalement happés par le modèle consumériste occidental. Dans cette petite bourgeoisie ni riche ni pauvre, on bricole encore à l’intérieur d’appartements de famille pas encore saucissonnés pour que triomphe la cellule familiale nucléaire de base ne réunissant que parents et enfants.

A l’image de certains films roumains récents décrivant un mode de vie comparable, "Une famille heureuse" est une plongée agréable chez des voisins dont on ne sait pas grand-chose depuis qu’ils ont quitté l’orbite soviétique.

C’est avec plaisir qu’on partagera les plats appétissants dont regorgent leurs tables, qu’on s’immiscera sans être trop voyeurs dans leurs petites histoires intimes. "Une famille heureuse" de Nana et Simon, dominé par le beau personnage incarné subtilement par Ia Shugliashvli, a le goût tout simple du bonheur.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 25 septembre 2022 : La culture n'est pas un luxe

8ème vague, confinement énergétique... rien de bien brillant pour le futur, heureusement il reste la curiosité et la culture. Gardons le cap et restons groupés. Voici le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Bobo playground" de Alexis HK
"Ca pixellise" de Dimoné
"The portable Herman Dune Vol 1" de Herman Dune
"La mélodie, le fleuve et la nuit" de Jérôme Minière
"Kramies" de Kramies
"Mémoires d'une femme" de Myriam Barbaux-Cohen
"The hardest part" de Noah Cyrus
"Dvorak : Quatuor américain, valses" de Quatuor Talich
"Fauré le dramaturge" de Takénori Némoto, Cécile Achille, Cyrille Dubois et Ensemble Musica Nigella
et toujours :
"J'ai vécu les étoiles" de Andoni Iturrioz
"Ornette Under the Repetitive Skies 3" de Clément Janinet
"Alan Hovhaness : oeuvres pour piano" de François Mardirossian
"Live in Paris" de Fred Nardin Trio
"Show AC/DC" de Ladies Ballbreakers
"Luigi Concone" de Mavroudes Troullos & Rachel Talitman
quelques clips avec Moundrag, Ottis Coeur et Madam
"Souvenirs" de Pale Blue Eyes
"Life and life only" de The Heavy Heavy

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Harvey" au Théâtre du Rond-Point
"Les Producteurs" au Théâtre de Paris
"Bérénice" à La Scala
"Les Filles aux mains jaunes" au Théâtre Rive Gauche
"Il n'y a pas d'Ajar" aux Plateaux Sauvages
"Echo" aux Plateaux Sauvages
"Le syndrome d'Hercule" au Théâtre Essaion
les reprises :
"Cahier d'un retour au pays natal" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Le dépôt amoureux" au Théâtre Les Déchargeurs
"Darius" au Théâtre Essaion
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"L'Autre fille" au Théâtre des Mathurins
"Les Divalala - C'est LaLamour !" au Grand Point Virgule
et les spectacles à l'affiche

Expositions :

"Frida Khalo, au-delà des apparences" au Palais Galliera
"Hyperréalisme - Ceci n'est mon corps" au Musée Maillol
'Miroir du monde - Chefs d'oeuvre du Cabinet d'art de Dresde" au Musée du Luxembourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :
en salle : "L'Ombre de Goya" de José Luis Lopez-Linares
en streaming gratuit :
"Qui vive" de Marianne TArdieu
"Big Fish" de Tim Burton
"Marguerite" de Xavier Giannoli
"Chained" de Yaron Shani

Lecture avec :

"Les masques éphémères" de Donna Leon
"La guerre de cent ans" de Amable Sablon du Corail
"D'où vient l'amour" de Yann Queffélec
et toujours :
"Combattre en dictacture" de Jean Luc Leleu
"Hideo Kojima, aux frontières du jeu" de Erwan Desbois
"Le cartographe des absences" de Mia Couto
"Le coeur ne cède pas" de Grégoire Bouillier
"Le tumulte" de Sélim Nassib
"Un profond sommeil" de Tiffany Quay Tyson

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=