Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Un Grand Amour
Théâtre de Roanne  (Roanne)  mai 2017

Monologue dramatique d'après le roman éponyme de Nicole Malinconi interprété par Janine Godinas dans une mise en scène de Jean-Claude Berutti.

Un dispositif tout simple sur la scène : au centre, un grand miroir reflétant une chaise, une petite table avec un verre d’eau et une carafe et quelques éléments figurant de manière elliptique un salon avec un grand tapis qui fait office de moquette.

Avant que n’apparaisse à petits pas Janine Godinas, pour s’y asseoir,l’élégant décor de Rudy Sabounghi, servi par les lumières subtiles de David Debriny, a quelque chose d’un trompe l’oeil figé dans un passé à la Modiano.

Et c’est vrai qu’il y a quelque chose qui semble irréel, quand, dès ses premiers mots Frau Stangl, Madame Theresa Stangl, affirme qu’elle vivait un "grand amour" avec son mari, "dignitaire" nazi autrichien successivement commandant du camp de Sobibor et de celui de Treblinka.

Monologue précis, mot à mot prudent dans lequel une femme essaie de répondre honnêtement à une question terrible posée par une journaliste brésilienne, "Un Grand Amour" de Nicole Malinconi est un récit lui-même trompe l’œil. Car, si on se laisse prendre par ce qu’il dit avec une grande économie de mots et d’expressions, on pourrait croire qu’il ne s’agit que d’un récit cursif où une femme raconte son amour d’un criminel de guerre et cherche à définir sa part de culpabilité.

Apparemment,Theresa raconte, se raconte. En fait, elle réinterprète sa vie sous la baguette de Jean-Claude Berutti pour complaire à la journaliste Gina Sereny, qu’elle préfère appeler Dona Gitta, ce qui la fait plonger de l’autre côté du miroir, pour une obscure raison dont on suppose qu’elle pourrait la conduire dans un tout autre récit que celui qu’elle donne ici.

Au bonheur simple et aveugle qu’elle a vécu, en femme amoureuse éloignée de l’atroce réel par un mari voulant la préserver de toute inhumanité, elle doit substituer la complexité de l’épouse qui, à un moment ou à un autre, a su et cela bien avant que le commandant Stangl soit rattrapé par son passé.

Alors, elle s’interroge avec gravité pour répondre à l’impossible question de la journaliste qu’elle ne veut pas nommer par son vrai nom : aurait-elle pu demander à son mari, au nom de leur amour, au nom de son amour, de cesser ses "activités" ?

Dans sa belle écriture qui fait semblant de n’être qu’un récit, Nicole Malinconi introduit donc un vrai doute, celui de la sincérité "possible" d’une femme de criminel de guerre. Et ce doute devrait se propager à tout l’entourage de Theresa, enfants et proches, et par effet "boule-de-neige" à tout le peuple allemand, voire autrichien. Peut-on approcher de si près l’horreur sans en être éclaboussé, sans s’en être imprégné, sans en être à jamais duplice ou complice ?

Jean-Claude Berutti transforme un instant le grand miroir qui devrait refléter la vérité dite par Frau Stangl en une vidéo où la vieille femme se redessine en jeune femme qu’on devine belle et désirable. Un peu comme s’il fallait se rappeler qu’elle pouvait être pour son époux criminel de guerre un objet sexuel autant qu’une femme aimée et respectable. Quel jeu pervers se cachait-il dans cet amour qu’il préservait de sa face sombre ?

Campée admirablement par Janine Godinas, Theresa Stangl est bien autre chose qu’une amoureuse niaise qui ne "savait pas". Elle pouvait savoir l’atroce vérité comme l’ignorer.

Qu’importe, elle était contaminée et ce qu’elle raconte sur scène, simple récit sincère ou réinterprétation à usage de la journaliste qui l’a sollicitée ou instrumentée, ne peut à jamais que susciter un terrible doute. Un terrible doute pour une pièce qui cherche sans faute de goût ni sensationnalisme à comprendre comment on peut survivre à un grand amour aussi funeste.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 15 mai 2022 : En mai cultive toi comme il te plaît

Après une belle soirée en compagnie de KATEL vendredi, le replay est ici, c'est reparti pour une semaine d'actualité culturelle vue par nos chroniqueurs en attendant la déjà 48eme Mare aux Grenouilles en direct samedi !

Du côté de la musique :

"Godowsky - Bach" de Dimitri Papadopoulos
"Being alive" le nouveau mix à écouter de Listen In Bed
Rencontre avec Lofofora
"Des corps dans le décor" de Mauvais Sang
"Litz - once upon a time"
"Misia" de Revue Blanche
"Murmures et rumeurs" de Tom Bourgeois
et toujours :
"J'ai horreur de l'amour" de Bertrand Betsch
"Caroline" de Caroline
"Revenant" de Cascadeur
"Hell stairs" de CDSM
"Unica" de DeLaurentis
"Polar star" de Initiative H
"Fear of the dawn" de Jack White
"The line is a curve" de Kae Tempest
"Zadie Smith" 16ème émission de la saison 3 de Listen In Bed à écouter
"Bassoon steppes" de Lola Descours & Paloma Kouider
"Oan Kim & the Dirty Jazz" de Oan Kim
"Gabril Fauré : Horizons II" de Simon Zaoui, Pierre Fouchenneret, Raphaël Merlin, Parie Chilemme & Quatuor Strada
"Keep on falling" de The Boo Radleys

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Odyssée - Une histoire pour Hollywood" au Théâtre de la Colline
"Nous, l'Europe, banquet des peuples" au Théâtre de l'Atelier
"Penthésilé.e.s amazonomachie" au Théâtre de la Tempête
"Skylight" au Théâtre du Rond-Point
"Encore plus, tout le temps, partout" au Théâtre de la Bastille
"L'Epopée d'un buveur d'eau" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"La Maladie de la Famille M." au Théâtre de la Reine Blanche
"Montaigne - Les Essais" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Scum Rodéo" au Théâtre de la Reine Blanche
"Les Frustrées" au Théâtre L'Etoile du Nord
"Guy Carlier" au Théâtre des Mathurins
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"HEY ! Le dessin" à la Halle Saint-Pierre
et les autres expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit avec :
"La femme de mon frère" de Monia Chokri

"Mutum" de Sandra Kogut
"Party Girl" de Marie Amachoukeli, Claire Burger et Samuel Theis
"Naissance des pieuvres" de Céline Sciamma
"Tu mérites un amour" de Hafsia Herzi
et dans la série Oldies but goodies :
"La Passante du Sans-Souci" de Jacques Rouffio
"Les Demoiselles de Rochefort de Jacques Demy

Lecture avec :

"De la guerre, Mook 2" de Jean Lopez
"Les routes oubliées" de S.A. Cosby
et toujours :
"Amnistie" de Aravind Adiga
"Le réalisme magique du cinéma chinois" de Hendy Bicaise
"Nobles de coeur" de Marc Alexandre Oho Bambe & Fred Ebami
"Le silence est ma langue natale" de Sulaiman Addonia

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=