Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Contrebrassens
A l'ombre du coeur  (Microcultures)  février 2017

Quand un auteur compositeur interprète est pris en exemple, appris, repris, fredonné, meumeumé n’importe où, n’importe quand et (désolé chers compatriotes) n’importe comment, quand on s’est niqué les doigts sur des cordes pour imiter son jeu… Bref, quand il impose par sa présence alors que les croquants l’ont emporté depuis un paquet de lunes, et bien il est aisé d’en conclure que son empreinte est devenue indélébile dans le paysage musical.

Non, je ne parle pas de Michael Jackson mais de notre bon vieux Georges Brassens. Pauline Dupuy a eu l’audace de le ressusciter dans Contrebrassens, astucieux mélange de Georges et de contrebasse. Certes, elle n’est pas la première, et j’ose croire qu’elle ne sera pas la dernière non plus à garder intact le souvenir du bonhomme.

Et puis "Les amis de Georges" lui ont décerné le prestigieux Grand Prix de l’Interprétation, pourvu que Georges soit de cet avis. Il faut dire que la contrebasse donne une profondeur aux propos mesquins et aux mots géniaux du poète à la plume impertinente. Financée par le crowfunding, Pauline Dupuy nous offre également "Il n’y a pas d’amour heureux" d’Aragon et "Le Père Noël et la petite fille" adapté par Barbara. Oui, que des grands.

Conçus par Sacré Georges, chaque titre butine de fleur en fleur, déposant tantôt un bel étron fumant, tantôt une déclaration d’amour éternel. Des "Croquants", "ça tombe des nues" au "Parapluie" "Pour un coin d’paradis", en passant par "Mourir pour des idées", "l’idée est excellente" et "ah ah ah ah Putain de toi, ah ah ah pauvre de moi"… et les autres.

L’avantage, c’est que Pauline Dupuy n’essaie pas de rendre sa voix masculine, elle n’exagère pas la rugosité des sons de gorge, elle chante Brassens comme elle est : féminine. Georges aimait les femmes, Pauline Dupuy le lui rend formidablement bien dans cet album tendre et juste.

Contrebrassens hisse Brassens chez nos contemporains, elle rend un hommage à fleur de peau à cet artiste désormais inscrit dans le bréviaire de la sage chanson française, merci d’avoir rendu possible un Brassens tout en féminité. Sans la moustache. Of course.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Microcultures de Gu's Musics - Jo Wedin & Jean Felzine - Contrebrassens

En savoir plus :
Le site officiel de Contrebrassens
Le Bandcamp de Contrebrassens
Le Soundcloud de Contrebrassens
Le Facebook de Contrebrassens


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Contrebrassens et Michael Wookey (17 janvier 2017)


# 14 juillet 2019 : Les pieds dans l'eau

C'est l'été, les vacances pour certains, mais cela n'empêche pas de découvrir quelques petites perles musicales, littéraires, théâtrales, cinématographiques... Alors ne perdons pas de temps et découvrons le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Reward" de Cate Le Bon
"Walk on a mirror" de Beautiful Badness
"You're here now what ?" de Matmatah
"Verdée" de Verdée
"Circo circo" de Who's the Cuban
Tom Mascaro et The Daggys au M'art in the street de St Symphorien s/ Coise
Beauregard #11 :
Jeudi avec MNNQNS, Gossip, Fatboy Slim entre autres
Vendredi avec Balthazar, Lavilliers, NTM, Etienne de Crécy...
Les Eurockéennes de Belfort #31 : Interpol, Fontaines DC, Idles, Mass Hysteria...
et toujours :
"Lung bread for daddy" de Du Blonde
"Orgue" de Guero
Hellfest #14 avec No one is innocent, Gojira, Kiss, Cannibal Corpse, Sister of Mercy et pas mal d'autres
"L'envoutante" de L'Envoûtante
"Uncovered Queens of the Stone Age, The lost EP" de Olivier Libaux
"Praeludio" de Patrick Langot
"Carnet de voyage, livre 1 : Beethoven Cras" de Quatuor Midi Minuit
"The twin souls" de The Twins Souls

Au théâtre :

"Glissement de terrain" au Théâtre de la Reine Blanche
"Philippe Chevallier et Bernard Mabille - Chacun son tour" au Théâtre L'Archipel
"De Judas à Manuel Valls" à la Comédie Saint-Michel
"Philippe Fertray - En mode projet" au Théâtre de la Contrescarpe
"Florian Lex - Pas de pitié !" au Théâtre du Marais
des reprises :
"Nature morte dans un fossé" au Petit Gymnase
"Muriel Lemarquand - Trop forte !" au Théo Théâtre
la chronique des spectacles à l'affiche parisienne en juillet
et la chronique des spectacles programmés au Festival Off d'Avignon

Expositions avec :

"Back Side/Dos à la mode" au Musée Bourdelle
et dernière ligne droite pour :
"L'Orient des peintres, du rêve à la lumière" au Musée Marmottan-Monet
"Hammershoi - Le Maître de la peinture danoise" au Musée Jacquemart-André
"La Lune - Du voyage réel aux voyages imaginaires" au Grand Palais
"La Collection Emil Bürhle" au Musée Maillol

Cinéma :

"Le Voyage de Marta" de Neus Ballus
et la chronique des sorties de juillet

Lecture avec :

"L'enfer du commissaire Ricciardi" de Maurizio de Giovanni
"Hitler et la mer" de François-Emmanuel Brézet
"La villa de verre" de Cynthia Swanson
"Le fossé" de Herman Koch
"Les apprentis de l'Elysée" de Jérémy Marot & Pauline Théveniaud
et toujours :
"Entrer dans l'arène en même temps que l'orage" de Danny Denton
"Et tout sera silence" de Michel Moatti
"Je te donne" de Baptiste Beaulieu, Agnèes Ledig, Laurent Seksik, Martin Winckler
"Le dernier thriller norvégien" de Luc Chomarat
"Néron" de Catherine Salles

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=