Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Ajax
Théâtre Athénée-Louis Jouvet  (Paris)  mai 2017

Monologue dramatique écrit par Yannis Ritsos interprété par Marianne Pousseur dans une mise en scène de Enrico Bagnoli.

Avec "Ajax", "La trilogie des éléments" de Yannis Ritsos, conçue par Marianne Pousseur et Enrico Bagnoli, se termine en apothéose et quitte la pénombre pour la lumière, même s'il 'agit de la lumière qui précède la mort du héros.

Sans doute moins ésotérique qu' "Ismène", moins crépusculaire que "Phèdre", ce troisième volet est plus classique que les deux précédents. Qu'il s'agisse ici d'un "héros" plutôt qu'une "héroïne" a son importance, même si Ajax est un héros humanisé par la défaite, dont les accents guerriers n'oblitèrent pas sa part féminine.

Et puis, Yannis Ritsos produit un texte dans la lignée de Homère, un texte de sa maturité poétique où les images se font limpides, où le lyrisme s'incarne dans la chair du héros qui va reposer parmi les dépouilles de ses hommes transformés en bêtes suite à la ruse d'Ulysse.

La mise en scène d'Enrico Bagnoli s'est encore épurée sans perdre en puissance d'évocation. Reste un miroir dans lequel se reflète le héros, un amas de peaux de bêtes que le vent (l'air) gonfle comme pour les faire renaître, et un grand bouclier dans lequel Ajax fera rouler une bille.

Tout est donc d'une saisissante beauté. A commencer par Marianne Pousseur qui après avoir été quasiment nue dans "Ismène", revêtue d'une fourrure dans "Phèdre", porte maintenant une combinaison vert-marron évoquant ces militaires grecs modernes qui ont hanté le vingtième des siècles de l'ère post gréco-romaine.

Sa performance est une fois de plus à saluer. Elle porte d'autant plus le souffle du poète jusqu'à l'évidence du mot juste qu'elle a traduit elle-même "Ajax". Elle est aussi à l'origine de la musique et cette implication totale permet au projet de parvenir harmonieusement à son terme.

Cette "Trilogie des éléments" aura plongé le spectateur qui aura fait l'effort de la voir intégralement dans un autre monde que le sien. Il sera nourri d'images inoubliables, aura perçu grâce à Marianne Pousseur la vitalité de la parole grecque ancienne réinterprétée par un grec moderne. On sera désormais convaincu que Yannis Ritsos, aède contemporain, est le digne successeur d'Homère.

Qu'elle chante ou qu'elle psalmodie, Marianne Pousseur réveille la grécité qui est la matrice de tous les hommes d'Occident.

"La Trilogie des éléments, entreprise hors du commun, loin de tout néo-classicisme kitsch et de toute post-modernité maniérée, va creuser son sillon, celui des œuvres mémorables.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 11 avril 2021 : Culture en résistance

Nous avons rencontré des acteurs du monde de la culture pour évoquer leurs situations mais aussi l'avenir. Le replay intégral est à voir dès maintenant sur la TV de Froggy's Delight. Pour le reste, voici le programme de la semaine. Et surtout, restons groupés.

Du côté de la musique :

"In time Brubeck" de Duo Fines Lames
"Navegar" de Joao Selva
"Le style (avec Guillaume Long et Flavien Girard" la 8ème émission de Listen In Bed
"Dusk" de Paddy Sherlock
"Live at the Berlin philarmonie 1969" de Sarah Vaughan
Les petites découvertes de la semaine en clips avec : Hanna & Kerttu, Texas, A Certain Ratio, Johnny Mafia, Chevalrex + Thousand
et toujours :
"Caillou" de Gisèle Pape
"Sauvé" de It It Anita
"Goes too far" de Olivier Rocabois
"Morricone stories" de Stefano Di Battista
"Le fruit du bazar" de Alex Toucourt
"Bento presto" de Caribou Bâtard
"De mort viva" de Sourdure
"Mistake romance" de Tristan Melia
"Courtesy of Geoff Barrow : Unsung Heroes" le mix #18 de Listen In Bed
Des petites découvertes en clip : O' Lake, Luwten, Corentin Ollivier, Ghern et Old Caltone

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La passion selon saint Matthieu" de Bach par Romeo Castellucci
"War sweet war" de Jean lambert-Wild
"Les Sœurs Macaluso" d'Emma Dante
"Monkey Money" de Carole Thibaut
"Une heure de tranquillité" de Florian Zeller
"Le Dernier jour du jeûne" de Simon Abkarian
"La Ronde" de Boris Charmatz

Expositions :

en virtuel :
"Le Grand Tour, voyage(s) d'artistes en Orient" au Musée des Beaux-Arts de Dijon
"La Fabrique de l'Extravagance" au Château de Chantilly
"La Police des Lumières" aux Archives nationales
"D'Alésia à Rome" au Musée d'Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye
"Pompéi, un récit oublié" Musée de la Romanité à Nîmes
et un documentaire : "Les trésors des hôtels particuliers : Du Marais aux Champs Elysées"

Cinéma :

at home :
"Où vont les chats après 9 vies ?" de Marion Duhaime
"Stuck Option" de Pierre Dugowson
"La fête est finie" de Marie Garel-Weiss
"1991" de Ricardo Trogi
"Généalogies d'un crime" de Raoul Ruiz
"L'été de Kikujiro" de Takeshi Kitano
"Le retour de la panthère rose" de Blake Edwards

Lecture avec :

"Elmet" de Fiona Mozley
"Le savoir grec" de Jacques Brunschwig, Geoffrey Ernest Richard Lloyd & Pierre Pellegrin
"Seul entouré de chiens qui mordent" de David Thomas
"Sur la route, vers ailleurs" de Benjamin Wood
et toujours :
"Biotope" de David Coulon
"Ces petits riens qui nous animent " de Claire Norton
"Dernières nouvelles de Sapiens" de Silvana Condemi & François Savatier
"Eat, and love yourself" de Sweeney Boo
"Giants : Brotherhood" de Carlos & Miguel Valderrama
"L'art du sushi" de Franckie Alarcon
"L'île sombre" de Susanna Crossman
"La rivère des disparues" de Liz Moore
"Pourquoi le nord est-il en haut ?" de Mick Ashworth

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=