Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Liebman Renégat
Maison des Métallos  (Paris)  mai 2017

Confession politico-familiale écrite et interprétée par Riton Liebman dans mise en scène en collaboration avec David Murgia.

Belge depuis cinquante ans, et accroc au Standard de Liège depuis presque autant, Riton Liebman traverse le cinéma français depuis ses prometteurs débuts avec Bertrand Blier.

Mais c'est une histoire trop connue pour être une fois de plus raconter. Ce que ne savait pas le cinéphile moyen francophone, non abonné à la RTB, c'est que Riton avait un papa extraordinaire.

Tellement extraordinaire, qu'on ne peut pas décemment écrire que "Liebman Renégat" est un seul-en-scène. Riton y a convoqué Marcel, son génial géniteur. Un grand homme comme on n'en fait plus aujourd'hui et comme Mai 68 en a fait quelques-uns.

Sans dévoiler, le très beau rock'n'roll hommage que lui rend son fils, on aura la chance de s'en faire une idée grâce à des images d'archives noir et blanc et belges.

Révolutionnaire, penseur, iconoclaste, Marcel Liebman, "juif et pro-palestinien" comme le définit son fiston Riton, parlait six langues, et n'a eu qu'un tort : mourir à 56 ans.

Bien accompagné à la guitare par Philippe Orivel, et bien dirigé par David Murgia, dans un cadre qui rappellera allusivement les "Belgian Seventies" avec chaîne hifi et microsillons, Riton Liebman a le débit rapide, la voix étonnée aux inflexions chantantes, l'envie de retrouver l'élan d'une époque plus Rolling Stones que stone.

C'était un temps où Bruxelles brusselait aussi de manifs et de débats ; un temps où les Liebman, à cause du papa de Riton, se voyaient (verbalement) vouer au retour en enfer nazi par une communauté qui ne supportait pas qu'on puisse critiquer Israël et le sort fait aux Palestiniens après les guerres de 1967 et de 1973.

Habile sur la question, dans la continuité du fameux "y penser toujours, n'en parler jamais", Riton Liebman a, avec le temps, une position plus humaniste qu'idéologique là-dessus comme sur tout le reste.

Il faut dire qu'au moment où son père tombait malade, lui tombait dans la drogue et que ce qui fait sens ou pas sens n'avait plus pour lui, pendant ces années noires, voix au chapitre.

Mais, si l'on comprend bien ce que Riton Liebman veut dire, on saisit que son addiction à quelque chose à voir avec la statue de son commandeur de père. Car, comment ne pas se jeter dans un excès quand on procède d'un tel personnage, quand on veut intellectuellement lui arriver à la cheville ? La drogue n'était-elle pas dans ces années-là, le substitut au politique perdu ?

Quoi qu'il en soit, la seule chose qu'on pourra critiquer dans ce spectacle dense, fort, habitué par un supplément d'âme belge, c'est son titre. Il faut le dire à la place de Riton : aucun des Liebman n'est un renégat.

Riton comme Marcel sont des types bien, des gens fraternels qu'on aimerait avoir comme amis, même si on se doute que ça ne doit pas être facile tous les jours de vivre avec eux.

En tout cas, avec "Liebman Renégat", Riton Liebman livre l'un des plus beaux spectacles qu'un fils ait écrit sur un père.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 27 septembre 2020 : Autumn Sweater

Voici les premiers jours d'automne, les premiers froids, la pluie et l'envie de s'auto-confiner avec une boisson réconfortante, du chauffage, de la bonne musique, un bon livre, film, jeu voire avec des amis autour d'un bon repas. Bref, c'est l'automne et voici le programme réconfortant de la semaine. Sans oublier le replay de la MAG #11 du 26/09.

Du côté de la musique :

"Echos" de Romain Humeau
"American head" de The Flaming Lips
"Grand écran" de Ensemble Triptikh
"Beethoven : op 109, 110, 111" de Fabrizio Chiovetta
"B.O. d'une scène de meurtre" première émission de la saison 2 de Listen In Bed
"Oiseau(x) scratch" de Luc Spencer
"Debussy" de Philippe Bianconi
"Tête Blême" de Pogo Car Crash Control
"XIII" de Quatuor Ardeo
et toujours :
"In and out of the light" de The Apartments
"Chrone EP" de Atrisma
"State of emergency" de Babylon Circus
"Nomadic spirit" de La Caravane Passe
"Règle d'or" de Marie Gold
"Berg, Webern, Schreker" de Orchestre National d'Auvergne & Roberto Forès Veses

Au théâtre :

les nouveautés :
"Le Grand Inquisiteur" au Théâtre national de l'Odéon
"Iphigénie" aux Ateliers Berthier
"Philippe K. ou la flle aux cheveux noirs" au Théâtre de la Tempête
"Le Grand Théâtre de l'épidémie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Crise de nerfs" au Théâtre de l'Atelier
"Le Quai de Ouistreham" au Théâtre 14

"Les Pieds tanqués" au Théâtre 12
"Le nom sur le bout de la langue" au Théâtre de la Huchette
"La Folle et inconvenante Histoire des femmes" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
les reprises :
"Un Vers de Cid" au Théâtre Essaion
"Album de famille" au Studio Hébertot
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"Félix Radu - Les mots s'improsent" au Théâtre des Mathurins
"Contrebrassens" au Studio Hébertot
"Leonard de Vinci, naissance d'un génie" au Studio Hébertot
"J'aime Brassens" au Théâtre d'Edgar
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec :
"Victor Brauner - Je suis le rêve. Je suis l'inspiration" au Musée d'Art Moderne de Paris
"Alaïa et Balenciaga - Sculpteurs de la forme" à la Fondation Azzedine Alaïa
"Pierre et Gilles - Errances immobiles" à la Galerie Templon
"Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris

Cinéma :

en salle :
"L'Ordre moral" de Mario Barroso
at home :
"Drôles d'oiseaux" de Elise Girard
"Mise à mort du cerf sacré" de Yorgos Lanthimos
"Terror 2000 - Etat d'urgence en Allemagne" de Christoph Schlingensief
"Vers un destin insolite sur les flots bleus de l'été" de Lina Wertmüller
"Ruth et Alex" de Richard Loncraine

Lecture avec :

"Ici finit le monde occidental" de Matthieu Gousseff
"L'heure des spécialistes" de Barbara Zoeke
"Mémoires" du Général von Choltitz
"Porc braisé" de An Yu
"Portraits d'un royaume : Henri III, la noblesse et la Ligue" de Nicolas Le Roux
"Sublime royaume" de Yaa Gyasi

et toujours :
clickez ici pour Notre sélection des livres de la rentrée mais aussi
"De soleil et de sang" de Jérôme Loubry
"Fin de combat" de Karl Ove Knausgaard"
"KGB" de Bernard Lecomte et "Napoléon, dictionnaire historique" de Thierry Lentz
"La danse du vilain" de Fiston Mwanza Mujila
"Louis XIV, roi du monde" de Philip Mansel

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=