Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Liebman Renégat
Maison des Métallos  (Paris)  mai 2017

Confession politico-familiale écrite et interprétée par Riton Liebman dans mise en scène en collaboration avec David Murgia.

Belge depuis cinquante ans, et accroc au Standard de Liège depuis presque autant, Riton Liebman traverse le cinéma français depuis ses prometteurs débuts avec Bertrand Blier.

Mais c'est une histoire trop connue pour être une fois de plus raconter. Ce que ne savait pas le cinéphile moyen francophone, non abonné à la RTB, c'est que Riton avait un papa extraordinaire.

Tellement extraordinaire, qu'on ne peut pas décemment écrire que "Liebman Renégat" est un seul-en-scène. Riton y a convoqué Marcel, son génial géniteur. Un grand homme comme on n'en fait plus aujourd'hui et comme Mai 68 en a fait quelques-uns.

Sans dévoiler, le très beau rock'n'roll hommage que lui rend son fils, on aura la chance de s'en faire une idée grâce à des images d'archives noir et blanc et belges.

Révolutionnaire, penseur, iconoclaste, Marcel Liebman, "juif et pro-palestinien" comme le définit son fiston Riton, parlait six langues, et n'a eu qu'un tort : mourir à 56 ans.

Bien accompagné à la guitare par Philippe Orivel, et bien dirigé par David Murgia, dans un cadre qui rappellera allusivement les "Belgian Seventies" avec chaîne hifi et microsillons, Riton Liebman a le débit rapide, la voix étonnée aux inflexions chantantes, l'envie de retrouver l'élan d'une époque plus Rolling Stones que stone.

C'était un temps où Bruxelles brusselait aussi de manifs et de débats ; un temps où les Liebman, à cause du papa de Riton, se voyaient (verbalement) vouer au retour en enfer nazi par une communauté qui ne supportait pas qu'on puisse critiquer Israël et le sort fait aux Palestiniens après les guerres de 1967 et de 1973.

Habile sur la question, dans la continuité du fameux "y penser toujours, n'en parler jamais", Riton Liebman a, avec le temps, une position plus humaniste qu'idéologique là-dessus comme sur tout le reste.

Il faut dire qu'au moment où son père tombait malade, lui tombait dans la drogue et que ce qui fait sens ou pas sens n'avait plus pour lui, pendant ces années noires, voix au chapitre.

Mais, si l'on comprend bien ce que Riton Liebman veut dire, on saisit que son addiction à quelque chose à voir avec la statue de son commandeur de père. Car, comment ne pas se jeter dans un excès quand on procède d'un tel personnage, quand on veut intellectuellement lui arriver à la cheville ? La drogue n'était-elle pas dans ces années-là, le substitut au politique perdu ?

Quoi qu'il en soit, la seule chose qu'on pourra critiquer dans ce spectacle dense, fort, habitué par un supplément d'âme belge, c'est son titre. Il faut le dire à la place de Riton : aucun des Liebman n'est un renégat.

Riton comme Marcel sont des types bien, des gens fraternels qu'on aimerait avoir comme amis, même si on se doute que ça ne doit pas être facile tous les jours de vivre avec eux.

En tout cas, avec "Liebman Renégat", Riton Liebman livre l'un des plus beaux spectacles qu'un fils ait écrit sur un père.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 25 septembre 2022 : La culture n'est pas un luxe

8ème vague, confinement énergétique... rien de bien brillant pour le futur, heureusement il reste la curiosité et la culture. Gardons le cap et restons groupés. Voici le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Bobo playground" de Alexis HK
"Ca pixellise" de Dimoné
"The portable Herman Dune Vol 1" de Herman Dune
"La mélodie, le fleuve et la nuit" de Jérôme Minière
"Kramies" de Kramies
"Mémoires d'une femme" de Myriam Barbaux-Cohen
"The hardest part" de Noah Cyrus
"Dvorak : Quatuor américain, valses" de Quatuor Talich
"Fauré le dramaturge" de Takénori Némoto, Cécile Achille, Cyrille Dubois et Ensemble Musica Nigella
et toujours :
"J'ai vécu les étoiles" de Andoni Iturrioz
"Ornette Under the Repetitive Skies 3" de Clément Janinet
"Alan Hovhaness : oeuvres pour piano" de François Mardirossian
"Live in Paris" de Fred Nardin Trio
"Show AC/DC" de Ladies Ballbreakers
"Luigi Concone" de Mavroudes Troullos & Rachel Talitman
quelques clips avec Moundrag, Ottis Coeur et Madam
"Souvenirs" de Pale Blue Eyes
"Life and life only" de The Heavy Heavy

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Harvey" au Théâtre du Rond-Point
"Les Producteurs" au Théâtre de Paris
"Bérénice" à La Scala
"Les Filles aux mains jaunes" au Théâtre Rive Gauche
"Il n'y a pas d'Ajar" aux Plateaux Sauvages
"Echo" aux Plateaux Sauvages
"Le syndrome d'Hercule" au Théâtre Essaion
les reprises :
"Cahier d'un retour au pays natal" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Le dépôt amoureux" au Théâtre Les Déchargeurs
"Darius" au Théâtre Essaion
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"L'Autre fille" au Théâtre des Mathurins
"Les Divalala - C'est LaLamour !" au Grand Point Virgule
et les spectacles à l'affiche

Expositions :

"Frida Khalo, au-delà des apparences" au Palais Galliera
"Hyperréalisme - Ceci n'est mon corps" au Musée Maillol
'Miroir du monde - Chefs d'oeuvre du Cabinet d'art de Dresde" au Musée du Luxembourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :
en salle : "L'Ombre de Goya" de José Luis Lopez-Linares
en streaming gratuit :
"Qui vive" de Marianne TArdieu
"Big Fish" de Tim Burton
"Marguerite" de Xavier Giannoli
"Chained" de Yaron Shani

Lecture avec :

"Les masques éphémères" de Donna Leon
"La guerre de cent ans" de Amable Sablon du Corail
"D'où vient l'amour" de Yann Queffélec
et toujours :
"Combattre en dictacture" de Jean Luc Leleu
"Hideo Kojima, aux frontières du jeu" de Erwan Desbois
"Le cartographe des absences" de Mia Couto
"Le coeur ne cède pas" de Grégoire Bouillier
"Le tumulte" de Sélim Nassib
"Un profond sommeil" de Tiffany Quay Tyson

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=