Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Mises en Capsules 2017 : Un peu de respect, j'suis ta mère ! - Surveillance et propagation d'une épidémie - La mère à boire - Ferme bien ta gueule - La voie des fous
Ciné 13 Théâtre  (Paris)  juin 2017

"Un peu de respect, j'suis ta mère !"
Comédie de Hernan Casciari, mise en scène de Marie Dupleix et Pénélope Lucbert, avec Ariane Brousse, Oscar Clark, Marie Dupleix, Denis Morin, Edouard Michelon et Serge Peyrat.

On a rarement vu sur scène, et sous forme de comédie, les conséquences de la crise économique qui frappe depuis les années 2000 les pays les plus surendettés. Ce qui pourrait se passer en Grèce ou ailleurs, se passe dans "Un peu de respect, j'suis ta mère !" en Argentine.

Hernan Casciari raconte les vicissitudes d'une famille de Buenos Aires dans laquelle le père est chômeur et où, assise sur la cuvette des vécés, la mère a décidé de tenir son "blog".

Dans ce va-et-vient sur scène de nombreux personnages, fortement caractérisés, l'outrance est revendiquée. Marie Dupleix et Pénélope Lucbert animent et chorégraphient astucieusement cette promiscuité bruyante.

Ici, on est plus face à un extrait de texte qu'à une œuvre entière et l'on apprend à connaître ce petit monde choral, qui n'est sans doute pas qu'affreux, sale et méchant sur la durée.

"Surveillance et propagation d'une épidémie"
d'Ariane Boumendil et Pascale Oudot, mise en scène de Mikael Chirinian, avec Ariane Boumendil et Pascale Oudot.

Elles pourraient être deux sœurs jumelles nées sous le signe des Gémeaux, puisqu'elles sont deux fois la même sur scène, à répéter ce que l'autre dit, ou à dire en même temps la même chose.

La majorité des spectateurs verra donc pour la première non pas une "chercheuse épidémiologiste" en pleine explication de ses recherches, mais deux "chercheuses épidémiologistes" en pleine explication de ses recherches... Sauf qu'à trop chercher, on finit par chercher un ailleurs.

Et, sans surprise, elle, ou elles, le trouvera, ou le trouveront, sur internet et compagnie. Délire de mots simultané pour Ariane Boumendil et Pascale Oudot qui a l'inconvénient logique d'être redondant.

Idée originale pour un sketch, "Surveillance et propagation d'une épidémie" mériterait une forme encore plus courte qu'une capsule

"La mère à boire"
Comédie dramatique écrite et mise en scène par Elisa Ruschke, avec Nelly Antignac, Michaël Delis, Luca Gonzalez et Elisa Ruschke.

Elisa Ruschke, comme tout le monde, a sans doute un compte à régler avec sa mère. "La mère à boire" a tout d'une thérapie et l'on se rend bien vite compte que la barque est lourdement chargée. "La mère à boire" aurait pu aussi s'appeler "l'amère à boire" sans que cela eut été choquant.

Ces différentes scènes de la vie familiale prennent peu à peu de la consistance et ce qui commence dans la douce folie d'une mère pas comme les autres finit dans le dur de l'amertume, celle des enfances qu'on porte en soi toute sa vie.

Symphonie n'a pas tiré le bon numéro, mais doit s'en accommoder et Elisa Ruschke l'évacuer sur les planches parce que le théâtre ne commence pas toujours là où s'arrête la vie.

"Ferme bien ta gueule"
Comédie dramatique de Julien Ratel, mise en scène de Ludivine de Chastenet et Benjamin Gauthier, avec Constance Carrelet, Marie Lanchas, Julien Ratel, Yann Papin en alternance avec Mikaël Chirinian.

Si le titre n'est pas forcement engageant, ni prometteur, "Ferme bien ta gueule" est pourtant un beau texte propice à la grâce d'un vrai moment de bonheur théâtral. On aurait envie de ne dire que cela, mais on peut aussi dire qu'il charrie la même matière que bien des spectacles du moment, sauf qu'il y ajoute l'étincelle qui rend heureux.

Sur scène, s'agitent donc des personnages qui pourraient sortir de la télé-réalité ou d'un épisode un peu trash de "Plus belle la vie". Les filles ont le parler "Stéphanie de Monaco" des Inconnus, et les hommes ont la virilité paradoxale de Gérard Depardieu dans "Tenue de soirée". La rencontre ou la non-rencontre des uns et des autres est propice à de beaux moments d'échange et à des dialogues superbement écrits.

Julien Ratel saisit habilement la fugacité de l'époque et l'on ne doute pas que, dans un format plus long, il saura aller encore plus loin hors du simple constat où se complaisent tant d'autres.

"La Voie des fous"
de Nejma Ben Amor et Charles Texier, mise en scène de Nejma Ben Amor, avec Maximilien Neujhar, Agata Rabillier, Laura Couturier, Chléo Chicky, Vincent Paillier, Charles Texier et Alice Benoist d'Etriveaud.

Un proverbe espagnol dit, en parlant d'un asile psychiatrique, que "tous ceux qui sont enfermés ici ne sont pas fous mais tous les fous ne sont pas enfermés ici". L'histoire de Léo et de Marion laisse à penser que la plupart des fous sont plutôt dans la pub, l'événementiel ou la communication.

Ce parallèle entre l'HP et le monde du travail aliénant pourrait n'être qu'un procédé didactique et tourner vite en rond, "La Voie des fous" de Nejma Ben Amor et Charles Texier évite cet écueil.

En quelques traits de mise en scène, et grâce à une distribution aussi à l'aise dans les deux univers, la folie "réelle" et celle qui se déduit des actes quotidiens prennent corps. En voulant s'abstraire de ce schéma binaire, Léo et sa sœur Marion doivent trouver leur propre voie, celle de l'amour peut-être.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 14 avril 2024 : En avril, de la culture tu suivras le fil

Un peu de soleil, des oiseaux qui chantent, le calme avant la tempête olympique. En attendant, cultivons-nous plutôt que de sauter dans la Seine. Pensez à nous soutenir en suivant nos réseaux sociaux et nos chaines Youtube et Twitch.

Du côté de la musique :

"Kit de survie en milieu hostile" de Betrand Betsch
"Let the monster fall" de Thomas de Pourquery
"Etat sauvage" de Chaton Laveur
"Embers of protest" de Burning Heads
"Sin miedo" de Chu Chi Cha
"Louis Beydts : Mélodies & songs" de Cyrille Dubois & Tristan Raës
"Arnold Schönberg : Pierrot lunaire" de Jessica Martin Maresco, Ensemble Op.Cit & Guillaume Bourgogne
"C'est pas Blanche-neige ni Cendrillon" de Madame Robert
"Brothers and sisters" de Michelle David & True Tones
"Prokofiev" de Nikita Mndoyants
"Alas" de Patrick Langot, Alexis Cardenas, Orchestre de Lutetia & Alejandro Sandler
"Symptom of decline" de The Black Enderkid
"Tigers blood" de Waxahatchee
"Not good enough" de Wizard
et toujours :
"Le carnajazz des animaux" de Dal Sasso Big Band"
"Deep in denial" de Down To The Wire
"Eden beach club" de Laurent Bardainne & Tigre d'Eau Douce
"Ailleurs" de Lucie Folch
"Ultrasound" de Palace
quelques clips en vrac : Pales, Sweet Needles, Soviet Suprem, Mazingo
"Songez" de Sophie Cantier
"Bella faccia" de Terestesa
"Session de rattrapage #5", 26eme épisode de notre podcast Le Morceau Cach

Au théâtre

les nouveautés :
"Tant que nos coeurs flamboient" au Théâtre Essaïon
Notes de départs" au Théâtre Poche Montparnasse
"Les chatouilles" au Théâtre de l'Atelier
et toujours :
"Come Bach" au Théâtre Le Lucernaire
"Enfance" au Théâtre Poche Montparnasse
"Lîle des esclaves" au Théâtre Le Lucernaire
"La forme des choses" au Théâtre La Flèche
"Partie" au Théâtre Silvia Monfort
"Punk.e.s" Au Théâtre La Scala
"Hedwig and the angry inch" au théâtre La Scala
"Je voudrais pas crever avant d'avoir connu" au Théâtre Essaïon
"Les crabes" au Théâtre La Scala
"Gosse de riche" au Théâtre Athénée Louis Jouvet
"L'abolition des privilèges" au Théâtre 13
"Lisbeth's" au Théâtre de la Manufacture des Abbesses
"Music hall Colette" au Théâtre Tristan Bernard
"Pauline & Carton" au Théâtre La Scala
"Rebota rebota y en tu cara explota" au Théâtre de la Bastille
"Une vie" au Théâtre Le Guichet Montparnasse
"Le papier peint jaune" au Théâtre de La Reine Blanche
des reprises :
"Macbeth" au Théâtre Essaion
"Le chef d'oeuvre inconnu" au Théâtre Essaion
"Darius" au Théâtre Le Lucernaire
"Rimbaud cavalcades" au Théâtre Essaion
"La peur" au Théâtre La Scala

Une exposition à la Halle Saint Pierre : "L'esprit Singulier"

Du cinéma avec :

"Amal" de Jawad Rhalib
"L'île" de Damien Manivel
zt toujours :
"Le naméssime" de Xavier Bélony Mussel
"Yurt" de Nehir Tuna
"Le squelette de Madame Morales" de Rogelio A. Gonzalez

et toujours :
"L'innondation" de Igor Miniaev
"Laissez-moi" de Maxime Rappaz
"Le jeu de la Reine" de Karim Ainouz
"El Bola" de Achero Manas qui ressort en salle
"Blue giant" de Yuzuru Tachikawa
"Alice (1988)" de Jan Svankmajer
 "Universal Theory" de Timm Kroger
"Elaha" de Milena Aboyan

Lecture avec :

"L'origine des larmes" de Jean-Paul Dubois
"Mort d'un libraire" de Alice Slater
"Mykonos" de Olga Duhamel-Noyer
et toujours :
"Des gens drôles" de Lucile Commeaux, Adrien Dénouette, Quentin Mével, Guillaume Orignac & Théo Ribeton
"L'empire britanique en guerre" de Benoît Rondeau
"La république des imposteurs" de Eric Branca
"L'absence selon Camille" de Benjamin Fogel
"Sub Pop, des losers à la conquête du monde" de Jonathan Lopez
"Au nord de la frontière" de R.J. Ellory
"Anna 0" de Matthew Blake
"La sainte paix" de André Marois
"Récifs" de Romesh Gunesekera

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=