Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Mises en Capsules 2017 : Un peu de respect, j'suis ta mère ! - Surveillance et propagation d'une épidémie - La mère à boire - Ferme bien ta gueule - La voie des fous
Ciné 13 Théâtre  (Paris)  juin 2017

"Un peu de respect, j'suis ta mère !"
Comédie de Hernan Casciari, mise en scène de Marie Dupleix et Pénélope Lucbert, avec Ariane Brousse, Oscar Clark, Marie Dupleix, Denis Morin, Edouard Michelon et Serge Peyrat.

On a rarement vu sur scène, et sous forme de comédie, les conséquences de la crise économique qui frappe depuis les années 2000 les pays les plus surendettés. Ce qui pourrait se passer en Grèce ou ailleurs, se passe dans "Un peu de respect, j'suis ta mère !" en Argentine.

Hernan Casciari raconte les vicissitudes d'une famille de Buenos Aires dans laquelle le père est chômeur et où, assise sur la cuvette des vécés, la mère a décidé de tenir son "blog".

Dans ce va-et-vient sur scène de nombreux personnages, fortement caractérisés, l'outrance est revendiquée. Marie Dupleix et Pénélope Lucbert animent et chorégraphient astucieusement cette promiscuité bruyante.

Ici, on est plus face à un extrait de texte qu'à une œuvre entière et l'on apprend à connaître ce petit monde choral, qui n'est sans doute pas qu'affreux, sale et méchant sur la durée.

"Surveillance et propagation d'une épidémie"
d'Ariane Boumendil et Pascale Oudot, mise en scène de Mikael Chirinian, avec Ariane Boumendil et Pascale Oudot.

Elles pourraient être deux sœurs jumelles nées sous le signe des Gémeaux, puisqu'elles sont deux fois la même sur scène, à répéter ce que l'autre dit, ou à dire en même temps la même chose.

La majorité des spectateurs verra donc pour la première non pas une "chercheuse épidémiologiste" en pleine explication de ses recherches, mais deux "chercheuses épidémiologistes" en pleine explication de ses recherches... Sauf qu'à trop chercher, on finit par chercher un ailleurs.

Et, sans surprise, elle, ou elles, le trouvera, ou le trouveront, sur internet et compagnie. Délire de mots simultané pour Ariane Boumendil et Pascale Oudot qui a l'inconvénient logique d'être redondant.

Idée originale pour un sketch, "Surveillance et propagation d'une épidémie" mériterait une forme encore plus courte qu'une capsule

"La mère à boire"
Comédie dramatique écrite et mise en scène par Elisa Ruschke, avec Nelly Antignac, Michaël Delis, Luca Gonzalez et Elisa Ruschke.

Elisa Ruschke, comme tout le monde, a sans doute un compte à régler avec sa mère. "La mère à boire" a tout d'une thérapie et l'on se rend bien vite compte que la barque est lourdement chargée. "La mère à boire" aurait pu aussi s'appeler "l'amère à boire" sans que cela eut été choquant.

Ces différentes scènes de la vie familiale prennent peu à peu de la consistance et ce qui commence dans la douce folie d'une mère pas comme les autres finit dans le dur de l'amertume, celle des enfances qu'on porte en soi toute sa vie.

Symphonie n'a pas tiré le bon numéro, mais doit s'en accommoder et Elisa Ruschke l'évacuer sur les planches parce que le théâtre ne commence pas toujours là où s'arrête la vie.

"Ferme bien ta gueule"
Comédie dramatique de Julien Ratel, mise en scène de Ludivine de Chastenet et Benjamin Gauthier, avec Constance Carrelet, Marie Lanchas, Julien Ratel, Yann Papin en alternance avec Mikaël Chirinian.

Si le titre n'est pas forcement engageant, ni prometteur, "Ferme bien ta gueule" est pourtant un beau texte propice à la grâce d'un vrai moment de bonheur théâtral. On aurait envie de ne dire que cela, mais on peut aussi dire qu'il charrie la même matière que bien des spectacles du moment, sauf qu'il y ajoute l'étincelle qui rend heureux.

Sur scène, s'agitent donc des personnages qui pourraient sortir de la télé-réalité ou d'un épisode un peu trash de "Plus belle la vie". Les filles ont le parler "Stéphanie de Monaco" des Inconnus, et les hommes ont la virilité paradoxale de Gérard Depardieu dans "Tenue de soirée". La rencontre ou la non-rencontre des uns et des autres est propice à de beaux moments d'échange et à des dialogues superbement écrits.

Julien Ratel saisit habilement la fugacité de l'époque et l'on ne doute pas que, dans un format plus long, il saura aller encore plus loin hors du simple constat où se complaisent tant d'autres.

"La Voie des fous"
de Nejma Ben Amor et Charles Texier, mise en scène de Nejma Ben Amor, avec Maximilien Neujhar, Agata Rabillier, Laura Couturier, Chléo Chicky, Vincent Paillier, Charles Texier et Alice Benoist d'Etriveaud.

Un proverbe espagnol dit, en parlant d'un asile psychiatrique, que "tous ceux qui sont enfermés ici ne sont pas fous mais tous les fous ne sont pas enfermés ici". L'histoire de Léo et de Marion laisse à penser que la plupart des fous sont plutôt dans la pub, l'événementiel ou la communication.

Ce parallèle entre l'HP et le monde du travail aliénant pourrait n'être qu'un procédé didactique et tourner vite en rond, "La Voie des fous" de Nejma Ben Amor et Charles Texier évite cet écueil.

En quelques traits de mise en scène, et grâce à une distribution aussi à l'aise dans les deux univers, la folie "réelle" et celle qui se déduit des actes quotidiens prennent corps. En voulant s'abstraire de ce schéma binaire, Léo et sa sœur Marion doivent trouver leur propre voie, celle de l'amour peut-être.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 11 avril 2021 : Culture en résistance

Nous avons rencontré des acteurs du monde de la culture pour évoquer leurs situations mais aussi l'avenir. Le replay intégral est à voir dès maintenant sur la TV de Froggy's Delight. Pour le reste, voici le programme de la semaine. Et surtout, restons groupés.

Du côté de la musique :

"In time Brubeck" de Duo Fines Lames
"Navegar" de Joao Selva
"Le style (avec Guillaume Long et Flavien Girard" la 8ème émission de Listen In Bed
"Dusk" de Paddy Sherlock
"Live at the Berlin philarmonie 1969" de Sarah Vaughan
Les petites découvertes de la semaine en clips avec : Hanna & Kerttu, Texas, A Certain Ratio, Johnny Mafia, Chevalrex + Thousand
et toujours :
"Caillou" de Gisèle Pape
"Sauvé" de It It Anita
"Goes too far" de Olivier Rocabois
"Morricone stories" de Stefano Di Battista
"Le fruit du bazar" de Alex Toucourt
"Bento presto" de Caribou Bâtard
"De mort viva" de Sourdure
"Mistake romance" de Tristan Melia
"Courtesy of Geoff Barrow : Unsung Heroes" le mix #18 de Listen In Bed
Des petites découvertes en clip : O' Lake, Luwten, Corentin Ollivier, Ghern et Old Caltone

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La passion selon saint Matthieu" de Bach par Romeo Castellucci
"War sweet war" de Jean lambert-Wild
"Les Sœurs Macaluso" d'Emma Dante
"Monkey Money" de Carole Thibaut
"Une heure de tranquillité" de Florian Zeller
"Le Dernier jour du jeûne" de Simon Abkarian
"La Ronde" de Boris Charmatz

Expositions :

en virtuel :
"Le Grand Tour, voyage(s) d'artistes en Orient" au Musée des Beaux-Arts de Dijon
"La Fabrique de l'Extravagance" au Château de Chantilly
"La Police des Lumières" aux Archives nationales
"D'Alésia à Rome" au Musée d'Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye
"Pompéi, un récit oublié" Musée de la Romanité à Nîmes
et un documentaire : "Les trésors des hôtels particuliers : Du Marais aux Champs Elysées"

Cinéma :

at home :
"Où vont les chats après 9 vies ?" de Marion Duhaime
"Stuck Option" de Pierre Dugowson
"La fête est finie" de Marie Garel-Weiss
"1991" de Ricardo Trogi
"Généalogies d'un crime" de Raoul Ruiz
"L'été de Kikujiro" de Takeshi Kitano
"Le retour de la panthère rose" de Blake Edwards

Lecture avec :

"Elmet" de Fiona Mozley
"Le savoir grec" de Jacques Brunschwig, Geoffrey Ernest Richard Lloyd & Pierre Pellegrin
"Seul entouré de chiens qui mordent" de David Thomas
"Sur la route, vers ailleurs" de Benjamin Wood
et toujours :
"Biotope" de David Coulon
"Ces petits riens qui nous animent " de Claire Norton
"Dernières nouvelles de Sapiens" de Silvana Condemi & François Savatier
"Eat, and love yourself" de Sweeney Boo
"Giants : Brotherhood" de Carlos & Miguel Valderrama
"L'art du sushi" de Franckie Alarcon
"L'île sombre" de Susanna Crossman
"La rivère des disparues" de Liz Moore
"Pourquoi le nord est-il en haut ?" de Mick Ashworth

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=