Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Jan Karski [Mon nom est une fiction]
Théâtre de la Colline  (Paris)  juin 2017

Spectacle conçu et mis en scène par Arthur Nauzyciel, d’après le roman éponyme de Yannick Haenel, avec Manon Greiner, Arthur Nauzyciel et Laurent Poitrenaux.

Arthur Nauzyciel a conçu son "Jan Karski" comme un triptyque. D’abord, un narrateur, joué par le metteur en scène lui-même, vient raconter la prestation de Jan Karski dans le film "Shoah" de Claude Lanzmann.

Puis, un écran vidéo occupe la scène et l’on voit un plan du ghetto de Varsovie filmé en boucle par le vidéaste Miroslav Balka, avec un commentaire off confié à Marthe Keller.

Enfin, Laurent Poitrenaux interprète Jan Karski dans un long monologue se déroulant dans le décor de l’antichambre de l’opéra de Varsovie, avant que tout s’achève par l’intervention d’une danseuse (Manon Greiner).

Arthur Nauzyciel s’est appuyé sur le roman "Jan Karski" de Yannick Haenel pour construire ce dossier impressionniste consacré au grand résistant polonais. On se souvient que c’est dans "Shoah" que le personnage de Jan Karski a refait surface pour la première fois. Il s’en était suivi une polémique, puisque Claude Lanzmann n’avait tiré qu’une quarantaine de minutes des longues heures d’entretien qu’il avait eu avec Karski.

Celui-ci, comme beaucoup d’autres observateurs, avait regretté que dans "Shoah" son témoignage n’était qu’une charge contre les Polonais stigmatisés pour leur participation à l’élimination de la population des ghettos juifs. Karski, lui, avait insisté sur la passivité des Occidentaux devant le génocide qu’accomplissaient les nazis après que "La solution finale" a été décrétée.

Lui qui fut l’un des seuls à être entré clandestinement dans un camp de concentration, était allé prévenir les Alliés de ce qui s’y déroulait. Roosevelt l’avait reçu et n’avait, selon lui, rien fait pour arrêter les massacres. Toute sa vie, Karski a revécu cette période comme un cauchemar, comme le démontre le monologue de Laurent Poitrenaux.

Spectacle didactique, qui oblige à un préliminaire didactique, "Jan Karski [Mon nom est une fiction]" pose certaines questions. D’abord, celle de sa forme : fallait-il répéter trois fois la même histoire ? Ne pouvait-on pas supprimer le second volet du triptyque, celui où le spectateur doit contempler ad libitum un plan du ghetto de Varsovie ?

Si l’intervention de Marthe Keller racontant Jan Karski permet de réentendre la grande actrice suisse allemande - dont le léger accent est vaguement de circonstance -, elle n’évite pas un "ennui gênant". Non seulement, on décroche mais on a le temps de s’interroger sur le sens de cette "morbidité mémorielle" qui s’empare du public.

On se doute que la grande majorité des présents dans le théâtre sait ce qui s’est déroulé pendant la seconde guerre mondiale et n’en nie aucunement les tenants et les aboutissants. Alors, pourquoi les accabler en rabâchant des évidences ? Pire, pourquoi leur soumettre un texte qui crée des polémiques ? Accuser les libérateurs des camps de passivité ou de complicité, n’est-ce pas semer de nouveaux doutes parmi les générations à venir ?

Le monologue de Laurent Poitrenaux, tiré du roman de Yannick Haenel, suffisait amplement pour qu’on se fasse une opinion. Ce texte que Poitrenaux rend assez "bernhardien" est d’une grande force et légitime à lui seul le projet d’Arthur Nauzyciel.

Le très beau décor de Riccardo Hernandez qui reconstitue "l’antichambre" de l’Opéra de Varsovie apporte une petite touche esthétique à la Edward Hopper qui convient bien à l’état dans lequel s’agite Jan Karski. Poitrenaux lui donne une démarche flottante, presque fantomatique, qui fait de lui une espèce de personnage irréel, un Nosferatu prêt à réapparaître pour signifier que le Mal rode toujours…

Cette heure magistrale s’achève par quelques pas de danse rappelant que Jan Karski avait épousé une danseuse dont la famille avait été suppliciée par les nazis. Se présentant pour cela comme un "Juif chrétien", le héros polonais est une haute figure, tragique et flamboyante. On ne pourra que remercier Arthur Nauzyciel d’en avoir dessiné toute la complexité et l’on sort prêt à oublier une deuxième partie trop roborative.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 10 janvier 2021 : En route pour l'aventure

On ne sait pas encore ce qui nous attend en 2021, espérons pouvoir enfin retourner voir des spectacles bientôt, en attendant on va essayer d'organiser de nouveaux des concerts en live sur notre chaine Twitch. On vous en parle bientôt. D'ici là, voici la sélection de la semaine.

Commençons par le sommaire et le replay de la Mare Aux Grenouilles #18

Du côté de la musique :

"Vivaldi, Le quattro stagioni" de Alexandra Conunova
"Contrastes" de Duo W
"Beethoven, si tu nous entends" de La Symphonie de Poche & Nicolas Simon
"Ras la trompe" de Lila Tamazit Trio
"La sélection de Julien Bousquet" émission #6 de Listen In Bed
"Fleurs" de Mélody Louledjian & Antoine Palloc
"Monks of nothingness" de Olivier Lasiney & Yantras
"In paradisum" de Schola Cantorum of the Cardinal Vaughan Memorial School
et toujours :
"Le cas très inquiétant de ton cri" de MelmACHello
"Douze oiseaux dans la forêt de pylônes électriques" de Nicolas Jules
"L'allégresse" de DaYTona, la 200ème chronique de CycoLys
"Across the universe" Saison 2, Mix 7, encore un beau mix de Listen In Bed
"Hiver(s)" de Matthias Billard

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Le dernier jour du jeûne" de Simon Abkarian
"Ali Baba" de Macha Makeieff
"Mon père avait raison" de Sacha Guitry
"Adieu Monsieur Haffmann" de Jean-Pierre Daguerre
"Le canard à l'orange" de Marc-Gilbert Sauvajon
"Une heure de tranquillité" de Florian Zeller
"Madame Arthur ose Bashung"

Expositions :

en virtuel :
"Picasso et la bande dessinée" au Musée Picasso
"Kiki Smith" à la Monnaie de Paris
"Soulages" à l'Espace Lympia
"Christian Dior, couturier du rêve" au Musée des Arts Décoratifs
"Bacon en toutes lettres" au Centre Pompidou
"Turner, peintures et aquarelles - Collections de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Delacroix" au Musée du Louvre
"Berthe Morisot" au Musée d'Orsay

Cinéma :

at home :
"Dim Sum Funeral" de Anna Chi
"Son of Sofia" d'Elina Psykou
"Fin du monde" de Carolina Hellsgård
"Brooklyn" de Pascal Tessaud
"Hôtel Fantôme" de Daniel Kehlmann
"Motherland" de Tomas Vengris
"La classe volante" de Kurt Hoffmann
et un regard vers le cinéma hollywoodien avec :
"Le plus grand cirque du monde" de Henry Hathaway
"Une étoile est née" de William Wellman
"La Taverne de la Jamaïque" d'Alfred Hitchcock
"Top Secret" de Blake Edwards

Lecture avec :

"Inside story" de Martin Amis
"Là où nous dansions" de Judith Perrignon
"Le bonheur est au fond du couloir à gauche" de J.M. Erre
"Les douze morts de Napoléon" de David Chanteranne
"Tiger" de Eric Richer
"Un papillon, un scarabée, une rose" de Aimee Bender
et toujours :
"59 rue des Archives" de Bruno Guermonprez, David Koperhant & Rebecca Zissmann
"Oeuvres complètes III" de Roberto Bolano
"Vox populi" de Thomas Harnois

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=