Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Rise of the Northstar
Download Festival  (Base aérienne 217, Le Plessis-Pâté, Bretigny-sur-Orge)  dimanche 11 juin 2017

Vous vous rappelez l'affrontement entre Goku et Freezer dans Dragon Ball Z ? Freezer prend l’avantage au combat jusqu'à ce que Goku génère un Genki Dama qui semble venir à bout de son ennemi. Cependant, Freezer a survécu à l'attaque et blesse gravement Piccolo avant de fumer Krilin. Goku devient alors sur-vénère et se laisse submerger par la colère. Il se transforme pour la première fois en Super Saiyan. Sa force dépasse alors celle de Freezer, même lorsque celui-ci déploie sa puissance à 100 %. Goku finit par défoncer Freezer comme il se doit.

Vous vous rappelez de la sensation que vous avez ressentie en voyant Goku se transformer en super-guerrier la première fois ? Moi je m’en rappelle très bien, et c’est la même sensation que j’ai à chaque fois, noué au fond du bide, quand je vois Rise of the Northstar sur scène.

Le Download Festival, par son terrain accidenté, sa très mauvaise organisation et sa situation géographique, est 10 fois plus épuisant qu’un festival normal. C’est donc à moitié mort, que j’ai commencé la troisième et dernière journée. Je dois d’ailleurs commencer par faire la queue au stand contentieux du Cashless, car l’appli du Download plantait complètement. Ça acceptait de prendre l’argent des gens, mais les virements n’étaient pas transmis sur nos comptes et donc impossible de s’acheter à boire alors qu’on était en pleine canicule. Une fois ce problème réglé, c’est en titubant que je me suis dirigé ensuite vers la Mainstage 2, en traversant la chaleur aride de Bretigny. Aucune ombre nulle part. On se croyait vraiment sur Namek.

Lorsque j’ai vu que mon pote Julien avait lui aussi un problème avec son cashless, la colère suscitée par sa déshydratation et la mienne a eu pour effet d’entraîner chez moi une sorte de transformation. Mes muscles ont pris un peu plus de volume, mes yeux sont devenus verts…

Parallèlement à ça, le groupe Rise of the Northstar est monté sur scène et a commencé à jouer. Dès les premiers riffs de guitare, des éclairs parcouraient la foule. De nombreux cailloux flottaient comme s’il n’y avait plus de gravité.

Quand la basse et la batterie ont commencé à balayer le public par salves destructrices, j’ai senti en moi grandir une puissance considérable. Puis quand Vithia a pris le micro et balancé les premières phrases du titre "Again and Again", mes cheveux sont devenus dorés et se sont dressé. J’étais entouré d'une aura jaune, comme enflammé...

Le combat entre ma fatigue et mon envie de sauter dans tous les sens est devenu vite inégal, et malgré un Kaïoken x20 sur "Sound of Wolves", je me suis vite retrouvé essoufflé. J’ai tenté alors de rassembler l'énergie nécessaire à la réalisation d'un Genkidama pendant "Samuraï Spirit". Mais le rythme infernal de "Welcame (Furyo State of Mind)" me vide de toutes mes forces. Furieux contre ma faiblesse, alors que c’est la journée la plus chargée en nombre de concerts de ouf, je me laisse à nouveaux envahir par la colère et me transforme en Super Saïyen sur "Demonstrating My Saiya Style". Ma force augmente considérablement et je peux même aller me frotter aux autres super-guerriers dans le Circle Pit.

L’énergie est complètement folle et quand le show se termine après "What the Fuck" et "Bosozoku", je suis K.O. mais heureux. J’ai régulièrement vu le groupe en live, mais c’était la première fois que je les voyais en festival, avec une aussi grande masse de gens… C’était vraiment cool.

Ce set de Rise of the Northstar était le dernier concert de l’ère Welcame (leur premier album). Le groupe devient de plus en plus énorme. Le prochain disque, qui devrait être produit par un des frères Duplantier (Gojira), s’annonce comme le plus gros truc de 2018… J’ai tellement hâte de voir le groupe remplir des grandes salles et être en tête d’affiche de ce genre de festival ! Car soyons honnête, même s’il y avait du très gros niveau en ce dimanche (Suicidal Tendencies, Prophet of Rage…), Rise of the Northstar méritait de jouer beaucoup plus tard et plus longtemps. Surtout que Green Day clôturait le festival avec un set de 2h30… J’aurais bien amputé ces 2h30 de punk gentillet, pour donner 30 minutes de show en plus à Suicidal Tendencies, Prophet of Rage et Rise of the Northstar.

Si vous n’avez jamais écouter Rise of the Northstar, arrêtez de lire cet article et procurez-vous l’album et les 2 EP de toute urgence. Si vous ne les avez jamais vus en live, abonnez-vous à leurs réseaux sociaux, mettez-vous des alertes mails s’ils passent près de chez vous… Vous n’aurez plus d’excuses. Comme dans tout bon sh?nen, ils deviennent de plus en plus fort au fil des épisodes. Ils sont incontournables et vous aurez les glandes de pas en avoir profité quand ils feront une carrière de ouf à l’étranger.

Bref, écoutez et allez voir Rise of the Northstar.

PS : Je n’avais pas de pass press pour le Donwload, j’ai payé ma place… Donc je ne vous fais pas un article complet sur le festival. Mais sachez que vendredi, j’ai élu Hatebreed comme le meilleur concert du jour et la meilleure bonne bagarre dans le pit. Samedi, Slayer et System of a Down ont tout défoncé et dimanche Rise of the Northstar, Suicidal et Prophet of Rage ont tout niqué !

PS2 : Le festival était une catastrophe. Mal organisé (OK, c’est un peu une habitude avec les festivals Live Nation en France), loin, pas pratique, pas d’endroit à l’ombre, pas ou peu de points d’eau (bonne idée en pleine canicule), mauvais son, problème avec l’appli du festival, problème avec le cashless, pas de réseaux ni de Wi-Fi, terrain horrible (c’est vraiment drôle d’empêcher les gens d’entrer avec des bouchons de bouteilles quand le terrain de festival est un énorme champs de gros cailloux…), pas assez de barman le samedi donc des queues de 40 minutes pour acheter à boire en pleine canicule. Mauvaise gestion de la foule. Des problèmes de sécurité. Je ne sais même pas comment ont fait les handicapés et personnes à mobilité réduite pour survivre. Des problèmes à la limite de la mise en danger d’autrui… L’édition de l’année dernière était déjà pas terrible, ils ont réussi à faire pire. S’ils n’avaient pas le chéquier de Live Nation pour avoir les meilleurs groupes, ce festival serait mort et enterré.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Tokyo Assault de Rise of the Northstar
Rise of the Northstar parmi une sélection de singles (juillet 2011)
Rise of the Northstar parmi une sélection de singles (août 2012)
Rise of the Northstar parmi une sélection de singles (mai 2014)
Rise of the Northstar en concert à Japan Expo (dimanche 10 juillet 2016)
Rise of the Northstar en concert à Hellfest Open Air Festival #13 (édition 2018)
Rise of the Northstar en concert à Hellfest Open Air Festival #13 (édition 2018) - samedi 23 juin

\r\n

En savoir plus :
\r\n Le site officiel de Rise of the Northstar
\r\n Le Bandcamp de Rise of the Northstar
\r\n Le Soundcloud de Rise of the Northstar
\r\n Le Facebook de Rise of the Northstar\r\n

Crédits photos : Sophie Hébert (toutes les séries sur son site)\r\n


Didier Richard         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 26 janvier 2020 : Les rois des galettes

En cette fin de période de galettes à tout va, on vous parle surtout de celles en vinyles avec de la bonne musique dessus mais pas que : théâtre, littérature, cinéma, expos sont aussi au programme. C'est parti.

Du côté de la musique :

"Pesson, Abrahamsen & Strasnoy : Piano concertos" de Alexandre Tharaud
"Paris Beyrouth" de Cyril Mokaiesh
"Water is wet" de Theo Hakola
"Musique de chambre" de Le Noiseur
"Les identités remarquables" de Tristen
Interview avec No One Is Innocent à Saint Lô
Theo Lawrence et Mr Bosseigne au Fil
"La légende de Nacilia" de Nacilia
"C'est quoi ton nom ?" de Blankass
"Il est où le bonheur" 9ème émission de Listen in Bed
"Swin, A Benny Godman story" de Pierre Génisson, BBC concert Orchestra et Keith Lockhart
et toujours :
"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Deux euros vingt" au Théâtre Rive Gauche
"Vive la Vie" au Théâtre Gaité-Montparnasse
"Mon Isménie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"La Paix dans le monde" à la Manufacture des Abbesses
"Un Tramway nommé Désir" au Théâtre La Scène Parisienne
"Trop de jaune" au Studio Hébertot
"Oh ! Maman" au Théâtre La Scène Parisienne
"Le fantôme d'Aziyadé" au Théâtre Le Lucernaire
"Le hasard merveilleux" au Théâtre de la Contrescarpe
"Attention les Apaches !" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Norma Djinn" au Théâtre Montmartre-Galabru
"Blond and Blond and Blond - Hømåj à la chønson française" au Café de la Danse
les reprises :
"Tanguy Pastureau" au Théâtre de la Renaissance
"Close"
"Elisabeth Buffet - Obsolescence programmée" au Théâtre du Marais
"Le comte de Monte-Cristo" au Théâtre Essaion
"L'Analphabète" à l'Artistic Théâtre
"La Diva divague" au Théâtre de Dix heures
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour "Kiki Smith à la Monnaie de Paris

Cinéma avec :

"Botero" de Don Millar
"Mission Yéti" de Pierre Gréco et Nancy Florence
et la chronique des films sortis en janvier

Lecture avec :

"Le ciel à bout portant" de Jorge Franco
"Le prix de la démocratie" de Julia Cagé
"Les champs de la Shoah" de Marie Moutier Bitan
"Les rues bleues" de Julien Thèves
"Trois jours d'amour et de colère" de Edward Docx
et toujours :
"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=