Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Europavox 2017 - Vendredi 30 juin
Wandl - BA. - After Marianne - Puppetmastaz - We Bless this Mess - Adna - Deluxe - Agnes Obel - Chinese Man - Moonlight Breakfast  (Clermont-Ferrand)  du 29 juin au 2 juillet 2017

Troisième année consécutive que je me rends au festival Europavox, toujours autant attirée par l'alléchante programmation pleine de promesses pour la musique amplifiée. Affaire qui roule n'amasse pas doute : rien à dire sur le site, petit mais bien pensé, avec cet avantage non négligeable que les concerts se passent à l'intérieur, contre vents et giboulées.

Tout commence pour moi avec le jeune poulain du label Affine Records, le timide Wandl, proposant un hip-hop gentiment psyché, en guise d'entrée en matière tout en douceur... Le scénique est plutôt pauvre, manque d'expérience oblige, type de musique également, mais le public, bravo à lui, soutient le jeune Autrichien, visiblement content de partager son monde instrumental et expérimental. Une introduction à la cool, pour une grande scène prête à exploser quelques heures plus tard...

Du coup, le groupe lituanien BA. réveille admirablement les troupes avec son rock éraillé au son très noisy, très sale, et complètement punk. Europavox a encore frappé, et c'est là son intérêt essentiel : les découvertes et claques diverses permises (souvent) par les deux petites scènes du festival (Factory et Petite Coopé).

La Coopérative de Mai a, pour ce vendredi 30 juin, choisi la poésie, la douceur... Et le contrejour. Premier temps de cette soirée : After Marianne, groupe toulousain en vogue, surfant sur la vague du joli et de l'éphémère, cherchant à poétiser le monde en creusant ses mystères, dans une "dream pop" planante, agréable à écouter, le tout porté par une voix bien placée et singulière. C'est facile et beau, c'est mignon et plein d'émotions : bref, ça fonctionne à l'écoute – même si, encore une fois, le scénique manque de quelque chose pour vraiment faire démarrer, selon moi, ce festival...

Les Puppetmastaz, par exemple. Parce que, quand même, le principe a de quoi étonner – pas seulement parce qu'il est délirant mais aussi parce qu'il fonctionne depuis 1990... On comprend très vite pourquoi : c'est drôle et remuant, le visuel soutient parfaitement le son, c'est hip-hop mais écoutable même si ce n'est pas notre style de prédilection. Un set paradoxalement satirique et consensuel, qui redonne un peu d'élan dans cette arythmie de début de festival.

We Bless this Mess, c'est un peu ce chanteur de rue qu'on entend tous les jours, qu'on trouve très bon, mais dont on ne sait rien de rien, et qu'on apprécie sans trop savoir pourquoi. Tatoué des pieds à la tête, très prolixe avec un public qu'il remercie toutes les deux secondes (s'il savait seulement combien la compréhension de l'anglais par le Français moyen est mauvaise...), entre deux âges (même s'il dit lui-même refuser de devenir adulte), Nelson Greif Reis diffuse les stigmates de son vécu dans une voix parfaitement aiguisée pour la folk la plus épineuse et sensible qui soit. Béatement amoureux de la vie et de l'échange, on se demande comment un être aussi marqué peut être aussi fraîchement naïf. Aucune posture, un naturel déroutant, en somme, un bel artiste comme on en fait (presque) plus.

Retour au contre-jour, avec Adna. Ils sont suédois, font de la pop-folk, et ont franchi un pas décisif dans cette alchimie complexe qui vise à mêler le puissant et l'atmosphérique. Cela surtout grâce à la voix inattendue de la chanteuse, fluette par la parole, forte et grave par le chant. Si ce deuxième temps à la Coopérative de Mai est d'une grande cohérence dans la programmation, si tout est de grande qualité, quelque chose pèse sur cette ambiance aérienne, peine à sortir le public, pourtant au complet, d'une certaine léthargie.

Évidemment, Deluxe et son groove à tout faire va contredire tout cela d'un revers de main se frisant la moustache. Oubliée l'intense réflexion qui cherche à produire une musique complexe pour oreille avertie, adieu les messages philosophiques entre les morceaux, à bas la prise de tête pour musique d'intellectuels, semblent nous dire les gaillards sautillants de Deluxe. Pour le coup, on revient au base d'un "Clermont vous êtes là ?" toujours aussi bête et toujours aussi efficace. Le public est hautement réceptif (on en fait partie, avouons-le), et, pour moi, le coup d'envoi de cette nouvelle édition est donné...

Le contraste est saisissant puisque c'est Agnes Obel que l'on retrouve à la Coopérative de Mai. Les conditions sont telles que l'on se trouve reléguée dans un coin de la fosse pour tenter de la prendre en photo et conserver une petite souvenir de cette grande dame. Trois fois font une coutume, puisque l'ambiance ménagée par After Marianne et Adna a parfaitement préparé le set d'Agnes Obel, tourné principalement vers la musique de son nouvel album Citizen of glass. Tout est très féminin, timide et gêné entre les morceaux, mais d'une assurance folle une fois lancée. Si ce set n'avait pas été complet, si l'audience n'avait pas fait, à ce point, bloc, on aurait pu se faufiler entre les rangs pour, nous aussi, prendre le temps de la fascination et de l'admiration de cet univers musical que rien n'égale à mon humble avis...

La soirée se terminera donc par quelques titres des Chinese Man (avec une mention très spéciale pour la qualité visuelle exceptionnelle du set), et surtout le regret d'arriver à la fin du live de Moonlight Breakfast, qui aurait été une merveilleuse conclusion swing à cette très bonne première soirée...

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Sélection singles & EP de Pampa Folks - Noosphère - Schlaasss - After Marianne
La chronique de l'album Revolve and step up ! de Puppetmastaz
La chronique de l'album Bubble and Scrape Deluxe Edition de Sebadoh
La chronique de l'album You Decide de The Rank Deluxe
La chronique de l'album Il faut quand même bien exister EP de Atomique Deluxe
La chronique de l'album Vingt de Atomique DeLuxe
La chronique de l'album Give up Deluxe 10h Anniversary Edition de The Postal Service
La chronique de l'album Cupid Deluxe de Blood Orange
La chronique de l'album Orchids de Rich Deluxe
La chronique de l'album Julien Bouchard - Kissamilé - Manuel Etienne - Hoboken Division - Orwell - The Wise Dude’ de Pop à Noël
La chronique de l'album Stachelight de Deluxe
La chronique de l'album Voodoo Magic de Spiral Deluxe
La chronique de l'album Sélection singles & EP de My Baby - Electro Deluxe
La chronique de l'album Rouen Dreams de Jean-Emmanuel Deluxe & Friends
La chronique de l'album Glam Shots de Rich Deluxe
Deluxe en concert au Festival International de Benicassim 2005 (jeudi)
Deluxe en concert à Skyline Society (avril 2006)
Deluxe en concert au Grand Mix (vendredi 2 avril 2010)
Deluxe en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2015 - dimanche 26 avril
Deluxe en concert à Malle à Disques (samedi 3 octobre 2015)
Deluxe en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2017 - du vendredi au dimanche
La chronique de l'album Philarmonics de Agnes Obel
La chronique de l'album Aventine de Agnes Obel
La chronique de l'album Citizen of Glass de Agnes Obel
Agnès Obel en concert au Festival Beauregard #3 (édition 2011) - Samedi
Agnès Obel en concert au Festival de Beauregard #6 (édition 2014) - dimanche
La chronique de l'album Sho-Bro de Chinese Man
La chronique de l'album The Groove Sessions, Vol. 3 de Chinese Man
La chronique de l'album Shikantaza de Chinese Man
Chinese Man en concert au Festival FNAC Indétendances 2009 (samedi 15 août 2009)
Chinese Man en concert au Festival Foreztival 2011 (7ème édition)

En savoir plus :
Le site officiel du Festival Europavox
Le Facebook du Festival Europavox

Crédits photos : Sophie Hébert (toutes les séries sur son site)


Sophie Hébert         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Agnes Obel (2 septembre 2010)


# 18 avril 2021 : En avril ne te cultive pas d'un fil

Pas de nouvelle bonne nouvelle... pas sûr. En attendant de pouvoir aller à nouveau vers la culture, faisons la venir vers nous. Voici notre sélection de tout un tas de choses à écouter, lire, voir et (re)découvrir. On commence évidemment avec le replay de la MAG #25 ! et oui déjà, en on n'est pas peu fier !

Du côté de la musique :

"Djourou" de Ballaké Sissoko
"A live full of farewells" de The Apartments
"Racine carrée de vos utopies" de Les Marteaux Pikettes
"Detectorists" le 19ème mix de la saison 2 de Listen In Bed
"Bach en miroir" de Marie-Andrée Joerger
"Drot og Marsk" de Peter Heise
"Bye bye baby" de Requin Chagrin
"Good for you" de Slim Paul
et toujours :
"In time Brubeck" de Duo Fines Lames
"Navegar" de Joao Selva
"Le style (avec Guillaume Long et Flavien Girard" la 8ème émission de Listen In Bed
"Dusk" de Paddy Sherlock
"Live at the Berlin philarmonie 1969" de Sarah Vaughan
Les petites découvertes de la semaine en clips avec : Hanna & Kerttu, Texas, A Certain Ratio, Johnny Mafia, Chevalrex + Thousand

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La Collection" d'Harold Pinter
"Le Cabinet horrifique" de Valérie Lesort
"Vêtir ceux qui sont nus" de Luigi Pirandello
'Féminines" de Pauline Bureau
"Noire" de Tania de Montaigne
"Love & Politics" de Dan Turden
"NinaLisa" de Thomas Pédour
"Le Bœuf-musical Boris Vian" au Hall de la Chanson
"Hippolyte et Aricie" de Rameau

Expositions :

en virtuel :
"Trésors Nabis" du Musée d'Orsay
"Bonnard, Le Cannet, une évidence" au Musée Bonnard au Cannet
"Yan Pei-Ming - Au nom du père" au Musée Unterlinden à Colmar
"Crinolines et chapeaux, la mode au temps des impressionnistes" au Musée de la Corderie Valois en Normandie
"Camille Moreau-Nélaton, Une femme céramiste au temps des impressionnistes" au Musée de la céramique à Rouen
"Jean Ranc, un montpelliérain à la Cour des rois" au Musée Fabre à Montpellier

Cinéma :

at home :
"Généalogies d'un crime" de Raoul Ruiz
"La course navette" de Maxime Aubert
des films cultes :
"Au revoir les enfants" de Louis Malle

"Little Odessa" de James Gray
"37°2 le matin" de Jean-Jacques Beyneix
"C'est arrivé près de chez vous" de Rémy Belvaux et André Bonzel
"La Balance" de Bob Swaim
et un court métrage "La pince à ongles" de Jean-Claude Carrière

Lecture avec :

"C'est quoi ton genre ?" de Agnès Vannouvong
"La petite ville des grands rêves" de Fredrik Backman
"Les somnambules" de Chuck Wending
"Mondes en guerre : tome IV, guerre sans frontières" de Louis Gautier
"Séquences mortelles" de Michael Connely
et toujours :
"Elmet" de Fiona Mozley
"Le savoir grec" de Jacques Brunschwig, Geoffrey Ernest Richard Lloyd & Pierre Pellegrin
"Seul entouré de chiens qui mordent" de David Thomas
"Sur la route, vers ailleurs" de Benjamin Wood

Du côté des jeux vidéos :

Retrouvez les jeux vidéos en live sur la TV de Froggy's Delight chaque soir de la semaine à partir de 21H

 

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=