Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Entre 2 rives
Kim Ki-duk     (juillet 2017) 

Réalisé par Kim Ki-duk.Corée du Sud. Drame. 1h54 (Sortie le 5 juillet 2017). Avec Ryoo Seung-bum, Lee Won-geun, Young-Min Kim, Gwi-hwa Choi, Ji-hye Ahn, Jeong Ha-dam, Lee Sol-gu et Eun-woo Lee.

Ce n'est pas un hasard si c'est le plus iconoclaste des cinéastes coréens (qu'on se rappelle "Piéta") qui vient de réaliser le film le plus fort et le plus juste sur la séparation en deux États ennemis de la péninsule coréenne.

"Entre 2 rives" de Kim Ki-duk n'est finalement qu'une illustration d'une remarque que le cinéaste fait pour décrire le sort de son pays divisé : tout cela "génère une grande tristesse".

Il suffira de suivre pendant deux heures, comme d'habitude denses et rudes chez Kim Ki-duk, les mésaventures trans-frontières d'un pauvre pêcheur, Nam Chul-woo, pour son malheur passé d'une Corée à l'autre parce que son bateau connaît une avarie, pour en prendre la réelle mesure.

Propulsé de l'autre côté, il va découvrir la réalité, non pas de la Corée du Sud, mais justement de ce que la division veut dire. Espion du Nord pour le Sud qui ne peut comprendre pourquoi il veut retourner en "enfer", espion du Sud pour le Nord, qui ne veut pas plus comprendre pourquoi il a tenu à revenir.

Entre propagande et contre-propagande, fantasmes et mensonges, le destin du pauvre pêcheur est tout tracé comme le conte à la Voltaire inventé par Kim Ki-duk. Encore une fois, on est saisi par l'intelligence de ce cinéaste hors du commun, qui n'hésite pas à styliser le Nord comme le Sud le voit, à montrer combien la hiérarchie bureaucratique du Sud n'a rien à envier à celle de sa petite "soeur" communiste...

Ici, toutes les perceptions sont perturbées par des années de discours idéologiques routiniers. Les uns croient que le petit pêcheur a le cerveau lavé puisqu'il ne veut pas vivre dans l'opulente et démocratique Corée et préfère retrouver sa femme et sa fille. Les autres ne croient pas qu'on puisse être "honnêtement" un patriote coréen du nord, au point de refuser le luxe et l'argent, qu'eux ne refuseraient pas...

Tout le film est une analyse de ses deux sociétés ambivalentes qui, à force de se faire face de manière manichéenne, ont fini par perdre ce petit plus, cette "once" de subtilité, qui fait qu'on peut comprendre les raisons des autres, de leur envie incroyable de ne pas être tout à fait conforme à ce qu'on attend d'eux... ça s'appelle la liberté de penser, le sens critique... et il faut être un autodidacte prolétaire comme Kim Ki-duk pour oser montrer à tous ses spectateurs "éduqués" que c'est à la portée d'un petit pêcheur.

Parce que ce petit homme, tout simple, aiment les siens et veut les revoir quoi que cela lui coûte. Et l'on verra que cela va beaucoup lui coûter et que les "raisonneurs" auront peut-être le dernier mot.

Qu'importe "Entre 2 rives" de Kim Ki-duk est un très beau moment dialectique entre simplicité et complexité, entre réalisme et artificialité, entre une peau et un âme à sauver coûte que coûte.

Ce grand cinéma d'un grand cinéaste, qui a fait souvent les beaux jours de la Mostra de Venise, prouve que le septième art a toujours de beaux jours devant lui. Les pessimistes ajouteraient que c'est aussi le cas de la non-réunification des deux Corée.

Mais, à la vue d' "Entre 2 rives" de Kim Ki-duk, on pourra se demander si cet état des choses qui perdure n'est pas finalement un moindre mal au regard du désastre qui pourrait accompagner la réunification.

On n'oubliera pas de louer la grande performance de Nam Chul-woo, acteur incomparable qui traverse le cauchemar que lui fait vivre Kim Ki-duk avec une force de conviction chargée d'un humanisme qui force vraiment l'admiration.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 27 septembre 2020 : Autumn Sweater

Voici les premiers jours d'automne, les premiers froids, la pluie et l'envie de s'auto-confiner avec une boisson réconfortante, du chauffage, de la bonne musique, un bon livre, film, jeu voire avec des amis autour d'un bon repas. Bref, c'est l'automne et voici le programme réconfortant de la semaine. Sans oublier le replay de la MAG #11 du 26/09.

Du côté de la musique :

"Echos" de Romain Humeau
"American head" de The Flaming Lips
"Grand écran" de Ensemble Triptikh
"Beethoven : op 109, 110, 111" de Fabrizio Chiovetta
"B.O. d'une scène de meurtre" première émission de la saison 2 de Listen In Bed
"Oiseau(x) scratch" de Luc Spencer
"Debussy" de Philippe Bianconi
"Tête Blême" de Pogo Car Crash Control
"XIII" de Quatuor Ardeo
et toujours :
"In and out of the light" de The Apartments
"Chrone EP" de Atrisma
"State of emergency" de Babylon Circus
"Nomadic spirit" de La Caravane Passe
"Règle d'or" de Marie Gold
"Berg, Webern, Schreker" de Orchestre National d'Auvergne & Roberto Forès Veses

Au théâtre :

les nouveautés :
"Le Grand Inquisiteur" au Théâtre national de l'Odéon
"Iphigénie" aux Ateliers Berthier
"Philippe K. ou la flle aux cheveux noirs" au Théâtre de la Tempête
"Le Grand Théâtre de l'épidémie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Crise de nerfs" au Théâtre de l'Atelier
"Le Quai de Ouistreham" au Théâtre 14

"Les Pieds tanqués" au Théâtre 12
"Le nom sur le bout de la langue" au Théâtre de la Huchette
"La Folle et inconvenante Histoire des femmes" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
les reprises :
"Un Vers de Cid" au Théâtre Essaion
"Album de famille" au Studio Hébertot
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"Félix Radu - Les mots s'improsent" au Théâtre des Mathurins
"Contrebrassens" au Studio Hébertot
"Leonard de Vinci, naissance d'un génie" au Studio Hébertot
"J'aime Brassens" au Théâtre d'Edgar
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec :
"Victor Brauner - Je suis le rêve. Je suis l'inspiration" au Musée d'Art Moderne de Paris
"Alaïa et Balenciaga - Sculpteurs de la forme" à la Fondation Azzedine Alaïa
"Pierre et Gilles - Errances immobiles" à la Galerie Templon
"Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris

Cinéma :

en salle :
"L'Ordre moral" de Mario Barroso
at home :
"Drôles d'oiseaux" de Elise Girard
"Mise à mort du cerf sacré" de Yorgos Lanthimos
"Terror 2000 - Etat d'urgence en Allemagne" de Christoph Schlingensief
"Vers un destin insolite sur les flots bleus de l'été" de Lina Wertmüller
"Ruth et Alex" de Richard Loncraine

Lecture avec :

"Ici finit le monde occidental" de Matthieu Gousseff
"L'heure des spécialistes" de Barbara Zoeke
"Mémoires" du Général von Choltitz
"Porc braisé" de An Yu
"Portraits d'un royaume : Henri III, la noblesse et la Ligue" de Nicolas Le Roux
"Sublime royaume" de Yaa Gyasi

et toujours :
clickez ici pour Notre sélection des livres de la rentrée mais aussi
"De soleil et de sang" de Jérôme Loubry
"Fin de combat" de Karl Ove Knausgaard"
"KGB" de Bernard Lecomte et "Napoléon, dictionnaire historique" de Thierry Lentz
"La danse du vilain" de Fiston Mwanza Mujila
"Louis XIV, roi du monde" de Philip Mansel

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=