Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Costumes espagnols - Entre ombre et lumière
Maison de Victor Hugo  (Paris)  Du 21 juin au 24 septembre 2017

La connaissance commune en matière de coutumes vestimentaires espagnoles n'excède sans doute pas quelques références folkloriques tels la mantille,le sombrero, la robe de flamenca et l'habit du toréador.

Organisée en collaboration avec le Museo del Traje de Madrid, l'exposition "Costumes espagnols - Entre ombre et lumière" sise dans la Maison de Victor Hugo, hispanophile qui a vécu et voyagé en Espagne, permet d'élargir cet horizon.

En effet, cette deuxième monstration de la "Saison espagnole" du Palais Galliera, après l'hommage au couturier Balenciaga ("Balenciaga - L'oeuvre au noir" au Musée Bourdelle) et précédant celui consacré à Mariano Fortuny, propose un voyage en 14 étapes correspondant aux principales régions et îles ibériques.

Vêtements et accessoires de la fin du 18ème siècle au début du 20ème ressortant à la couture dite "populaire" sont mis en valeur par la sobre scénographie de Alexis Patras.

En effet, elle évite le pittoresque anecdotique et, avec le recours au cyclo utilisé en photographie contemporaine, entre en résonance avec la réalité contextuelle effectuée par un florilège de de tirages de la série documentaire "Types et costumes de l’Espagne" réalisée dans les années 1920 par le grand photographe espagnol José Ortiz Echagüe

En Espagne, pays des contrastes, du noir à la couleur entre austérité et exubérance

Le parti-pris déambulatoire ordonné selon les régions rend compte de la grande diversité stylistique des ensembles présentés qui comportent des vêtements du quotidien mais surtout des tenues de "circonstance" liées aux événements individuels tel le mariage et aux commémorations festives locales.

Cette diversité, qui témoigne d'une remarquable créativité, résulte tant de la variété climatologique que de l'héritage historico-culturel entre les anciens royaumes chrétiens du Nord et des régions du Sud sous obédience des dynasties musulmanes qui l'occupèrent.

Ainsi les influences orientalo-berbères, de la "cobijada" andalouse, déclinaison hispano-mauresque du niqab au goût de l'apparat avec la déclinaison hispano-mauresque du pectoral qui compose la tenue de mariée de Salamanque ou la parrue de la "gonella" d'Ibiza, voisinent avec les inspirations gothico- flamande en Aragon et romantique du Second Empire en Andalousie.

Une caractéristique commune, outre celle relative à la pétulante palette chromatique, tient au goût de l'ornement, non exempt de singularités locales, qui trouve à s'exprimer même sur les lourdes capes portées dans les terres froides de Zamora.

Usant de toutes les techniques de l'incrustation à la broderie et d'un vaste répertoire ornemental, des motifs géométriques aux thèmes floraux, les petites mains anonymes hybrident broderie, plissé, rubans, cordelettes, passementerie, franges, paillettes, sertissage de pâte de verre et dentelle au point d'Espagne avec une émérite finesse d'exécution.

Le souci ornemental vise également les accessoires tels les sabots de Cantabrie, les chaussures en toile ou cuir de Tolède, les chapeaux d'Estramadure et les coiffes de paille portées sur un foulard en Castille.

Cette exposition révèle trois pôles d'intérêt à destination du visiteur. Outre la découverte du vêtement populaire espagnol placé sous le signe du métissage qui s'inscrit dans l'Histoire du Costume, elle invite à une incursion dans les arts de la mode par l'existence du tropisme ibérique dans la Haute Couture du 20ème siècle.

Bien évidemment le "native" Cristobal Balenciaga, mais aussi Hubert de Givenchy dont il fut le mentor, et l'Espagne a nourri l'imaginaire de nombreux couturiers.

Dont, et entre autres, Yves Saint Laurent pour "Les Espagnoles" de sa collection Printemps-Ete 1977 après avoir déjà décliné le motif en 1960 chez Christian Dior et dont certains modèles figurent dans l'exposition "Christian Dior - Le couturier du rêve" qui se tient au Musée des arts décoratifs jusqu'en janvier 2018, John Galliano de manière récurrente pour la Maison Dior et Jean-Paul Gaultier avec "L'Espagne" dans la collection automne-hiver 2001-2002.

Enfin, pour les amateurs d'art, la résonance avec le mouvement du costumbrisme, reposant sur un réalisme pittoresque, dont les prémisses figuraient dans les scènes de rue de Lorenzo Tiépolo présentes dans l'exposition "Collection Alicia Koplowitz - De Zurbarán à Rothko" au Musée Jacquemart, qui trouve son apogée avec les "majas" et et "majos" madrilènes immortalisés par Goya.

A noter, la Maison de Victor Hugo a aménagé, sous le titre "Souvenirs d'Espagne", un parcours graphique dédié, conçu par Martine Contensou, chargée des manuscrits, avec des documents afférents aux drames hugoliens inspirés par le Siècle d'Or espagnol, des lavis de Hugo et des gravures de Goya et Delacroix.

 

En savoir plus :

Le site officiel de la Maison Victor Hugo

>Crédits photos : MM (Plus de photos sur La Galerie)
avec l'aimable autorisation du Palais Galliera


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 24 mai 2020 : Culture pour tous !

Toujours pas de festival, de théâtre, de concert, et autres ouvertures de lieux de réjouissances diverses sinon quelques passe droits pour les amis de Manu. En espérant que tout rentre dans l'ordre et que l'on retrouve le plaisir du spectacle vivant bientôt. Soyez prudents, sortez couverts et restez curieux !

Du côté de la musique :

Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac
et toujours :
"Chante-nuit" de Facteurs Chevaux
"9 songs" de Pierre
"Sex education" de Ezra Furman
"Cage meet Satie" de Anne de Fornel et Jay Gottlieb
Interview de Batist & the 73' réalisé à l'occasion de son live Twitch dont des extraits accompagnent cette entretien
"Hundred fifty roses" de Dune & Crayon
"F.A. Cult" de Hermetic Delight
"Love is everywhere" de Laurent Bardainne & Tigre d'Eau Douce
"Hum-Ma" de Les Enfants d'Icare
"Spirals" de Sébastien Forrestier

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Frida jambe de bois" de Pascal Rinaldi en vidéo
le diptyque Arne Lygre mis en scène par Stéphane Braunschweig :
"Je disparais" en vidéo
"Rien de moi" en vidéo
des comédies :
"Alors on s'aime"
"L'Appel de Londres"
"Hier est un autre jour"
du divertissement :
"On ne choisit pas sa famille"
"Double mixte"
du vaudeville avec "Le Système Ribadier"
du côté des humoristes :
"François Rollin - Colères"
"La Teuf des Chevaliers du fiel"
"Franck Duboscq - Il était une fois"
Au Théâtre ce soir :
"Le canard à l'orange"
"Le prête-nom"
"Deux hommes dans une valise"
des classiques par la Comédie française :
"Le Petit-Maître corrigé" de Marivaux
"Cyrano de Bergerac" d"Edmond Rostand
et aller à l'opéra pour :
"Fortunio" d'André Messager
"Falstaff" de Verdi

Expositions avec :

les visites commentées par les commissaires d'expositions qui se sont tenues au Musée Jacquemart-André :
"Hammershøi, le maître de la peinture danoise" en vidéo
et "La collection Alana - Chefs-d'oeuvre de la peinture italienne"
partir en province pour découvrir en images le Musée d'Art Moderne et Contemporain de Strasbourg
et le Musée des Beaux-Arts de Nancy
puis en Europe en Espagne le Musée national Thyssen-Bornemisza à Madrid
en Allemagne au Städel Museum à Francfort
ailleurs au Brésil à la Pinacothèque de Sao Paulo
et au Japon au Ohara Museum of Art à Kurashiki
avant de revenir dans l'Hexagone pour une déambulation virtuelle dans le Petit Palais

Cinéma at home avec :

du drame : "Aime ton père" de Jacob Berger
de l'espionnage : "Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
du thriller : "The Unseen" de Geoff Redknap
du thriller fantastique avec "La Neuvième Porte" de Roman Polanski
du divertissement :
"Cassos" de Philippe Carrèse
"Promotion canapé" de Didier Kaminka
"Les Frères Pétard" de Hervé Palud
de glorieux péplums italiens avec Steve Reeves :
"Les Travaux d'Hercule' de Pietro Francisci en VO
"La Bataille de Marathon" de Jacques Tourneur, Mario Bava et Bruno Vailati en VF
du western :
"L'Homme aux colts d'or" d'Edward Dmytryk
"Chino" de John Sturges
au Ciné Club, du cinéma français des années 30 :
"Mister Flow" de Robert Siodmak
"La Banque Némo" de Marguerite Viel
"Les amours de minuit" d'Augusto Genina et Marc Allégret
"Ces messieurs de la santé" de Pierre Colombier
et des films récents en DVD :
"Deux" de Filippo Meneghetti
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"La Dernière vie de Simon" de Léo Karmann

Lecture avec :

"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan
et toujours :
"Là où chantent les écrevisses" de Delia Owens
"Les lumières de Tel Aviv" de Alexandra Schwartzbrod
"Faites moi plaisir" de Mary Gaitskill
"La chaîne" de Adrian McKinty
"Incident au fond de la galaxie" de Etgar Keret

Froggeek's Delight :

Des lives jeux vidéo (mais aussi des concerts) tout au long de la semaine sur la chaine Twitch. Rejoignez la chaine et cliquez sur SUIVRE pour ne rien rater de nos diffusions.

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=