Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Costumes espagnols - Entre ombre et lumière
Maison de Victor Hugo  (Paris)  Du 21 juin au 24 septembre 2017

La connaissance commune en matière de coutumes vestimentaires espagnoles n'excède sans doute pas quelques références folkloriques tels la mantille,le sombrero, la robe de flamenca et l'habit du toréador.

Organisée en collaboration avec le Museo del Traje de Madrid, l'exposition "Costumes espagnols - Entre ombre et lumière" sise dans la Maison de Victor Hugo, hispanophile qui a vécu et voyagé en Espagne, permet d'élargir cet horizon.

En effet, cette deuxième monstration de la "Saison espagnole" du Palais Galliera, après l'hommage au couturier Balenciaga ("Balenciaga - L'oeuvre au noir" au Musée Bourdelle) et précédant celui consacré à Mariano Fortuny, propose un voyage en 14 étapes correspondant aux principales régions et îles ibériques.

Vêtements et accessoires de la fin du 18ème siècle au début du 20ème ressortant à la couture dite "populaire" sont mis en valeur par la sobre scénographie de Alexis Patras.

En effet, elle évite le pittoresque anecdotique et, avec le recours au cyclo utilisé en photographie contemporaine, entre en résonance avec la réalité contextuelle effectuée par un florilège de de tirages de la série documentaire "Types et costumes de l’Espagne" réalisée dans les années 1920 par le grand photographe espagnol José Ortiz Echagüe

En Espagne, pays des contrastes, du noir à la couleur entre austérité et exubérance

Le parti-pris déambulatoire ordonné selon les régions rend compte de la grande diversité stylistique des ensembles présentés qui comportent des vêtements du quotidien mais surtout des tenues de "circonstance" liées aux événements individuels tel le mariage et aux commémorations festives locales.

Cette diversité, qui témoigne d'une remarquable créativité, résulte tant de la variété climatologique que de l'héritage historico-culturel entre les anciens royaumes chrétiens du Nord et des régions du Sud sous obédience des dynasties musulmanes qui l'occupèrent.

Ainsi les influences orientalo-berbères, de la "cobijada" andalouse, déclinaison hispano-mauresque du niqab au goût de l'apparat avec la déclinaison hispano-mauresque du pectoral qui compose la tenue de mariée de Salamanque ou la parrue de la "gonella" d'Ibiza, voisinent avec les inspirations gothico- flamande en Aragon et romantique du Second Empire en Andalousie.

Une caractéristique commune, outre celle relative à la pétulante palette chromatique, tient au goût de l'ornement, non exempt de singularités locales, qui trouve à s'exprimer même sur les lourdes capes portées dans les terres froides de Zamora.

Usant de toutes les techniques de l'incrustation à la broderie et d'un vaste répertoire ornemental, des motifs géométriques aux thèmes floraux, les petites mains anonymes hybrident broderie, plissé, rubans, cordelettes, passementerie, franges, paillettes, sertissage de pâte de verre et dentelle au point d'Espagne avec une émérite finesse d'exécution.

Le souci ornemental vise également les accessoires tels les sabots de Cantabrie, les chaussures en toile ou cuir de Tolède, les chapeaux d'Estramadure et les coiffes de paille portées sur un foulard en Castille.

Cette exposition révèle trois pôles d'intérêt à destination du visiteur. Outre la découverte du vêtement populaire espagnol placé sous le signe du métissage qui s'inscrit dans l'Histoire du Costume, elle invite à une incursion dans les arts de la mode par l'existence du tropisme ibérique dans la Haute Couture du 20ème siècle.

Bien évidemment le "native" Cristobal Balenciaga, mais aussi Hubert de Givenchy dont il fut le mentor, et l'Espagne a nourri l'imaginaire de nombreux couturiers.

Dont, et entre autres, Yves Saint Laurent pour "Les Espagnoles" de sa collection Printemps-Ete 1977 après avoir déjà décliné le motif en 1960 chez Christian Dior et dont certains modèles figurent dans l'exposition "Christian Dior - Le couturier du rêve" qui se tient au Musée des arts décoratifs jusqu'en janvier 2018, John Galliano de manière récurrente pour la Maison Dior et Jean-Paul Gaultier avec "L'Espagne" dans la collection automne-hiver 2001-2002.

Enfin, pour les amateurs d'art, la résonance avec le mouvement du costumbrisme, reposant sur un réalisme pittoresque, dont les prémisses figuraient dans les scènes de rue de Lorenzo Tiépolo présentes dans l'exposition "Collection Alicia Koplowitz - De Zurbarán à Rothko" au Musée Jacquemart, qui trouve son apogée avec les "majas" et et "majos" madrilènes immortalisés par Goya.

A noter, la Maison de Victor Hugo a aménagé, sous le titre "Souvenirs d'Espagne", un parcours graphique dédié, conçu par Martine Contensou, chargée des manuscrits, avec des documents afférents aux drames hugoliens inspirés par le Siècle d'Or espagnol, des lavis de Hugo et des gravures de Goya et Delacroix.

 

En savoir plus :

Le site officiel de la Maison Victor Hugo

>Crédits photos : MM (Plus de photos sur La Galerie)
avec l'aimable autorisation du Palais Galliera


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 11 août 2019 : Sur la Route du Rock

Nous voici en route pour Saint Malo et son inimitable Route du Rock que nous aimons tant. Pour le voyage on vous a sélectionné quelques disques et quelques bouquins pour préparer gentiment la rentrée. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

Nos valises sont prêtes, en route pour La Route du Rock
"Onda" de Jambinai
Rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society
et toujours :
"When I have tears" de The Murder Capital
Seun Kuti en interview au festival Terre du Son ou nous l'avons également vu en live avec Egypt 80
vendredi au Foreztival avec The Inspector Cluzo, Feu! Chaterton entres autres
samedi au Foreztival toujours avec Tiken Jah Fakoly, Goran Bregovic, Thérapie Taxi

Au théâtre :

des comédies avec des inoxydables à voir ou revoir tels :
"Les Faux British" au Théâtre Saint-Georges
"Le Gros diamant du Prince Ludwig" au Palace
et des outsiders à découvrir :
"Jean-Louis XIV" au Théâtre des Béliers parisiens
"La Moustache" au Théâtre du Splendid
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Azzedine Alaïa - Une autre pensée nde la mode : la Collection Tati" à la Galerie Azzedine Alaïa

Cinéma :

la chronique des sorties de juillet

Lecture avec :

"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon
et toujours :
"Le voleur d'eau" de Claire Hajaj
"Paix et guerre" de Ronan Farrow
"UK serial killers" de Emily Tibbatts

Froggeek's Delight :
"Old man's journey" sur PS4, PC, Mac, Xbox, Switch, iOS et Android

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=