Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Rembrandt fecit 1669
Jos Stelling  juillet 2017

Réalisé par Jos Stelling. Pays Bas. Biopic. 1h51 (Sortie 19 juillet 2016 version remastérisée - première sortie 2006 en DVD). Avec Frans Stelling, Ton de Kof, Haneke Van de Veld, Lucie Singeling et Aya Gil.

C'est un Rembrandt austère et peu bavard, enfermé autant dans son silence que dans le clair obscur, que dessine Jos Stelling dans cette biographie qui n'emprunte pas les voies désormais toutes tracées du "biopic » moderne.

Ici, pas question de voir vibrer le peintre en train de construire son œuvre, de le retrouver parallèlement plein d'appétit pour les plaisirs de la chair ou de la bonne chère. Comme dans ses célèbres autoportraits, Rembrandt est d'abord une moue, un effarement, celui de quelqu'un qui regarde la vie avec les yeux aiguisés d'un observateur désespéré et lucide.

"Rembrandt fecit 1669" de Jos Stelling vaut pour une mise en scène qui cherche en permanence à trouver dans le cadre cinématographique une correspondance avec l'espace clos du tableau.

Durant presque deux heures, on est plongé non seulement dans l'univers de Rembrandt mais aussi dans l'atmosphère picturale des Pays-Bas de ce 17ème siècle où la bourgeoisie commerçante s'enrichit tout en restant encore terriblement marquée par le rigorisme protestant.

Si Rembrandt se heurte à cette classe à laquelle il appartient pourtant, ce n'est pas parce qu'il peint, et que sa peinture n'est pas comprise, mais parce qu'il ne fait pas bon usage de la fortune qu'il a amassée. En effet, il est à la fois peintre et collectionneur d'art et achète au-dessus de ses moyens.

Peu à peu, le voilà donc un paria parce qu'il s'endette et que, devenu veuf, il couche avec les femmes qui tiennent sa maison et élèvent son fils.

Dans "Rembrandt fecit 1669" de Jos Stelling, on le voit vieillir prématurément, perdre sa belle prestance de peintre adulé. Ce qui mine Rembrandt, c'est que ses clients le désertent non pas parce qu'il a perdu son génie, mais parce ses portraits ne les magnifient pas comme ils le souhaiteraient.

Il est face à des gens pour qui l'art n'est qu'un ornement et il n'a pas l'envie, ni même la capacité s'il faisait l'effort nécessaire, de satisfaire cette exigence contre-nature de les faire paraître mieux qu'ils ne sont dans la vie de tous les jours.

Charles Matton, il y a quelques années, avait proposé un Rembrandt bien plus lumineux en la personne truculente de Karl Maria Brandauer, suivi plus récemment par Peter Greenaway maître d'oeuvre d' "Une Ronde de nuit" plus baroque que classique.

"Rembrandt fecit 1669" de Jos Stelling est sans doute plus proche de la vérité du personnage et de la réalité de l'époque. Les spectateurs en seront quittes pour visionner un film sombre et mélancolique, magnifiquement photographié par Ernest Bresser, et qui fera office de piqûre de rappel pour qu'ils aillent voir ou revoir des Rembrandt, notamment ceux de la très belle collection que le Louvre a la chance de posséder.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 26 juin 2022 : un festival de festivals

C'est parti pour la saison des festivals, de musique, de théâtre, de cinéma, de littérature.. tout est bon pour découvrir plein de belles choses pendant l'été ! Profitez-en.

Du côté de la musique :

"Garden Party" de Florent Marchet
"I had it all" de Maxwell Farrington & Le Superhomard
"Spleen III" de Fleur du Mal
on découvre Grandma's Ashes et Sugar Pills
"Miniatures du dedans" de Hirsute
"All indians ?" de Imperial Quartet
"Whosampled.com" la 19eme émission de Listen In Bed à écouter
"Otrium"de Quentin Ghomari
"Heat" de Shake Stew
et toujours :
"Les micros siestes acoustiques Vol 1" de Bastien Lallemant
"Blooming point" de Beach Scvm
"Swing state" de Ben Sidran
"The crowd growls, the crown fails" de Bender
"Reaching out"de Cy
"Méli mélo" de Denis Gancel Quartet & Cie
"Blue songs" de Denis Levaillant
"Freedriver" de Early Spring Horses
Festival LEVITATION #9 :
avec  Péniche, Servo, You Said Strange, Death Valley Girls, Bruit, Pond, Kikagaku, Moyo
Kim Gordon le samedi
Interview de Bruit
interview de You Said Strange
"Philip Glass : Etudes pour piano, intégrale" de François Mardirossian
"The days of Pearly Spencer" de Listen In Bed à écouter en ligne
"I tried to make music with AI and this Happened" de Whim Therapy

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Romance" au Théâtre Les Déchargeurs
"Mon amant de Saint-Jean" au Théâtre de l'Athénée-Louis Jouvet
"Les Tontons farceurs" au Théâtre L'Alhambra
"La Ménagerie de verre" au Théâtre Essaion
"Je m'appelle Momo" au Théâtre Essaion
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

dernière ligne droite pour "Pionnières, artistes d’un nouveau genre dans le Paris des Années Folles" au Musée du Luxembourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit avec :
"J'arrive" de Bertrand Basset
"Parenthèse" de Denis Larzillière
"J'ai perdu mon corps" de Jérémy Clapin
"Nuit magique" de Xaver Böhm
"Ma fille" de Laura Bispuri
"Fiertés" une sélection de films arc-en-ciel
et (re)voir des films de Rainer Werner Fassbinder
"Lili Marleen"
"Tous les autres s'appellent Ali"
et en sortie DVD-VOD: "Todos os Mortos" de Caetano Gotardo et Marco Dutra

Lecture avec :

"La preuve du contraire" de Caitlin Wahrer
"Utopia avenue" de David Mitchell
"Omerta" de R.J. Ellory
"Des jours meilleurs" de Jess Walter

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=