Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Life, Animated
Roger Ross Williams  août 2017

Réalisé par Roger Ross Williams. Etats Unis/France. Documentaire. 1h29 (Sortie américaine juillet 2016). Avec Owen Suskind, Ron Suskind et Cornelia Suskind.

Les films sur l’autisme se sont multipliés depuis quelques années et l’on a dit tout le bien qu’il fallait penser de "Dernières nouvelles du cosmos" (Julie Bertucelli) ou de "Pourvu qu’on m’aime" (Carlo Zoratti).

Avec "Life, Animated" de Roger Ross Williams, c’est encore une autre vision de l’autisme et, surtout, des moyens à employer pour communiquer avec ceux qui sont diagnostiqués autistes.

Les méthodes sont diverses, parfois contradictoires et sujettes à polémique. Elles ont en commun de vouloir le "bien" des autistes, de les aider à vivre dans leur monde ou à se rapprocher de l’autre dit "normal".

Mieux encore, elles ne semblent avoir de sens que si les personnes confrontées à l’autisme déploient beaucoup d’énergie et d’astuce, surmontent leurs préjugés et se dévouent nuit et jour pour un résultat aléatoire. Bref, l’autisme se "soigne" en priorité avec de l’amour, beaucoup d’amour.


C’est une fois encore la leçon que l’on tirera de "Life, Animated" de Roger Ross Williams, où l’on va découvrir un garçon formidable, Owen Suskind, qui a une chance incroyable dans sa différence, celle d’avoir des parents prêts à tous les sacrifices pour l’accompagner dans une vie où il pourrait se perdre sans aide.

Ron Suskind et sa femme ont découvert quand il avait trois ans qu’il n’allait pas être un enfant comme les autres et devrait vivre différemment, dans sa bulle. Vingt ans après, à 24 ans, il vit seul, travaille dans un cinéma et a, comme tout le monde, des problèmes de cœur. Entre temps, il aura fallu que ses parents, et son frère qu’il ne faut pas oublier, réussissent à pénétrer son univers et, surtout, comme ils le disent : "Au lieu de le forcer à entrer dans notre monde, nous sommes allés dans le sien".

Et cela, grâce à une clé magique : les dessins animés de Walt Disney ! Owen, en effet, les connaissait par cœur. Un jour, cet enfant du silence, enfermé en lui-même, a répété un dialogue d’un film de Disney… Et son père s’est aperçu que ce n’était pas que mimétique, que ces mots employés l’étaient à dessein… Les Suskind avaient trouvé le moyen de franchir la muraille invisible qui les séparait de leurs fils.

Ron, journaliste détenteur du fameux prix Pulitzer, a donc pendant des années noté les "progrès" d’Owen, expliqué comment ils se réalisaient. Il en a tiré une méthode consistant à s’imprégner de ce que les autistes préfèrent et d’en faire un instrument pour établir avec eux une relation de confiance. C’est ce que Ron Suskind appelle l’ "Affinity Therapy".

Dans "Life, Animated" de Roger Ross Williams, adaptation du best-seller de Ron Suskind, on verra qu’Owen crève l’écran et qu’avec l’aide de sa petite famille, il est devenu un personnage que l’on souhaiterait vraiment connaître.

Ce documentaire efface, qui est capable d’intégrer quelques moments animés de toute beauté, n’est ni didactique ni dithyrambique. Il ne cache pas les conditions favorables nécessaires pour qu’Owen ait pu se développer aussi harmonieusement : milieu aisé et uni, libéral, capable de s’émanciper du concept d’épreuve, de malheur imposé par une divinité, etc.

En outre, dans le DVD, on aura confirmation de l’intérêt du travail commun mené par les Suskind en suivant Owen dans un déplacement à Paris où il tient un discours merveilleux sous les yeux de son père…

On conseillera au spectateur de se laisser guider par Owen au pays de Disney, là où règnent Bambi et Peter Pan avec leur joyeux cortège d’ombres animées. "Life, animated" de Roger Ross Williams a le charme d’un "feel good movie" mais au service d’un vrai propos.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=