Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Une femme douce
Sergei Loznitsa  août 2017

Réalisé par Sergei Loznitsa. France/Amllemagne/Lithuanie/Pays Bas. Drame. 2h23 (Sortie le 16 août 2017). Avec Vasilina Makovtseva, Marina Kleshcheva, Lia Akhedzhakova, Valeriu Andriuta, Boris Kamorzin, Sergeï Kolesov, et Dimitry Bykovsky.

A part le titre, référence à une nouvelle de Dostoïevski, "Une femme douce" de Robert Bresson et "Une femme douce" de Sergei Loznitsa n’ont pas grand-chose en commun… Ah, si : les deux films sont des œuvres marquantes.

Bien entendu, Sergei Loznitsa n’est pas adepte du minimalisme rigoureux de Bresson. C’est, tout au contraire, un cinéaste baroque qui mérite, d’emblée, d’être rapproché de Federico Fellini.

Au départ, sa "femme douce" est confrontée à ce qu’on attend de la société post-soviétique, c’est-à-dire à une bureaucratie qui prend d’autant plus ses aises qu’elle ne risque même plus l’ire d’une hiérarchie qui se confondait avec le politique.

Voulant envoyer un colis à son mari emprisonné de manière discrétionnaire, elle voit ce colis lui revenir. Dès lors, elle n’aura de cesse que de le renvoyer, et au-delà de savoir enfin où est son époux.

Attention ! "Une femme douce" de Sergei Loznitsa n’est pas qu’un film kafkaïen comme on pourrait s’y attendre. Le réalisateur a une plus haute ambition : celle de dresser l’état des lieux de la société russe contemporaine.

Une société qui va se refléter dans les yeux un peu absents, un peu abasourdis par tout ce qu’ils vont devoir voir, d’une femme dite douce, mais qu’on pourrait néanmoins dire décidée, déterminée à obtenir justice.

Vasilina Makovtseva - impressionnante - paraît plus dure que douce et l’on comprend vite pourquoi : mafieux, mégères, alcooliques, clochards, défilent devant elle, cherchent à la faire dévier de sa quête morale, à la pousser vers le désespoir et la résignation dont ils sont les hérauts.

Même si son visage est fatigué, que son corps est las, la femme douce sans nom ni prénom tranche avec tous ceux qui cherchent à l’attirer vers eux pour des motifs guère avouables.

Oui, elle rayonne dans la nuit éternelle où chacun, ici, s’enferme dans ses petites combines.

Et tout ce qu’elle traverse ressemble à des étapes initiatiques, de plus en plus irréelles, grotesques, absurdes. C’est en cela que Sergei Loznitsa propose avec ce récit âpre où la vodka coule à flots une œuvre vraiment russe.

Et l’allusion liminaire à Fellini n’est pas incongrue : dans chaque plan vibre un temps clownesque, un monde qui se tient mais qui peut à chaque pas tomber dans un fantastique où les monstres ont des têtes de fonctionnaires ou de matons.

Dans cet univers hors du commun, tout est possible, même de rencontrer une militante des droits de l’homme complètement ailleurs, complètement prisonnière et victime de ceux qu’elle prétend défendre.

Film dense, tendu, montrant tour à tour du sordide ou de la beauté, "Une femme douce" de Sergei Loznitsa est une plongée sans concession dans la Russie contemporaine. S’y révèle un cinéaste qui a surtout œuvré dans le documentaire et qui, visiblement, n’est pas passé pour rien à la fiction.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 14 avril 2024 : En avril, de la culture tu suivras le fil

Un peu de soleil, des oiseaux qui chantent, le calme avant la tempête olympique. En attendant, cultivons-nous plutôt que de sauter dans la Seine. Pensez à nous soutenir en suivant nos réseaux sociaux et nos chaines Youtube et Twitch.

Du côté de la musique :

"Kit de survie en milieu hostile" de Betrand Betsch
"Let the monster fall" de Thomas de Pourquery
"Etat sauvage" de Chaton Laveur
"Embers of protest" de Burning Heads
"Sin miedo" de Chu Chi Cha
"Louis Beydts : Mélodies & songs" de Cyrille Dubois & Tristan Raës
"Arnold Schönberg : Pierrot lunaire" de Jessica Martin Maresco, Ensemble Op.Cit & Guillaume Bourgogne
"C'est pas Blanche-neige ni Cendrillon" de Madame Robert
"Brothers and sisters" de Michelle David & True Tones
"Prokofiev" de Nikita Mndoyants
"Alas" de Patrick Langot, Alexis Cardenas, Orchestre de Lutetia & Alejandro Sandler
"Symptom of decline" de The Black Enderkid
"Tigers blood" de Waxahatchee
"Not good enough" de Wizard
et toujours :
"Le carnajazz des animaux" de Dal Sasso Big Band"
"Deep in denial" de Down To The Wire
"Eden beach club" de Laurent Bardainne & Tigre d'Eau Douce
"Ailleurs" de Lucie Folch
"Ultrasound" de Palace
quelques clips en vrac : Pales, Sweet Needles, Soviet Suprem, Mazingo
"Songez" de Sophie Cantier
"Bella faccia" de Terestesa
"Session de rattrapage #5", 26eme épisode de notre podcast Le Morceau Cach

Au théâtre

les nouveautés :
"Tant que nos coeurs flamboient" au Théâtre Essaïon
Notes de départs" au Théâtre Poche Montparnasse
"Les chatouilles" au Théâtre de l'Atelier
et toujours :
"Come Bach" au Théâtre Le Lucernaire
"Enfance" au Théâtre Poche Montparnasse
"Lîle des esclaves" au Théâtre Le Lucernaire
"La forme des choses" au Théâtre La Flèche
"Partie" au Théâtre Silvia Monfort
"Punk.e.s" Au Théâtre La Scala
"Hedwig and the angry inch" au théâtre La Scala
"Je voudrais pas crever avant d'avoir connu" au Théâtre Essaïon
"Les crabes" au Théâtre La Scala
"Gosse de riche" au Théâtre Athénée Louis Jouvet
"L'abolition des privilèges" au Théâtre 13
"Lisbeth's" au Théâtre de la Manufacture des Abbesses
"Music hall Colette" au Théâtre Tristan Bernard
"Pauline & Carton" au Théâtre La Scala
"Rebota rebota y en tu cara explota" au Théâtre de la Bastille
"Une vie" au Théâtre Le Guichet Montparnasse
"Le papier peint jaune" au Théâtre de La Reine Blanche
des reprises :
"Macbeth" au Théâtre Essaion
"Le chef d'oeuvre inconnu" au Théâtre Essaion
"Darius" au Théâtre Le Lucernaire
"Rimbaud cavalcades" au Théâtre Essaion
"La peur" au Théâtre La Scala

Une exposition à la Halle Saint Pierre : "L'esprit Singulier"

Du cinéma avec :

"Amal" de Jawad Rhalib
"L'île" de Damien Manivel
zt toujours :
"Le naméssime" de Xavier Bélony Mussel
"Yurt" de Nehir Tuna
"Le squelette de Madame Morales" de Rogelio A. Gonzalez

et toujours :
"L'innondation" de Igor Miniaev
"Laissez-moi" de Maxime Rappaz
"Le jeu de la Reine" de Karim Ainouz
"El Bola" de Achero Manas qui ressort en salle
"Blue giant" de Yuzuru Tachikawa
"Alice (1988)" de Jan Svankmajer
 "Universal Theory" de Timm Kroger
"Elaha" de Milena Aboyan

Lecture avec :

"L'origine des larmes" de Jean-Paul Dubois
"Mort d'un libraire" de Alice Slater
"Mykonos" de Olga Duhamel-Noyer
et toujours :
"Des gens drôles" de Lucile Commeaux, Adrien Dénouette, Quentin Mével, Guillaume Orignac & Théo Ribeton
"L'empire britanique en guerre" de Benoît Rondeau
"La république des imposteurs" de Eric Branca
"L'absence selon Camille" de Benjamin Fogel
"Sub Pop, des losers à la conquête du monde" de Jonathan Lopez
"Au nord de la frontière" de R.J. Ellory
"Anna 0" de Matthew Blake
"La sainte paix" de André Marois
"Récifs" de Romesh Gunesekera

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=