Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La Disparition de Josef Mengele
Olivier Guez  (Editions Grasset)  août 2017

Second livre de cette rentrée littéraire pour moi et déjà une bonne pioche avec le dernier ouvrage d’Olivier Guez, La Disparition de Josef Mengele, paru aux éditions Grasset il y a quelques jours. Josef Mengele, "l’ange de la mort", fut médecin tortionnaire à Auschwitz pendant la seconde guerre mondiale.

"A l’époque, croiser son regard et lui adresser la parole étaient interdits ; même ses camarades de l’ordre noir avaient peur de lui. Sur la rampe où l’on triait les juifs d’Europe, il scellait le sort de ses victimes, à gauche la mort immédiate, les chambres à gaz, à droite la mort lente, les travaux forcés ou son laboratoire, le plus grand du monde, qu’il alimentait en "matériel humain adéquat" (nains, géants, estropiés, jumeaux) chaque jour à l’arrivée des convois. Injecter, mesurer, saigner ; découper, assassiner, autopsier ; à sa disposition, un zoo d’enfants cobayes afin de percer les mystères de la gémellité, de produire des surhommes et de rendre les allemandes plus fécondes pour peupler un jour de paysans soldats les territoires de l’Est arrachés aux Slaves et défendre la race nordique" nous précise Olivier Guez. "Gardien de la pureté de la race et alchimiste de l’homme nouveau : une formidable carrière universitaire et la reconnaissance du Reich victorieux le guettaient après guerre". Sauf que, la fin de l’Histoire fut tout autre… Et c’est l’objet du livre d’Olivier Guez.

L’auteur nous fait donc suivre la cavale de Joseph Mengele de 1939, jour où il débarque à Buenos Aires, jusqu’à 1979, lorsqu’il meurt mystérieusement sur une plage brésilienne. En 1939, l’Argentine de Peron est bienveillante, elle ouvre ses portes à des milliers de nazis, de fascistes et de collabos ; des soldats, des ingénieurs, des techniciens, des médecins invités à la doter de barrages, de missiles et de centrales nucléaires pour en faire une superpuissance. Buenos Aires devient en 1940 la capitale des rebuts de l’ordre noir déchu, une sorte de quatrième Reich fantôme composé de nostalgiques.

A travers son livre, Olivier Guez nous dresse le portrait psychologique de Mengele qui multipliera les identités tout au long de sa cavale (Helmut Gregor, Peter Hochbichler, Don Pedro le vieillard sur la fin) sous la forme d’un roman d’espionnage extrêmement précis, montrant comment "l’ange de la mort" a pu échapper à la justice internationale.

Livre passionnant et brillant (l’auteur a fait de nombreuses recherches sur le personnage), il nous décrit un être sans remords, gardant toujours la tête haute tout au long de sa cavale, multipliant sa haine raciste au jour le jour, toujours nostalgique de ses années nazies. Même face à son fils, Rolf qu’il retrouve à Genève et qu’il reverra à la fin de sa vie au Brésil, il se montre imperturbable quand celui-ci en vient à le questionner sur son rôle à Auschwitz. La conversation entre les deux est tout simplement hallucinante, l’un des meilleurs passages du livre pour moi. Les arguments donnés par Mengele pour justifier / expliquer ses actes à Auschwitz sont incroyables. Son fils, aujourd’hui avocat en Bavière, qui a pris le nom de sa femme ne le reverra plus après cette conversation.

Sa cavale est aussi ponctuée de nombreux rebondissements, de la chute de Peron qui le pousse à retourner en Europe (on y voit sa crainte de se rapprocher de ses poursuivants), de son retour ensuite en Argentine où il reprend sa vraie identité, condition pour pouvoir acheter une exploitation (rendu possible par le fait que très rapidement les américains traqueront les communistes et plus les anciens nazis), de son départ enfin vers l’Uruguay puis le Paraguay et le Brésil lorsque Eichmann et ceux qui le traquent (le Mossad) arrivent en Argentine. De sa réaction aussi lorsqu’il apprend la prise d’Eichmann puis sa mort. Lorsqu’il est contrarié, par une mauvaise nouvelle ou par sa femme, ses vieux reflexes de tortionnaire rejaillissent et il s’en prend à ses ouvriers sur son exploitation.

L’homme est traqué, l’étau se ressert souvent autour de lui mais il finit toujours par s’en sortir jusqu’à sa mort, mystérieuse, survenue au Brésil. De nombreux concours de circonstances lui permettent de ne jamais se faire prendre. Il est aussi parfaitement organisé et aussi beaucoup aidé. C’est l’occasion pour Olivier Guez de dénoncer les nombreux Etats Sud-Américains qui ont aidé cette cavale soit en fermant les yeux soit en assumant une complicité, sans oublier les USA qui ont aussi recyclé de nombreux criminels nazis pendant la guerre froide. Au final, sa course contre le temps (son vieillissement et sa déchéance physique ne sont pas oubliés par l’auteur) mais surtout ses déplacements pour échapper aux services secrets israéliens nous tiennent en haleine tout le long du livre.

Olivier Guez a fait le choix d’une écriture distanciée, impartiale, neutre et fidèle. Cela nous mène vers une plongée inouïe au cœur des ténèbres, dans cette cavale incroyable, nous faisant passer par différents sentiments, de la haine, du dégoût et de la jouissance aussi face à la déchéance de ce monstre. On se surprend à apprécier les moments où Mengele souffre, quand il a peur aussi, quand il est triste. Mengele est souvent malade, il a du mal à se faire soigner car il ne veut pas être repéré (l’épisode de l’occlusion intestinale est un régal), il fait souvent des cauchemars qui sont décrits par l’auteur de façon savoureuse aussi.

L’épilogue est fabuleux et conclut parfaitement bien ce très grand livre qu’il faut absolument lire.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :
La chronique de "Le siècle des dictateurs" du même auteur

En savoir plus :
Le site officiel de Olivier Guez
Le Facebook de Olivier Guez


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 1er juin 2020 : Retour à la réalité

Le monde d'après ne sera sans doute pas mieux que celui d'avant. Ces 2 mois de répit n'auront sans doute servi qu'à amplifier les frustrations en tout genre. Sans prétendre y remédier voic de quoi vous détendre un peu avec notre sélection culturelle de la semaine.

vous pouvez également revoir notre première émission "La mare aux grenouilles" sur la Froggy's TV. Suivez la chaine pour ne pas rater émissions et concerts en direct.

Du côté de la musique :

"Nunataq" de Alexandre Herer
"Vodou Alé" de Chouk Bwa & The Angstromers
"Wallsdown" de Enzo Carniel
Interview de Jo Wedin et Jean Felzine à l'occasion de leur concert sur la Froggy's TV
"Pictures of century" de Lane
"Lullaby (mix #15)" nouvelle émission de Listen In Bed à écouter
"Introssessions" de Minhsai
"Guinea music all stars" de Moh! Kouyaté
"Parcelle brillante" de Orwell
"Evocacion" de Quatuor Eclisses
"Is this natural" de Tazieff
"EP 2" de The Reed Conservation Society
et toujours :
Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

les créations contemporaines :
"Le Mardi à Monoprix" de Emmanuel Darley
"Lucide" de Rafael Spregelburd
"Le Royaume des animaux" de Roland Schimmelpfennig
"Délivre-toi de mes désirs" de María Velasco
"L'étudiante et Monsieur Henri" de Yvan Calbérac
de la comédie signée Pierre Palmade:
"Ma soeur est un chic type" de Pierre Palmade
"Pièce montée" de Pierre Palmade
"10 ans de mariage" de Alil Vardar
Au Théâtre ce soir :
"On dînera au lit" de Marc Camoletti
"Le canard à l'orange" de William Douglas Home
"L'Or et la Paille" de Barillet et Grédy
les classiques par la Comédie française :
"L'Avare" de Molière
"Les Rustres" de Goldoni
du côté des humoristes :
un spécial Christophe Alévêque à l'occasion de son inédit 2020 "Le trou noir"
avec
"Christophe Alévêque - Super rebelle... et candidat libre"
"Christophe Alévêque revient bien sûr"

"Christophe Alévêque - Debout"
et du théâtre lyrique revisité:
"Le Postillon de Lonjumeau" d'Adolphe Adam par Michel Fau
"Turandot" de Puccini par Robert Wilson
et de la caricature joyeuse avec "The Opera Locos"

Expositions :

découvrir la visite en ligne d'expositions virtuelles annulées :
"Giorgio de Chirico. La peinture métaphysique" au Musée de l'Orangerie
"Pompéi" au Grand Palais
et "Plein air, de Corot à Monet" au Musée des Impressionnismes de Giverny
s'évader en un clic en direction de la province :
à Nice pour une visite virtuelle du Musée Magnin et celle de l'exposition "Soulages, la puissance créatrice" à la Galerie Lympia
de l'Europe :
en Espagne vers le Musée Carmen Thyssen à Málaga
et en Allemagne avec la visite des 3 niveaux de la Kunsthalle de Brême
et plus loin encore aux Etats-Unis vers le Musée Isabella Stewart Gardner à Boston
et le Musée d'Art de Caroline du Nord à Raleigh
avant le retour sur Paris pour découvrir les éléments décoratifs de L’Opéra national de Paris

Cinéma at home avec :

de l'action :
"Code 211" de York Alec Shackleton
"Duels" de Keith Parmer
de la comédie : "Le boulet" de Alain Berbérian et Frédéric Forestier
du drame :
"Marion, 13 ans pour toujours" de Bourlem Guerdjou
"Happy Sweden" de Ruben Östlund
de la romance :
"Coup de foudre à Jaïpur" de Arnauld Mercadier
"Marions-nous !" de Mary Agnes Donoghue
du thriller :
"The Watcher" de Joe Charbanic
"Résurrection" de Russell Mulcahy
du fantastique : "Godzilla" de Masao Tamai
les années 40 au Ciné-Club :
"Boule de suif" de Christian Jaque
"Le carrefour des enfants perdus" de Léo Joannon
et un clin d'oeil au début du cinéma avec "Le Voyage dans la Lune" de Georges Méliès

Lecture avec :

"BeatleStones" de Yves Demas & Charles Gancel
"L'obscur" de Phlippe Testa
"La géographie, reine des batailles" de Philippe Boulanger
"Trouver l'enfant / La fille aux papillons" de René Denfeld
et toujours :
"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=