Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Nos années folles
André Téchiné   (septembre 2017) 

Réalisé par André Téchiné. France. Drame. 1h43 (Sortie le 13 septembre 2017). Avec Pierre Deladonchamps, Céline Sallette, Grégoire Leprince-Ringuet, Michel Fau Rôle, Virginie Pradal, Mama Prassinos, Axelle Equinet et Peter Bonke.

Le dernier film en date d’André Téchiné est une suite continuelle de vertiges. Vertige de l’amour, comme on dirait dans une chanson, entre un homme et une femme qui ne peuvent supporter d’être séparés par la Grande guerre et la mort.

Lui, c’est Paul Grappe (Pierre Deladonchamps), presque timide, mais chez qui la peur provoque des colères soudaines ; elle, c’est Louise, sa femme (Céline Sallette), cousette le jour, peintre de soldats de plomb la nuit.

Alors, Paul fuit l’hôpital militaire où il était gardé pour une blessure au doigt qu’il s’efforçait de ne pas laisser guérir. Louise, pour éviter qu’il ne soit arrêté et fusillé pour désertion, l’aide à se travestir. C’est le deuxième vertige du film, l’ivresse de la métamorphose. Car si Paul hésite un peu avant de devenir Suzanne, il finira par trouver une sorte d’équilibre entre ces deux vies. Jusqu’à ce que la guerre s’achève, et que Paul soit contraint de retrouver son identité masculine.

Troisième vertige, enfin : une construction baroque, où le cinéaste déconstruit sa narration et mêle le théâtre à ce drame intime. L’histoire de la vie de Paul Grappe est mise en scène par un Monsieur Loyal (Michel Fau) ; l’homme y joue son propre rôle, sans doute plus à l’aise en Suzanne qu’en Paul. Cette mise en abime est par moment gracieuse, comme lors des danses amoureuses qui racontent les aventures de Suzanne dans les soirées du bois de Boulogne.

Plutôt que de jouer sur le côté sulfureux de ces promenades nocturnes, André Téchiné compose une chorégraphie douce où les hommes et les femmes s’aiment avec une tendresse somnambulique. Si ce dispositif, peut-être trop présent, fini par alourdir le film, il a cependant le mérite de dénoncer ce que devient cette histoire insolite : un drame de l’intime exposé aux yeux des curieux comme un fait-divers croustillant où Paul, Tirésias moderne, fait office de freaks.

André Téchiné ne se laisse jamais embarrasser par les difficultés inhérentes au film historique. Les scènes du quotidien, en particulier dans l’atelier de couture où travaille Louise, sont particulièrement réussies, simples. Les scènes de guerre, réduites à leur stricte minimum (du bruit, des lumières, de la boue) deviennent un cauchemar aveuglant et assourdissant. "Nos années folles" délaisse le pesant de la reconstitution pour raconter, tout simplement, une histoire d’amour qui tourne mal.

Privilégiant les scènes d’intérieur, il se concentre sur les corps et les visages de ces deux jeunes gens qui s’aiment. Les scènes de retrouvailles, à chaque fois réussies, évoquent les plus beaux mélos. C’est d’abord un visage aperçu à travers une vitre, derrière un rideau. Et puis la figure aimée, la main, le corps. Des réapparitions à chaque fois miraculeuses qui peu à peu s’évanouissent quand Paul délaisse sa femme, et devient un intrus dans son propre foyer.

On a vu ces dernières années plusieurs films qui abordaient la question du travestissement ou du changement de genre (du "Laurence anyway"s de Xavier Dolan à la "Danish girl" de Tom Hooper en passant par de nombreux Almodovar ou Polanski). Comme dans plusieurs de ces films, André Téchiné propose un passage du masculin vers le féminin qui se fait presque sans heurts.

Louise est la complice bienveillante de son mari dans sa métamorphose, et le voir en femme ne diminue en rien son amour et son désir. Mais ce que Téchiné raconte, c’est aussi le retour à une prétendue normalité, retour qui est bien plus douloureux que la métamorphose.

Dépossédé de sa double identité, Paul perd son équilibre et s’effondre, entraînant avec lui Louise. Un enfant remplace Suzanne et détruit l’harmonie. Parce qu’il ne peut pas choisir, Paul se retrouve dans une zone intermédiaire, ne voulant pas être seulement homme, ne pouvant pas devenir femme. Perdu.

Ce désarroi, Louise l’exprime dès la scène d’ouverture du film : "je ne savais plus où j’étais", dit-elle en s’éveillant d’un rêve. Réplique qu’on retrouvera, à peu de chose près, dans la bouche de Paul au bord du gouffre. Et c’est là le dernier vertige.

 

Anne Sivan         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 11 avril 2021 : Culture en résistance

Nous avons rencontré des acteurs du monde de la culture pour évoquer leurs situations mais aussi l'avenir. Le replay intégral est à voir dès maintenant sur la TV de Froggy's Delight. Pour le reste, voici le programme de la semaine. Et surtout, restons groupés.

Du côté de la musique :

"In time Brubeck" de Duo Fines Lames
"Navegar" de Joao Selva
"Le style (avec Guillaume Long et Flavien Girard" la 8ème émission de Listen In Bed
"Dusk" de Paddy Sherlock
"Live at the Berlin philarmonie 1969" de Sarah Vaughan
Les petites découvertes de la semaine en clips avec : Hanna & Kerttu, Texas, A Certain Ratio, Johnny Mafia, Chevalrex + Thousand
et toujours :
"Caillou" de Gisèle Pape
"Sauvé" de It It Anita
"Goes too far" de Olivier Rocabois
"Morricone stories" de Stefano Di Battista
"Le fruit du bazar" de Alex Toucourt
"Bento presto" de Caribou Bâtard
"De mort viva" de Sourdure
"Mistake romance" de Tristan Melia
"Courtesy of Geoff Barrow : Unsung Heroes" le mix #18 de Listen In Bed
Des petites découvertes en clip : O' Lake, Luwten, Corentin Ollivier, Ghern et Old Caltone

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La passion selon saint Matthieu" de Bach par Romeo Castellucci
"War sweet war" de Jean lambert-Wild
"Les Sœurs Macaluso" d'Emma Dante
"Monkey Money" de Carole Thibaut
"Une heure de tranquillité" de Florian Zeller
"Le Dernier jour du jeûne" de Simon Abkarian
"La Ronde" de Boris Charmatz

Expositions :

en virtuel :
"Le Grand Tour, voyage(s) d'artistes en Orient" au Musée des Beaux-Arts de Dijon
"La Fabrique de l'Extravagance" au Château de Chantilly
"La Police des Lumières" aux Archives nationales
"D'Alésia à Rome" au Musée d'Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye
"Pompéi, un récit oublié" Musée de la Romanité à Nîmes
et un documentaire : "Les trésors des hôtels particuliers : Du Marais aux Champs Elysées"

Cinéma :

at home :
"Où vont les chats après 9 vies ?" de Marion Duhaime
"Stuck Option" de Pierre Dugowson
"La fête est finie" de Marie Garel-Weiss
"1991" de Ricardo Trogi
"Généalogies d'un crime" de Raoul Ruiz
"L'été de Kikujiro" de Takeshi Kitano
"Le retour de la panthère rose" de Blake Edwards

Lecture avec :

"Elmet" de Fiona Mozley
"Le savoir grec" de Jacques Brunschwig, Geoffrey Ernest Richard Lloyd & Pierre Pellegrin
"Seul entouré de chiens qui mordent" de David Thomas
"Sur la route, vers ailleurs" de Benjamin Wood
et toujours :
"Biotope" de David Coulon
"Ces petits riens qui nous animent " de Claire Norton
"Dernières nouvelles de Sapiens" de Silvana Condemi & François Savatier
"Eat, and love yourself" de Sweeney Boo
"Giants : Brotherhood" de Carlos & Miguel Valderrama
"L'art du sushi" de Franckie Alarcon
"L'île sombre" de Susanna Crossman
"La rivère des disparues" de Liz Moore
"Pourquoi le nord est-il en haut ?" de Mick Ashworth

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=