Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce A ciambra
Jonas Carpignano  septembre 2017

Réalisé par Jonas Carpignano. Italie/Etats Unis/France/Suède/Allemagne/Brésil. Drame. 1h58 (Sortie le 20 septembre 2017). Avec Pio Amato, Seihon Koudous, Iolanda Amato, Damiano Amato et Patrizia Amato.

Après les migrants, les gitans. Avec le même talent, le même sens de l'épopée concernant des gens qui ne deviennent épiques que pour survivre, Jonas Carpignano emmène son spectateur, quel qu'il soit, quoi qu'il pense, sur le chemin de l'universelle compassion.

Car, à la différence de ses Africains qui traversaient mille épreuves dans "Mediterranea" pour se retrouver échoués dans la "terre pas trop promise" italienne, les "roms" de la famille Amato qui sont les héros d' "A Ciambra" ne sont, a priori, pas très sympathiques, pas très porteurs de sentiments empathiques.

On les voit ici sous les traits habituels d'un clan très fermé, voire viscéralement raciste, et dans leurs "activités" illicites classiques, celles qui ont fait naître leur légende noire. Comme ils sont désormais sédentaires, vivent dans des bidonvilles aux marges des grandes villes, les gitans d' "A Ciambra" de Jonas Carpignano sont bien éloignés du peuple voyageur d'antan.

Heureusement, il y a Pio, déjà vu dans "Mediterranea", encore enfant mais déjà à la croisée de son destin. Comme son père et ses frères sont en prison, c'est lui qui maintient la famille la tête hors de l'eau grâce à ses petits trafics qui dénotent une belle imagination et une farouche rage pour que lui et les siens s'en sortent.

Sa route croise les Africains qu'on a découvert dans "Mediterranea" et notamment l'excellent Koudous Seiton, d'origine burkina-bé, et qui crève toujours autant l'écran.

"A Ciambra" de Jonas Carpignano s'appuie sur Pio et sa famille, les "Amato". Ils n'ont pas la truculence des Dorkel, sujets des films de Jean-Charles Hue et notamment de "Mange tes morts".

Il faut dire que Jonas Carpignano est attaché à un certain réalisme et ne se permet pas beaucoup de lyrisme, hormis au moment de la mort du grand-père qui rappelle la génération d'avant, celle des chevaux et des roulottes, celle où les Gitans qui vivent dans ces camps insalubres n'étaient pas encore le bas-étage de la criminalité concédée par la Mafia.

Le passage inexorable de Pio vers l'état adulte est à pleurer. D'ailleurs, il ne s'en prive pas en tombant de son vélo. Il lui faudra trahir son ami africain pour rejoindre la place qu'il ne pouvait qu'occuper dans une vie prédéterminée. Il lui faudra aussi connaître un déniaisement sordide avant sans doute, comme définitif adoubement dans le prolétariat gitan, un premier passage par la case prison.

On comprend dès lors pourquoi Martin Scorsese a aimé ce film où le chemin de Pio n'est pas sans évoquer celui de l'apprenti-maffieux Ray Liotta dans "les Affranchis".

"A Ciambra" de Jérôme Carpignano donne à voir un portrait émouvant d'un enfant en passe de ne plus l'être, décrit encore une fois une communauté marquée au fer rouge, et confirme un cinéaste capable de décrire des réalités contemporaines grâce à un cinéma qui sait sans artifices mêlé fiction et documentaire.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=